Dans l’ombre de sa femme…

Quand j'ai rencontré Rachid, j'avais 21 ans et n'avais aucune expérience de la vie. Nous étions en boîte de nuit lorsque nous nous sommes vus pour la première fois, et dès le lendemain de notre rencontre, il n'a eu de cesse de m'appeler et de me couvrir d'attentions.

Le fait qu’il m’appelle aussi souvent et qu’il me fasse sentir à quel point je lui manquais ne m’a pas laissée insensible. Puis, il est parti en voyage et à peine arrivé à destination, il m’a demandé de le rejoindre. Je le connaissais depuis à peine une semaine, il en était hors de question. Mais loin de se laisser décourager par mon refus, il a su trouver les mots pour me convaincre et m’a envoyé un billet d’avion. C’était une grande première pour moi ! Nous avons passé quelques jours ensemble, sans qu’il ne me touche une seule fois. Le fait qu’il me témoigne autant de respect et n’essaie pas de profiter de la situation, comme l’auraient fait d’autres hommes, m’a fait succomber.

DEUX MOIS PLUS TARD, il a tenu à me faire une révélation… Je suis tombée des nues en apprenant la vérité : il était marié et père d’un enfant ! Sa femme vivait en France avec leur fils et faisait parfois le déplacement jusqu’au Maroc pour y passer  quelque temps en famille. J’étais tiraillée entre ma conscience, qui me criait de le laisser tomber, et mon amour pour lui.  Malheureusement, c’est mon coeur qui a pris le dessus.

POUR ME RAPPROCHER davantage de lui, j’ai quitté mon emploi à Casablanca, la maison de mes parents avec lesquels je  vivais, et me suis installée près de lui à Rabat où j’ai commencé à travailler dans son entreprise. Nous vivions sous le même  toit, passions nos journées ensemble au bureau, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Cinq années se sont ainsi écoulées. Avec lui, j’ai tout appris de la vie. Nous avons voyagé, nous nous sommes amusés, avons vécu des expériences complètement délirantes… C’était une période incroyable ! Je lui dois toutes mes premières fois, sans compter que c’est aussi  dans ses bras que je suis devenue une femme.

PUIS, UN JOUR, sa femme a décidé de s’installer au Maroc. Au départ, elle ne se doutait de rien. Pour elle, j’étais l’employée de son mari, sans plus. Mais elle a fini par découvrir des messages, des petits mots et elle a su que son mari avait une liaison. Elle  n’a fait le rapprochement avec moi qu’un peu plus tard, et quand ses doutes se sont confirmés, j’ai quitté l’entreprise de mon amant pour ne pas faire de scandale. Je ne pouvais plus vivre cet amour en faisant comme si cette autre femme n’existait  pas.

JE L’AI QUITTÉ et suis retournée chez mes parents, à Casablanca. Très vite, j’ai retrouvé un travail, bien décidée à reprendre ma vie en main et à oublier toute cette histoire. Mais il n’était pas prêt à me laisser lui filer entre les doigts. Quelques semaines plus tard, il m’a appelée en me disant qu’il fallait absolument que l’on parle. J’ai accepté, après tout, ça ne m’engageait en rien.  l m’a alors fait une déclaration d’amour mémorable, à laquelle j’avoue avoir été très sensible. Je lui manquais, il ne   pouvait pas vivre sans moi… La solution qu’il avait donc trouvée pour résoudre notre problème était de m’épouser, mais sans pour autant quitter sa femme avec qui il avait d’ailleurs eu d’autres enfants entre temps !

IL A INVENTÉ UN STRATAGÈME pour faire plier sa femme à sa décision et m’a demandé de l’appeler pour lui révéler que j’étais enceinte de lui. Follement amoureuse et désespérément naïve, je me suis laissée convaincre. Je lui ai téléphoné pour lui   annoncer ma soi-disant grossesse, mais au lieu de se montrer conciliante comme il l’avait espéré, elle a tout simplement  explosé en m’insultant de tous les noms. Pris de panique, il a très vite regagné son foyer pour tenter de la calmer. Et, une fois le calme plus ou moins retrouvé, il est revenu me voir avec une nouvelle idée en tête : “Bon, notre plan n’a pas marché mais  j’ai  une autre solution : on va se marier sans le lui dire !”.

