Le forum d’Essaouira se penche sur la force de la culture pour contrer la culture de la violence

Le Forum d’Essaouira des Droits de l’Homme revient pour la 8e année consécutive. L’événement de débat, de réflexion et d’échanges se tient à Essaouira à l’occasion de la 22ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde du 20 au 23 juin 2019.

« La force de la culture contre la culture de la violence » est la thématique choisie pour l’édition 2019 du Forum d’Essaouira qui se propose de traiter la violence sous toutes ses formes et dans plusieurs contextes économiques, sociaux et culturels : extrémisme religieux, violences urbaines, agressions ethniques, xénophobie, homophobie,… Violence des actes mais également dans des paroles, y compris entre les Etats et entre quelques dirigeants dans le monde.

Pour débattre de ces questions actuelles, le Forum invite des intellectuels, des artistes, des écrivains, des anthropologues, des journalistes et des acteurs associatifs pour partager leurs expériences dans différentes régions du monde, et nourrir la réflexion autour du rôle de la culture et de l’acteur culturel pour un monde moins violent et plus apaisé. Ils en débattront en toute liberté, avec les festivaliers et le public du forum, ouvert à tous.
Parmi les personnalités invitées cette année, citons les journalistes Laure Adler et Edwy Plenel, qui interviennent dans le cadre d’une nouvelle section introductive des deux panels du Forum baptisées « Carte blanche ».  A leurs côtés, des intervenants de renom comme Abdallah Ag Alhousseyni, leader du groupe Tinariwen, Mahi Binebine, artiste plasticien et acteur associatif, Nada Kaci, cinéaste algérienne, Mouna N’Diyae, comédienne et réalisatrice documentaire, Gilles Manceron, historien, Abdelkrim Jouaiti, écrivain, Abdelouahab Rafiqi, alias Abou Hafs, acteur associatif et figure de l’islamisme modéré au Maroc, Seif Kousmate, photographe, Abdallah Zraih, membre du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et Soumaya Hanifa, professeur et médiatrice auprès de jeunes en situation difficile à Kénitra. 

Le Festival de Cannes a accueilli en grande pompe la première projection du film tant attendu « Everybody Loves Touda
Le Courtyard By Marriott Casablanca Downtown ouvre mardi 21 mai au cœur de la ville économique.
Dans un monde inondé de contes de fées et de films romantiques, le mythe du Prince Charmant persiste. Remettre cette
La première édition du Festival “ComediaBlanca”, premier Festival International du Rire de Casablanca, s'est achevée samedi soir à la Cathédrale
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4