Jamais sans ma flûte

Cette année, les invités de Caftan ont été accueillis par un trio de jeunes et belles flûtistes. FDM est parti à la rencontre de Abbie, Clare et Martha, trois amies made in England qui parcourent le monde avec leur compagnon de vie le plus précieux : leur flûte.

FDM : Quel genre de musique jouez-vous ?
Martha : Des ballades, des chansons populaires irlandaises.
Clare : La flûte est très populaire en Irlande et beaucoup de chants traditionnels sont interprétés avec cet instrument. On joue aussi beaucoup de musique classique et on aime mélanger diverses influences, faire en sorte que tout le monde puisse s’y retrouver.

Quelles sont vos influences musicales ?
Clare : On écoute et on interprète beaucoup les classiques comme Beethoven, Mozart, Tchaikowsky… Nous sommes attentives à toutes les nouvelles musiques.
Abbie : On peut aussi écouter des artistes dans le vent comme… Beyoncé (rires). Etre musicien c’est aussi savoir se familiariser avec tous les genres de musique. Si vous voyez ma collection de CD, vous saurez que j’écoute vraiment de tout.

Comment vous êtes-vous rencontrées toutes les trois ?
Abbie : C’est une longue histoire! Clare et moi faisions des études de musique dans le même collège à Londres et j’ai rencontré Martha à Oxford où nous suivions les mêmes cours de flûte. Martha et Clare se
sont rencontrées récemment.

Pourquoi avoir choisi de jouer de la flûte ?Ce n’est pas commun comme instrument.
Clare : J’ai commencé à en jouer à l’âge de 10 ans, et j’ai vraiment aimé ça. J’ai pris des cours et, arrivée à l’âge où on se demande ce qu’on veut faire de sa vie, je savais que je voulais jouer de la flûte.
Martha : Moi, j’ai commencé à 5 ans. Ma grande soeur en jouait et j’ai trouvé ça tellement cool que j’ai aussi voulu en faire.
Abbie : Quant à moi, j’ai commencé à en écouter à 4 ans et j’ai pu en pratiquer à l’âge de 6 ans.

Quelle est votre relation avec votre instrument ?
Clare : Abbie dort avec sa flûte la nuit !
Abbie : C’est un peu mon bébé. On peut y être très attaché car chaque flûte est particulière. Quand on choisit son instrument, c’est pour la vie.
Clare : C’est comme dans Harry Potter quand les jeunes sorciers choisissent leur baguette magique. Ils ne peuvent pas en utiliser une autre. Quand on joue sur la flûte de quelqu’un d’autre, ça n’a pas le
même rendu. C’est très personnel.
Abbie : Au fait, ma flûte s’appelle Laurence ! (rires). Mais plus sérieusement, la flûte est la meilleure chose qui puisse nous arriver.

Plus que les hommes ?
Abbie : Mon compagnon est aussi flûtiste… (rires) Mais entretenir une relation avec un homme n’est pas simple. Celuici doit être capable de comprendre que notre passion occupe une grande partie de notre vie.
Clare : Oui c’est vrai, je me suis déjà séparé d’un homme qui était jaloux de ma passion.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer à Caftan 2011 ?
Clare : On nous a proposé de jouer pendant un événement de mode au Maroc et on a tout de suite accepté avec beaucoup d’enthousiasme. On est fans de mode, on rêvait de venir au Maroc, alors on a sauté sur l’occasion. On a surtout vraiment hâte de voir le show et de découvrir les caftans, ces magnifiques tenues. On a essayé de s’en faire une petite idée en regardant sur Internet et ça ressemble vraiment à des robes de princesses.

Votre image des femmes marocaines ?
Abbie : Elles sont très belles… Leurs cheveux, leur peau, leurs yeux sont magnifiques !