J’AI ACCEPTÉ DE L’ÉPOUSER et le jour J, nous nous sommes mariés devant l’adoul. A ma famille, j’ai dit la vérité sur son double mariage et j’ai décidé de ne pas tenir compte de l’avis de mes parents qui essayaient de me faire comprendre que je méritais mieux que ce statut de deuxième épouse. J’ai tout de même voulu marquer le coup en organisant une petite fête avec mon entourage proche pour célébrer mon mariage, mais à mon granddésespoir, il a décidé de ne pas y assister.

LORS DE NOTRE PREMIER RÉVEIL ensemble en tant que mari et femme, il se prend la tête entre les mains et se met à pleurer.   Il regrette d’avoir fait ça, a peur de perdre ses enfants, sa femme, et dit que tout est de ma faute… Je n’en reviens   pas de ce que j’entends et de ce que je vois ! Il n’assume plus rien et me rejette toute la responsabilité. Au bout de quelques    jours durant lesquels je vis un enfer, il part rejoindre sa femme et espace de plus en plus ses visites et ses appels. Quand il   vient me voir, dans l’appartement que nous avons loué, c’est pour me donner de l’argent afin que je puisse subvenir à mes  besoins ; car depuis que nous nous sommes remis ensemble, il a tenu à ce que je quitte mon travail.

PUIS, UN JOUR, il m’annonce qu’il a décidé de se séparer de moi et de divorcer. Devant mes protestations, il m’explique qu’il a  eu l’honnêteté de m’informer de ses intentions mais qu’il n’a absolument pas besoin de mon accord, ni même de ma présence  pour se séparer de moi. Comprenez par là que le bonhomme a des relations haut placées, et je n’allais pas tarder à m’enrendre  compte car le jour même, après un coup de fil passé à un juge de sa connaissance, nous étions divorcés aux yeux de la loi. Du jamais vu !

N’AYANT PAS D’EMPLOI et nulle part où aller, j’étais obligée de continuer à vivre dans notre appartement en attendant de retomber sur mes pattes. Hors de question d’annoncer la nouvelle à mes parents qui en auraient fait une attaque ! Et à ma plus grande surprise, à peine étions-nous divorcés qu’il est revenu s’installer chez nous en jouant les hommes amoureux ! Mais cette situation n’a pas duré. Sa femme est revenue à la charge et il a décidé de rentrer chez lui, encore une fois.

DÉCIDÉ À SE DÉBARRASSER de moi, il m’a alors mise dehors.  Il savait que je n’avais nulle part où aller, que j’étais sans travail et sans le sou, mais rien ne l’a attendri. Il m’a chassée comme une moins-que-rien, insensible à mes supplications. Je  me suis retrouvée à la rue, toutes mes affaires entassées dans ma voiture, à errer sans savoir où aller et sans le moindre    dirham en poche. Dieu merci, j’ai été recueillie par la belle-mère d’une amie, qui a eu l’extrême gentillesse de m’héberger pendant un mois.

AUJOURD’HUI, quatre mois se sont écoulés depuis mon mariage éclair. Je suis retournée chez mes parents à qui je n’ai toujours pas osé dire la vérité. Pour eux, il est en déplacement mais petit à petit, je laisse entendre à ma mère qu’il y a de l’eau  dans le gaz entrenous. Comme je n’ose pas ramener toutes mes affaires chez mes parents de peur d’éveiller leurs soupçons,j’en garde une grande partie dans ma voiture qui me sert de dressing. Fort heureusement, j’ai retrouvé mon ancien poste et j’arrive donc peu à peu à me remettre à flot. J’ai eu somme toute beaucoup de chance dans mon malheur car une autre  que moi aurait très bien pu finir à la rue et se prostituer.

L’actrice franco-marocaine Nadia Benzakour joue dans le dernier film d’Eric Barbier, « Zodi et Téhu ». Un magnifique conte dans lequel
L’événement Art-Fair est de retour à Marrakech. Ce rendez-vous international pose ses valises dans les salons de la Mamounia, mais
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4