Jean-Jacques Annaud

films, souvent adaptés d'oeuvres littéraires. Avez-vous besoin d'un coup de coeur littéraire pour faire un film ?

En vérité, je suis un passionné de l’évasion et j’aime me transporter et transporter avec moi le public. Je l’invite à me suivre dans un monde qui me fait rêver, me divertit, c’est-à-dire qui me fait quitter mon chemin habituel et m’instruit. J’aime sortir du cinéma en me disant que j’ai appris quelque chose. A mon sens, le cinéma a une fonction double : celle de l’entertainment et celle, plus sérieuse, qui à travers le plaisir du spectacle, vous permet de vous sentir meilleur à la sortie qu’à l’entrée.

Comment expliquez-vous le grand succès que vous remportez aux Etats-Unis, et les critiques à votre encontre en France ?

Les Etats-Unis m’ont fait beaucoup de propositions pendant une dizaine d’années alors qu’en France, ma situation a toujours été très ambiguë. J’ai connu beaucoup de succès et ça n’a pas été très bien perçu, comme c’est toujours le cas aujourd’hui d’ailleurs. On soupçonne encore les puissances de l’argent d’avoir financé mes films, alors que je les ai faits dans une liberté totale. En France, je suis soupçonné de tout alors qu’aux Etats-Unis, je suis libre de faire les films que je veux.

Roschdy Zem

vous rende hommage ?C’est la première fois qu’on me rend hommage et je ne m’y attendais pas. Je pensais devoir attendred’avoir 75 ans pour cela ! 

J’en ai parlé avec mes amis en leur disant : “Ils vont me faire un hommage… Je ne sais pas comment le prendre, c’est pas un peu ringard pour moi… à 45 ans ?”. Mais tout compte fait, c’est intéressant de faire ça plus tôt. C’est d’autant plus important à mes yeux que ça se passe au Maroc, le pays de mes parents, au Festival de Marrakech qui continue d’exister depuis 11 ans. J’espère que cet hommage va surtout me servir pour les 20 prochaines années, car le meilleur et le plus intéressant est à venir.

En tant qu’acteur et réalisateur, vous jouez et tournez souvent dans des films engagés. Pourquoi ?

Dans la mesure où je suis un homme engagé, forcément, ce trait de caractère guide mes choix… Même si en ce moment, j’ai plutôt envie de me défaire de ces causes pour ne rien vous cacher (rires). Mais c’est lié à l’homme que je suis dans la vie, à ce qui retient mon attention, et aux sujets qui m’interpellent. Je ne veux pas faire l’acteur à deux balles, mais l’injustice, par exemple, c’est quelque chose qui me touche beaucoup.


Le nouveau siège Bosch va réunir sous un même toit les activités commerciales clés de Bosch au Maroc, en accueillant
Pour cette saison, le menu se fait rafraîchissant pour une délicieuse mise en bouche. C’est ce que nous propose Aïssam
Dans le domaine des relations amoureuses, les conseils pullulent quant à la meilleure façon de gérer les conflits. L'un d'eux,
Depuis son implantation en 1943, L'Oréal Maroc a transformé le secteur de la beauté au Maroc grâce à son engagement
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4