A Londres, les agressions islamophobes ont triplé depuis les attentats de Paris

Dans la capitale britannique, le nombre de musulmans agressés chaque semaine depuis le 13 novembre a triplé.

Dans la semaine précédant les attentats du 13 novembre, la police de Londres a rapporté 24 incidents islamophobes. Deux semaines plus tard, ils étaient 76. A l’échelle de l’année, le nombre de cas de harcèlements a également flambé. D’octobre 2013 à octobre 2014, 576 incidents ont été rapportés contre 845 cas l’année suivante, en augmentation de 47.6%. « Des victimes racontent que les gens les évitent dans les centres commerciaux et ne s’assoient plus à côté d’elles dans le bus. Les manteaux et les foulards des femmes sont arrachés », explique Mussurut Zia, membre du Muslim Women’s Network UK. Chez les musulmans, le sentiment de peur s’est accentué depuis les attentats. Certains pensent que les bombardements en Syrie ont fait empirer les choses. Mais Mussurut Zia note tout de même une différence depuis le 13 novembre. « Avant les attentats, je devais sans cesse me désolidariser des barbaries dès qu’il se passait quelque chose alors qu’aujourd’hui, toutes les confessions se solidarisent avec nous et proclament que “c’est nous contre eux”. » De son côté, la police a renforcé ses patrouilles avec 900 officiers impliqués dans la lutte contre les actes islamophobes. Selon elle, leur nombre est largement sous-estimé car les victimes ne portent pas plainte. Pourtant, l’un des moyens d’endiguer ce phénomène serait de faire état de ces crimes auprès des autorités.

L’initiative vient en réponse au nombre croissant d’incidents dans le système de transport public du Pakistan impliquant le harcèlement et
Latifa Chérif, présidente de l’association Le ruban rose dresse pour nous, à l’occasion de La journée mondiale de lutte contre
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4