Brahms au centre de la tournée de février du Chœur Philharmonique du Maroc

Pour sa tournée de février, le Chœur Philharmonique du Maroc interprète la version pour chœur et piano du Requiem de Brahms. Une composition à écouter à Marrakech, Rabat et Casablanca.

Le Chœur Philharmonique du Maroc invite le public à (re)découvrir Brahms. En effet, il interprète la version pour chœur et piano de son célèbre Requiem lors d’une tournée de trois dates (11, 12 et 13 février respectivement à Marrakech, à Rabat et à Casablanca). La particularité de cette partition ? Si les requiems sont traditionnellement dédiés aux défunts, celui de Brahms s’adresse aux vivants, comme le fait savoir le Chœur Philharmonique du Maroc dans un communiqué.
Le compositeur décide de choisir des textes en allemand, issus de la traduction de l’Ancien et du Nouveau Testament par Martin Luther. Des passages apportant réconfort et foi. Deux versions existent : une pour solistes, chœur et orchestre, composé de sept mouvements, et une autre pour chœur et piano. C’est cette dernière qui sera interprétée par le Chœur Philharmonique du Maroc, Tania Dovgal et Claudia Dafne Sevilla Carrion au piano, sous la direction de Denis Comtet. Pour rappel, le Chœur Philharmonique du Maroc, créé en 2015 à l’initiative de la Fondation Ténor pour la Culture comme formation régulière rattachée à l’Orchestre Philharmonique du Maroc, regroupe plus de quarante choristes semi- professionnels ayant acquis une solide formation dans divers conservatoires nationaux et internationaux de musique.

Dates de la tournée de février :

A Marrakech, à l’Église des Saints-Martyrs, le lundi 11 février à 20h

A Rabat, à la Cathédrale Saint-Pierre, le mardi 12 février à 20h30

A Casablanca, à l’Église Notre-Dame, le mercredi 13 février à 20h30

 

Tarifs : 130 Dhs (plein tarif) et
50 Dhs (tarif étudiant sur présentation de la carte étudiant).

Le projet néerlandais-marocain « Urban Safar Tanja » est plus qu’une performance. C’est un spectacle itinérant, un voyage théâtral émotionnel
Hind Kharifi fait partie de ces illustratrices marocaines qui s’imposent sur la scène du design et du graphisme avec talent
C’est la gardienne de l’éthique des medias. Latifa Akharbach, ancienne journaliste et ex-diplomate, est à la tête de la Haute
C’est le weekend, rien de mieux que de découvrir la capitale économique sous un angle différent.  Rien de tel pour cela
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4