Résultats fructueux pour le projet “REDIP” pour la lutte contre la violence basée sur le genre 

Lancé en janvier 2020, le projet “REDIP” pour la lutte contre la violence basée sur le genre sur les enfants et les adolescentes livre ses résultats et ses solutions.

Le projet « REDIP : Renforcement de la réponse du dispositif de protection intégrée de la violence sexuelle dans les villes de Fès et Meknès », lancé en janvier 2020 et mis en œuvre par l’association marocaine « AMANE en partenariat avec l’ONG espagnole AIDA, et avec l’appui financier de l’Agence Catalane de Coopération au Développement, a pour but de contribuer à la lutte contre la violence basée sur le genre à l’égard des filles et des adolescentes dans ces deux villes.

Arrivant à son terme en juillet 2022, le Projet a abouti à des résultats positifs et des solutions fructueuses à savoir :

–                La réalisation d’une étude nationale dans le cadre du projet REDIP afin de mieux comprendre la situation actuelle des violences basées sur le genre au Maroc, les causes de la persistance de ces violences et leurs conséquences sur la vie des enfants. Cette étude a révélé que Les violences sexuelles représentent un quart des violences subies (25,3%) et concernent nettement plus les filles (61%) que les garçons (39%).  Cela explique que les stéréotypes liés au genre sont basés notamment sur des traditions et une culture patriarcale qui contribuent à considérer les violences faites aux enfants comme des méthodes éducatives socialement acceptées.

–                Le renforcement des capacités des acteurs du système de la protection de l’enfance sur la détection et la prise en charge des cas de violences sexuelles à l’encontre des filles et adolescentes, pour leur donner la possibilité d’avoir un avenir meilleur. Ainsi, 64 acteurs ont été formés à Fès et Meknès, appartenant à la Société civile ainsi que des représentants de différentes institutions …

–                La prise en charge juridique, sociale, psychologique et médicale de plus de 138 enfants victimes de violence.

–                La sensibilisation étant un instrument important pour la démystification des tabous, 257 enfants et 125 parents ont été sensibilisés à la prévention et la détection des violences sexuelles à travers 36 séances de formation/sensibilisation, et des projets pédagogiques créés avec des jeunes collégiens (pièces théâtrales, animations vidéo, exposition de peintures, dessins muraux…).

–                La création d’une plateforme en ligne destinée aux enfants de 9 à 15 ans, appelée Espace Jeunes. Elle propose des activités ludiques, en langues arabe et française, adaptées aux centres d’intérêts des jeunes pour apprendre à reconnaître les signes de violence (en ligne, à l’école, etc.), savoir comment et à qui en parler, et s’auto-protéger.

–                Le lancement de la campagne digitale « KAFA 3onfane didda al-atfal » a permis de sensibiliser plus de 500 000 personnes âgées de 18 à 64 ans sur les dangers des violences à l’égard des enfants et les dispositifs mis en place par l’Etat et les associations pour accompagner les enfants victimes et leurs familles et lutter contre les effets dévastateurs des violences sur la construction des enfants et le développement de la société. Des personnalités de divers horizons : acteurs, musiciens, politiciens et journalistes n’ont pas hésité à apporter leur soutien à la campagne, comme « Samia Akariou, Groupe Lazywall, Jihane Bougrine, Abdessamad El Horfi, Hamid El Hadri, Soufiane Nhass, Amina Maelainine ou encore Hamid Bouchnak. »

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4