La dernière campagne de Calvin Klein sous le feu des critiques

#mycalvins, la dernière campagne de Calvin Klein pour des sous-vêtements a choqué de nombreuses associations et internautes.

Marketing pour pervers, sexualisation des petites filles, « glamourisation » du harcèlement sexuel, les critiques à l’encontre de la dernière campagne de Clavin Klein se multiplient depuis le 9 mai, date de lacement. Dans cette série de photos, intitulée #mycalvins, la marque a vraisemblablement cherché à rendre le mannequin Klara Kristin, 23 ans, plus jeune qu’elle ne l’est. La jeune femme à l’allure de pré-adolescente « s’exhibe » (« I flash in #mycalvins », c’est l’intitulé d’une des photos) en culotte et socquettes blanches. C’est sans doute la photo qui montre la culotte de la mannequin vue de sous sa robe qui a mis le feu aux poudres. La marque est ainsi accusée de mêler sexe et enfance. « Calvin Klein fait du marketing pour les pervers », a écrit le tabloïd New York Post sur son site. Sur le compte Twitter du mouvement The Representation Project, engagé contre les stéréotypes, on peut lire ce post : « Ta publicité donne un caractère sexuel aux petites filles. Nous n’achèterons pas ». Certains sont même allés plus loin, comme le National Center on Sexual Exploitation (NCOSE) qui a même lancé une pétition. Rappelons que la marque s’est toujours distinguée par son image très sexualisée.

Pour son concert lors de la 27ème édition du Festival des musiques sacrées du monde de Fès, Kim Burrell sera
Ancrées dans les traditions mais s’inscrivant dans la contemporanéité, les tenues de Ghita Lahrichi composent une silhouette beldi-chic reconnaissable entre
Une robe à manches bouffantes, des ballerines ultra-tendances et des bijoux fins et raffinés… Voyons la vie en rose avec
une composition d'un bel effet pour une salade gourmande.
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4