Au Maroc, le cancer du sein est le cancer le plus meurtrier

Le cancer du sein est le cancer le plus meurtrier chez les Marocaines alors que dans certains pays, c’est le cancer du poumon qui est en tête en raison de la recrudescence du nombre de fumeuses. Un point à l’occasion de la journée nationale de lutte contre le cancer en ce 22 novembre.

10 400 femmes atteintes d’un cancer sont décédées en 2014, comme l’a recensé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Avec 27,6% des décès, c’est le cancer du sein qui est le plus meurtrier, suivis du cancer du col de l’utérus (10,3%), du lymphome et myélome multiple (8,1%), du colon et rectum (7,4%) ou encore des ovaires (4,9%). Les facteurs de risque ? En premier, l’obésité chez les femmes et le tabagisme, selon cette agence onusienne. Du côté des hommes, c’est le cancer de la trachée, des bronches et du poumon qui est le plus meurtrier (24,9% des décès sur les 12 500 enregistrés en 2014). Le dépistage est donc déterminant car il permet de détecter le cancer à un stade précoce pour mieux agir. « Le Maroc a réussi à élargir le champ du dépistage précoce du cancer pour couvrir toutes les régions du Royaume, qui sont désormais dotées de centres hospitaliers, qui prodiguent traitement et suivi », comme l’a souligné le Pr. Moulay Taher El Alaoui, président du Conseil scientifique de la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers, qui participe à Marrakech du 21 au 22 novembre au Symposium.
Une manifestation initiée par la Fondation Lalla Salma qui rassemble des médecins et autres professionnels de la santé ainsi que des représentants de la société civile de plusieurs pays africains, réunis pour débattront cette année du « Cancer du sein au Maroc: une approche globale ». En organisant un tel événement, cet institut a voulu réunir tous les acteurs de la lutte contre le cancer du sein afin à la fois de mettre en valeur les points forts, mais aussi d’estimer les insuffisances pour adopter une stratégie nationale plus efficace. En résumé, une sorte d’état des lieux. La Fondation Lalla Salma-prévention et traitement des cancers, a permis aux femmes de bénéficier d’opérations de dépistage, de traitement et de suivi, comme l’a rappelé le Pr. Moulay Taher El Alaoui, avant de relever que l’institut envisage d’engager des activités qualitatives vu l’impact négatif de cette maladie sur les familles des malades.

 

Lien de la vidéo : http://contrelecancer.ma/fr/mediatheque/campagne-de-sensibilisation-au-depistage-du-canc-2/

 

L’actrice franco-marocaine Nadia Benzakour joue dans le dernier film d’Eric Barbier, « Zodi et Téhu ». Un magnifique conte dans lequel
L’événement Art-Fair est de retour à Marrakech. Ce rendez-vous international pose ses valises dans les salons de la Mamounia, mais
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4