Leila Doukkali, présidente de l’AFM : “nous allons offrir une belle visibilité à notre tissu économique”

Le 69ème Congrès des femmes chefs d’entreprises mondiales (FCEM), prévu du 2 au 4 novembre prochain à Marrakech est organisé par l’Association des femmes cheffes d’entreprises du Maroc (AFEM) sous le thème “Une croissance durable plus forte ensemble”. Leila Doukkali, présidente de l’AFEM revient pour nous sur les moments forts de ce rendez-vous et brosse l’état des lieux de l’entrepreneuriat féminin au Maroc.

Le Maroc accueille du 02 au 04 novembre 2022 le 69ème Congrès Mondial des Femmes Cheffes d’Entreprises. Quelle est la portée de cet évènement et en quoi son organisation est si importante pour notre pays ?
C’est avec beaucoup de fierté que l’AFEM organise le 69ème Congrès Mondial des Femmes Cheffes d’Entreprises. Sa portée traverse tous les continents puisque plus de 35 pays seront représentés à Marrakech. Nous attendons plus de 300 femmes qui feront le déplacement pour venir passer trois jours dédiés au Networking, aux B to B sectoriels, à des débats sur des sujets pointus et actuels et à des partages d’expériences.
Notre Royaume a beaucoup investi autour d’une nouvelle économie ouverte sur l’innovation, le digital et la Greentech. Son expertise est reconnue mondialement.
Nous souhaitons mettre en lumière ses atouts et véhiculer une image forte et dynamique de notre économie et ainsi placer notre Royaume parmi les pays qui comptent sur l’échiquier international.

 Quelles retombées en espérez-vous pour les femmes cheffes d’entreprise du Maroc ?
Des mises en relation, des opportunités business, des échanges de bonnes pratiques. Voilà ce que leur réserve cette 69ème édition. Les participantes marocaines auront la possibilité de partager leurs expertises et leurs expériences dans l’objectif de concrétiser des partenariats. C’est l’occasion rêvée pour notre communauté de promouvoir leurs sociétés susceptibles de se développer à l’international.
Des dizaines de partenaires, de fournisseurs et de clients potentiel seront présent au même endroit, au même moment. L’occasion rêvée de faire du business. En marge de ce congrès, grâce au Forum Expo, nous mettrons notre savoir-faire à l’honneur en offrant une belle visibilité à notre tissu économique.

“Une croissance durable plus forte, Ensemble” est le thème de cette édition. Quel serait l’apport des unes et des autres pour concrétiser cette ambition ?
Considérant que la croissance n’est durable que si elle est collective et instaure un équilibre entre toutes les parties prenantes,
Convaincues que l’Egalité des genres étant un prérequis pour atteindre les objectifs ODD fixés en 2030, Il s’agit de savoir comment nous femmes cheffes d’entreprise pouvons impacter durablement la croissance.
Toutefois, les entreprises gérées par des hommes et des femmes, ne sont pas toutes égales que ce soit pour accéder aux financements, prendre le virage du numérique ou adopter les démarches de durabilité́.
Pour les femmes, l’accès au financement et à la technologie est encore plus difficile. Un grand nombre d’études, affirment que les femmes en général sont plus sensibles à la démarche « green », cela est-il suffisant pour leur permettre de « s’engouffrer » dans les opportunités qu’offrent les business du green ?
C’est l’occasion lors des débats du world congress FCEM 2022 de partager les modèles de croissance suivis par les femmes entrepreneures, leurs forces et leurs faiblesses, et les potentiels qui s’offrent à elles grâce à des initiatives et programme afin d’accélérer leur présence et renforcer leur nombre sur des sujets du futur qui sont vitaux pour notre économie et notre équilibre à tous et à toutes !

 Vous êtes à la tête de l’AFEM depuis 2019. Quel bilan dressez-vous de l’entrepreneuriat féminin au Maroc ?
L’entrepreneuriat féminin au Maroc est très loin de là où il devrait être. Les chiffres sont en recul depuis 2015 pour être à ce jour à 10% de taux de création d’entreprise par la femme. Ce qui ne reflète en aucun cas le potentiel de notre société. La pandémie est venue ébranler davantage cet écosystème entrepreneurial féminin.
L’activité d’une grande majorité de femmes cheffes d’entreprises marocaines a été violemment secouée du fait qu’elles exercent essentiellement dans les secteurs du commerce et des services. Ces derniers ont été mis à mal ces trois dernières années. Un grand nombre de TPE ont dû mettre la clef sous la porte faute de commandes et de délais de paiement trop longs.
A cela se rajoute les conséquences économiques liées aux tensions mondiales actuelles et à une inflation galopante et un pouvoir d’achat en berne.

Quelles actions comptez-vous entreprendre en 2023 ?
Nous avons trois actions phares que nous mettrons en place dès début 2023. L’AFEM œuvre depuis 2000 à encourager et à accompagner à la création d’entreprises par les femmes et ce à travers tout le Maroc.
IMPULSE, dédié aux porteuses de projets, sera la nouvelle approche d’un accélérateur qui prendra en considération les contraintes liées à la création d’entreprises par les femmes en les accompagnant par différentes actions leur permettant d’aller au bout de leur ambition.
Nous avons également un rôle de sensibilisation à la Green Technologie.
SHE GREEN  viendra favoriser les projets Greentech au service de l’éco-entreprenariat vert .
Les femmes cheffes d’entreprises marocaines à travers le monde sont nos meilleures ambassadrices. Elles sont une véritable richesse pour leur pays d’origine. Nous souhaitons les inviter à venir rejoindre notre communauté. La 13ème région représentera donc les Marocaines du monde.

L’association Maroc Cultures a annoncé le retour, dès 2024, du festival Mawazine-Rythmes du Monde pour sa 19ème édition, après trois
Après une édition aux Emirats arabes unis en 2022, la Coupe du monde des clubs, dénommée Mondialito, débute ce soir
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4