La Tunisie accorde un visa d’activité à une association défendant les droits des homosexuels

Lundi 18 mai, au lendemain de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie, l’association Shams qui défend les droits des homosexuels, bisexuels et transsexuels en Tunisie a obtenu son visa légal.

“L’association est désormais légale, après des mois de tergiversations de la part des autorités”, s’est réjoui Sofien Trabelsi, directeur exécutif de l’association. Cette association, qui a pour but d’ouvrir un débat à l'échelle nationale sur l’homosexualité et qui a été créée par des Tunisiens, espère à terme faire abroger l’article 230 du Code Pénal tunisien, selon lequel « La sodomie, si elle ne rentre dans aucun des cas prévus aux articles précédents, est punie de l’emprisonnement pendant trois ans ».

“Cette loi bafoue les libertés primaires de la personne, à savoir vivre sa sexualité librement tant que ça ne nuit pas aux libertés des autres et à l’ordre public. Cette loi contredit les libertés individuelles énoncées dans la Constitution. De quelle liberté parle-t-on lorsqu’on emprisonne des êtres humains à cause de leur orientation sexuelle?”, déclare à ce sujet Yadh Krandel, président de l’association.

Si l’association considère l’obtention de son visa comme une avancée dans la lutte contre l’homophobie en Tunisie, les détracteurs de cette cause n'ont pas manqué d'exprimer leur mécontentement face à cette décision sur les réseaux sociaux. Des propos vindicatifs auxquels a répondu en cs termes l'administrateur de la page facebook de Shams: "Chers compatriotes, suite aux réactions qu’a suscité l’obtention de notre Visa, nous aimerions faire quelques éclaircissements. Sachez chers amis qu’on mérite tout autant que vous la liberté acquise après le 14 janvier. Sachez aussi que nous ne faisons pas la promotion de l’homosexualité. Nous voulons juste un débat national et nous voulons la dépénalisation de cet acte. […] Qu’il y ait une loi qui interdit l’homosexualité ou pas, ce « phénomène » – Comme vous aimez l’appeler – existera toujours comme il a toujours existé même parmi vos proches. Pourquoi une telle haine ? Laissons les gens vivre ! Arrêtons de juger ! Arrêtons d’exclure les gens pour le simple fait d’être ce qu’ils sont !"

L’initiative vient en réponse au nombre croissant d’incidents dans le système de transport public du Pakistan impliquant le harcèlement et
Latifa Chérif, présidente de l’association Le ruban rose dresse pour nous, à l’occasion de La journée mondiale de lutte contre
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4