Cette chercheuse a découvert un test qui détecte le cancer

La cancérologue Patrizia Paterlini-Bréchot a mis au point un test qui, par une prise de sang, permet de détecter le cancer. Une révolution.

Cela fait vingt ans que Patrizia Paterlini-Bréchot, professeure de biologie cellulaire et d’oncologie à la faculté de médecine Necker-Enfants malades, cherche dans son laboratoire une solution pour éradiquer le cancer. Dans son laboratoire, elle travaille sur les cellules tumorales circulantes, qui circulent dans le sang des années avant que les métastases apparaissent. En 2005, une machine Iset ultrasensible est mise au point. Elle parvient à détecter une cellule tumorale dans dix millilitres de sang parmi cinq milliards de globules rouges et cent millions de globules blancs. A Nice, des patients à risques ont été suivis pendant six ans. Grâce au test, des cellules tumorales ont été détectées dans le sang de cinq d’entre eux bien avant que le cancer soit visible par radiologie. Aujourd’hui, le test est enfin commercialisé. Facturé 486 €, il n’est pour l’instant pas remboursé par la Sécurité sociale. Patrizia Paterlini-Bréchot cherche aujourd’hui des financements pour pouvoir déterminer de quel organe proviennent les cellules malades et gagner ainsi du temps.

 

Une douceur exquise qui sublime le biscuit d'amande et la framboise.
Pour certains couples, la confiance repose sur la transpartence totale allant du mot de passe de son téléphone à la
“L’amour poétisé, idéalisé, héroïsé, s'est dilué en prenant des trajectoires et des formes différentes.”
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4