Quel sport pour quelle maladie ?

Chaque type de maladie nécessite des précautions particulières. Et certains sports sont à privilégier, tandis que d’autres doivent être évités...

Se bouger, c’est guérir aussi  

Souffrir d’une pathologie chronique ne doit pas pénaliser l’activité physique. Bien au contraire, travailler ses muscles et son souffle regorge de bénéfices pour l’organisme et le moral. Ainsi, le cœur fatigue moins et devient plus endurant, les parois des vaisseaux s’assouplissent, la tension artérielle peut s’abaisser, la masse graisseuse diminue, la part de bon cholestérol l’emporte par rapport au mauvais, le retour veineux, le sommeil et l’appétit s’améliorent et même l’anxiété se résorbe peu à peu. Sans compter que la qualité de vie, l’estime de soi et la socialisation s’en voient renforcées. Néanmoins, chaque type de maladie nécessite des précautions particulières. Et certains sports sont à privilégier, tandis que d’autres doivent être évités…

Choisir son sport en toute sécurité

Les maladies cardio-vasculaires : Après un bilan cardiaque préalable, comportant électrocardiogramme et épreuve d’effort, une activité d’endurance est recommandée trois fois trente minutes par semaine (marche, natation, vélo, course à pied, gymnastique douce). Mais si on est débutant, mieux vaut commencer très progressivement pour ne pas être essoufflé. En outre, il faut proscrire les sports intensifs, prendre la peine de s’échauffer et de boire beaucoup avant et après la séance.

l’asthme : Le sport, dans certains cas, peut déclencher une crise d’asthme (dit d’effort), voire même révéler la maladie. Car tout exercice entraîne une hyperventilation agressive pour les bronches, surtout lorsque l’air est sec et froid. Le bronchospasme peut aussi survenir à la faveur d’un air contaminé par la pollution ou les allergènes (poils, pollens, acariens). à savoir : les sports d’endurance (athlétisme, football, course à pied…) sont les plus asthmogènes, ainsi que la plongée sous marine et l’équitation (pour les personnes allergiques aux poils). L’alpinisme, le ski et le parachutisme exposent à l’air froid et doivent être pratiqués avec précaution. A contrario, l’air chaud et humide dégagé autour des bassins de natation en fait un sport de choix pour les asthmatiques.

Conseils + : inspirer par le nez pour réchauffer et humidifier l’air, s’échauffer en douceur pour diminuer l’hyperventilation provoquée par l’exercice et  un quart d’heure avant la séance, utiliser l’aérosol broncho- dilatateur prescrit par son médecin.

le diabète : Ni le diabète de type I, insulino- dépendant (chez le sujet jeune), ni le diabète de type II, dit gras et non insulino-dépendant  (chez les personnes plus âgées et en surpoids) ne constituent un frein à la pratique sportive, à condition d’être équilibré et traité. Pour ce qui est du type I, la plupart des sports sont possibles, sous réserve de bien maîtriser les réactions de son corps face à l’effort. On pourra alors adapter l’alimentation et la dose d’insuline à injecter. Dans le diabète de type II, une activité physique d’intensité moyenne (marche, cyclisme, randonnée) est préconisée, suite à un bilan cardio-vasculaire normal.

Conseils + : Surveiller sa glycémie avant, pendant et après l’effort, emporter toujours du sucre pour contrer une éventuelle hypoglycémie, surveiller ses pieds (lésions diabétiques) et opter pour des chaussures de qualité, éviter les sports comme l’escalade, le saut en parachute ou la plongée pour éloigner le risque de malaise. 

l’obésité : Certains mouvements pourraient mettre à mal les articulations au niveau des hanches, des genoux et des chevilles. Fuir le footing, les sports de ballon ou le tennis et adopter la natation ou le vélo.

l’épilepsie : Il est conseillé d’avoir ses médicaments sur soi et de s’adonner aux sports d’équipe plutôt qu’à ceux en solitaire. Faire également une croix sur la plongée sous marine, la boxe ou les jeux de combat. 

le mal de dos (lombalgie) : Mal de dos et douleurs sciatiques ne font pas bon ménage avec les sports dits asymétriques qui ne font travailler qu’un côté du corps (golf, tennis) ou encore les sports de ballon (handball, football). à l’inverse, on peut muscler son dos grâce à la natation et la gym en salle.

C’est dans la douceur de vivre méditerranéenne que New Tangier présente une nouvelle collection fluide, acidulée et résolument décontractée. La
C’est l’été, les températures montent, quoi de mieux que de rester au frais et de binge watcher sur Netflix. Si
Si en 2023 une blessure a empêché, quelques jours seulement avant le début de la saison à Hawaï, "le lion
L’artiste Faiçal Adali, reconnu pour son approche innovante et sa capacité à capturer l'essence de la culture marocaine tout en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4