Martha : Des ballades, des chansons
populaires irlandaises.
Clare : La flûte est très populaire en Irlande
et beaucoup de chants traditionnels
sont interprétés avec cet instrument. On
joue aussi beaucoup de musique classique
et on aime mélanger diverses
influences, faire en sorte que tout le monde
puisse s’y retrouver.
Quelles sont vos influences musicales ?
Clare : On écoute et on interprète beaucoup
les classiques comme Beethoven, Mozart,
Tchaikowsky… Nous sommes attentives à
toutes les nouvelles musiques.
Abbie : On peut aussi écouter des artistes
dans le vent comme… Beyoncé (rires).
Etre musicien c’est aussi savoir se familiariser
avec tous les genres de musique.
Si vous voyez ma collection de CD, vous
saurez que j’écoute vraiment de tout.
Comment vous êtes-vous rencontrées
toutes les trois ?
Abbie : C’est une longue histoire! Clare et
moi faisions des études de musique dans
le même collège à Londres et j’ai rencontré
Martha à Oxford où nous suivions les
mêmes cours de flûte. Martha et Clare se
sont rencontrées récemment.
Pourquoi avoir choisi de jouer de la flûte ?
Ce n’est pas commun comme instrument.
Clare : J’ai commencé à en jouer à l’âge de
10 ans, et j’ai vraiment aimé ça. J’ai pris
des cours et, arrivée à l’âge où on se
demande ce qu’on veut faire de sa vie, je
savais que je voulais jouer de la flûte.
Martha : Moi, j’ai commencé à 5 ans. Ma
grande soeur en jouait et j’ai trouvé ça tellement
cool que j’ai aussi voulu en faire.
Abbie : Quant à moi, j’ai commencé à en
écouter à 4 ans et j’ai pu en pratiquer à
l’âge de 6 ans.
Quelle est votre relation avec votre instrument
?
Clare : Abbie dort avec sa flûte la nuit !
Abbie : C’est un peu mon bébé. On peut y
être très attaché car chaque flûte est particulière.
Quand on choisit son instrument,
c’est pour la vie.
Clare : C’est comme dans Harry Potter
quand les jeunes sorciers choisissent leur
baguette magique. Ils ne peuvent pas en
utiliser une autre. Quand on joue sur la
flûte de quelqu’un d’autre, ça n’a pas le
même rendu. C’est très personnel.
Abbie : Au fait, ma flûte s’appelle Laurence
! (rires). Mais plus sérieusement,
la flûte est la meilleure chose qui puisse
nous arriver.
Plus que les hommes ?
Abbie : Mon compagnon est aussi flûtiste…
(rires) Mais entretenir une relation
avec un homme n’est pas simple. Celuici
doit être capable de comprendre que
notre passion occupe une grande partie
de notre vie.
Clare : Oui c’est vrai, je me suis déjà séparé
d’un homme qui était jaloux de ma passion.
Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer
à Caftan 2011 ?
Clare : On nous a proposé de jouer pendant
un événement de mode au Maroc et
on a tout de suite accepté avec beaucoup
d’enthousiasme. On est fans de mode, on
rêvait de venir au Maroc, alors on a sauté
sur l’occasion. On a surtout vraiment hâte
de voir le show et de découvrir les caftans,
ces magnifiques tenues. On a essayé de
s’en faire une petite idée en regardant sur
Internet et ça ressemble vraiment à des
robes de princesses.
Votre image des femmes marocaines ?
Abbie : Elles sont très belles… Leurs cheveux,
leur peau, leurs yeux sont magnifiques ! â– 
Le célèbre restaurant milanais Paper Moon ouvre ses portes au Fairmont Taghazout Bay
La réouverture officielle du Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden (MACAAL) est prévue en septembre 2024.
Du 1er au 6 octobre 2024, El Jadida va vibrer au rythme de la 15ème édition du Salon du Cheval.
Les stylistes Sara Chraïbi et Selma Benomar figurent sur la liste Forbes des innovateurs de la mode 2024. Détails.
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4