Facebook un frein pour le recrutement

Recruteurs et DRH se réfèrent de plus en plus à des sites internet avant d'embaucher un candidat. Aussi, protégez votre réputation en ligne !

Vous venez de postuler pour l’emploi de vos rêves. Vous avez envoyé votre CV et votre lettre de motivation,
rédigés avec beaucoup de soin, cela va de soi ! Mais avezvous pensé à vérifier votre réputation en ligne ? Car vous pouvez être quasiment sûre que dès que votre CV tombera entre les mains du DRH, celui-ci  s’empressera de rechercher votre nom sur Google et les différents réseaux sociaux, Facebook en tête de liste.

Attention danger !
Selon une étude publiée par le site américain de recherche d’emploi Careerbuilder.com, 9 employeurs sur 20 consulteraient les réseaux sociaux avant d’envisager le recrutement d’un candidat. 29 % d’entres eux vont sur Facebook, 26 % sur LinkedIn, 11 % sur les blogs et 7 % sur Twitter. Si les recruteurs américains n’hésitent pas à “espionner” leurs postulants, ils ne sont probablement pas les seuls. Nos patrons doivent sûrement profiter à leur tour de la marée d’informations personnelles concernant leurs futurs recrues. Car si nous sommes près de cinq millions de Marocains à utiliser Facebook, nous ne sommes pas forcément tous conscients de l’importance de protéger notre réputation en ligne, ni du fait qu’il faille faire attention aux informations, photos et commentaires qui sont associés à notre nom. Selon Youssef Debbagh, fondateur de Community-Management, première agence marocaine spécialisée dans la sous-traitance de l’activité de modération sur les médias sociaux et dans les services de e-réputation, “il faut vraiment séparer le professionnel du personnel. Facebook est un réseau personnel. On peut faire le choix de construire son image en ligne à travers ce réseau mais à ce moment-là, il ne faut pas diffuser de photos privées, dans des soirées ou autres rassemblements de famille, par exemple. Il est vraiment nécessaire de faire la distinction. On peut, sinon, créer des groupes spécifiques : amis, collègues, famille… Le contenu qui sera diffusé dans l’un ne sera pas accessible aux autres. Il faut utiliser cette application avec précision pour essayer de choisir quel contenu sera visible pour quelles personnes. Dans
le cas contraire, on prend le risque d’exposer ses données personnelles à tout le monde et n’importe qui”.

Protection maximale
C’est donc aux candidats de bien gérer les informations qu’ils communiquent en ligne et de bien choisir les personnes avec lesquelles ils souhaitent les partager, en restreignant l’accès libre à leur profil. Sur les différents réseaux sociaux, que ce soit Facebook, Twitter ou les autres, sachez que vous pouvez contrôler vos paramètres de confidentialité. Et même quand ceux-ci sont bien verrouillés, ne vous croyez pas pour autant en sécurité. Choisir, par exemple, de partager vos informations avec les “amis de vos amis” peut s’avérer dangereux ! Un DRH ou un cadre de la boîte que vous souhaitez intégrer peut être un “ami” de l’un de vos contacts, ce qui lui permettra d’accéder à votre profil sans
soucis. L’idéal, donc, serait d’appliquer un niveau de confidentialité maximum à tout ce que vous partagez. La solution réside, par ailleurs, dans l’utilisation intelligente de réseaux sociaux spécialisés. Ainsi, Facebook serait strictement réservé aux amis, alors que LinkedIn ou Viadeo, pour ne citer qu’eux, seront utilisés dans le domaine professionnel.

La traque aux traces
Et avec ça, vous n’êtes pas complètement à l’abri ! Au risque de friser la paranoïa, vous êtes malheureusement susceptible de laisser des traces à peu près n’importe où sur Internet, et pas uniquement en ayant un profil Facebook. Ainsi, n’importe qui voulant chercher des informations sur vous pourra tomber sur un commentaire posté sur une vidéo, un blog, un article de journal, un forum,  un tchat… “Il faut faire particulièrement attention aux commentaires sur les sites d’actualités, avertit Youssef Debbagh. Quand vous voulez en faire, on vous demande systématiquement de rentrer votre nom, prénom et adresse mail, ce qui est bien référencé par Google. Il faut donc faire attention, car à s’identifier complètement, vous risquez d’avoir des prises de position qui pourraient déplaire à votre employeur potentiel. Une opinion sur la politique ou sur des sujets tabous pourraient ne pas plaire, et si votre recruteur est un peu  borné, ou s’il n’est pas ouvert d’esprit, il peut vous disqualifier à cause de ça.” Ce genre d’informations peut vite devenir compromettant, pour peu que vous ne fassiez pas attention à ce que vous avez écrit, quelques années auparavant. Sans parler des photos et vidéos, qui peuvent plomber vos chances d’obtenir le poste que vous convoitez !

Discrimination
Du côté des employeurs, il est clair qu’ils n’ont pas le droit d’utiliser les réseaux sociaux comme outils d’enquête afin de collecter des informations d’ordre personnel, voire intime, même si elles sont rendues accessibles par les  utilisateurs eux-mêmes. Selon le principe universel, toute personne a droit à la protection de sa vie privée. Néanmoins, il est très difficile de prouver sur quels critères se basent les choix des recruteurs. On saisit d’emblée les dangers immédiats de discrimination que cela peut entraîner. Et cela d’autant plus que les réseaux sociaux ont tendance à rendre public toujours plus de détails sur leurs membres : âge, sexe, relation amoureuse, convictions politiques, amis…, auxquels les DRH ne sont pas censés avoir accès. De là à les utiliser abusivement lors du processus de recrutement, il n’y a qu’un pas qu’ils peuvent être tentés de franchir. Il est donc très important de savoir bien utiliser les réseaux sociaux, qu’ils soient personnels ou professionnels. Il faut impérativement contrôler ce que vous partagez, et ne surtout pas oublier que tout est susceptible d’être retrouvé, avec un peu de recherche. Tout ce que vous publiez peut être retenu contre vous, ne
l’oubliez jamais !

Accompagné par Nabila Maan, Ismaïl Boujida et l’Espagnol Moro Errayel, le chanteur et compositeur Sami Youssef a envoûté le public
Les wedding planners sont de plus en plus sollicités pour aider les futurs mariés à organiser leur cérémonie. De l'élaboration
Conçu et mis en scène par Alain Weber, le spectacle Zyriab ou la Cinquième corde» a transporté la ville de
Placée sous le thème "La Quête de l'Esprit Al-Andalus", La 27ème édition du Festival des Musiques Sacrées du Monde à
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4