Coup de cœur : Loulou de la Falaise, l’icône du style

La première monographie consacrée à Loulou de la Falaise, muse et égérie d’Yves Saint Laurent, vient d’être publiée aux éditions Rizzoli sous la direction d’Ariel de Ravenel

Digne descendante d’une famille anglaise aristocrate passionnée d’art, Loulou de la Falaise fait ses premiers pas dans la mode londonienne en posant pour “Vogue”, puis en intégrant l’équipe du magazine britannique “Harpers & Queen” en tant que rédactrice. À la fin des années 60, elle s’installe avec sa mère à New York où elle fréquente la scène artistique du moment et se lie d’amitié avec des artistes tels que Robert Mapplethorpe ou encore Andy Warhol, pape du pop art. Elle y marche sur les pas de sa mère en débutant une carrière de mannequin et en posant pour de grands noms de la photo comme Richard Avedon et David Bailey.

Mais en 1968, une rencontre va marquer un tournant majeur dans sa vie : celle avec Yves Saint Laurent. La symbiose entre eux est telle qu’ils ne se quitteront plus…

Elle s’installe alors à Paris et devient la muse de ce jeune couturier, à qui elle insuffle fraîcheur et fantaisie, et l’accompagnera pendant près de 30 ans. Si elle inspire ses créations, elle prendra aussi part activement au développement des ateliers de l’avenue Marceau en intégrant la maison de couture Yves Saint Laurent en 1972, et en se voyant confier le département maille et accessoires de la maison française. Plus tard, elle s’occupera de la collection de prêt-à-porter “Rive gauche” de la marque.

Elle devient rapidement une icône de la mode, tant par ses créations qu’à travers les clichés que réalisent d’elle Helmut Newton, Steven Meisel ou encore Bettina Rheims. Figure des nuits parisiennes qu’elle sillonne aux bras de son amour de toujours, Thadée Klossowski, avec qui elle aura une fille, elle fait l’unanimité aussi bien dans les cercles de la haute bourgeoisie parisienne que dans les milieux underground, où elle impose son style bohème chic avec légèreté et nonchalance. L’élégance parisienne, désinvolte et excentrique, c’est elle !
Lorsque Yves Saint Laurent prend sa retraite, Loulou de la Falaise crée sa propre maison éponyme de bijoux en 2003, puis dessine à partir de 2007 certaines pièces pour Oscar de la Renta. Le 5 novembre 2011, elle s’éteindra à l’âge de 64 ans.

C’est cette vie passionnante, faite de rencontres incroyables, qui constitue le fil conducteur de cet ouvrage, à travers 400 clichés, en couleurs et noir et blanc, qui retracent l’existence de Loulou de la Falaise, sa carrière de mannequin ainsi que des souvenirs intimes de personnalités qui l’ont côtoyée, racontés par Natasha Fraser-Cavassoni. Un beau livre et un magnifique hommage préfacé par Pierre Bergé, l’ami d’une vie, et clôturé en beauté par les propos de Thadée Klossowski.
 

L’actrice franco-marocaine Nadia Benzakour joue dans le dernier film d’Eric Barbier, « Zodi et Téhu ». Un magnifique conte dans lequel
L’événement Art-Fair est de retour à Marrakech. Ce rendez-vous international pose ses valises dans les salons de la Mamounia, mais
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4