France : un prof se déshabille en cours pour protester contre la présence d’une étudiante voilée dans sa classe !

On aura tout vu ! il faut croire que la présence d’une étudiante voilée a fait sortir de ses gongs un professeur de l’école de droit de Paris, au point que celui-ci a eu un comportement pour le moins étrange et choquant…

Vendredi, en début d’après-midi, les élèves de l’école d’avocats de Paris ont été témoins d’une scène surréaliste. Alors qu’ils assistaient à un cours de déontologie donné dans un amphithéâtre de l’école, retransmis par vidéoconférence dans deux autres salles, un incident a éclaté entre leur professeur et une élève.

Refusant le port du voile dans sa classe, celui-ci a refusé de dispenser son cours et a tout bonnement retiré ses vêtements devant les élèves en revendiquant la «religion du naturisme».

Grégoire Lafarge, avocat et professeur depuis plusieurs années à l’Ecole de formation professionnelle des Barreaux de la Cour d’Appel de Paris (EFB) a refusé de faire cours et a quitté la salle, s’insurgeant de la présence d’une élève, coiffée d’un foulard.

Les témoins de la scène racontent qu’«en arrivant dans l’amphithéâtre, le professeur regardait avec insistance la jeune fille voilée. Il s’est approché d’elle pour probablement lui demander d’enlever son voile mais d’autres élèves l’ont empêché de terminer sa phrase».  «Il a très mal réagi, et a immédiatement quitté l’amphi». Avant de revenir, apparemment en furie: «il s’est déshabillé en retirant son écharpe, sa veste, sa chemise. Et il a hurlé "ma religion à moi c’est le naturisme», poursuit le témoin de la scène. Et de poursuivre «Le directeur est ensuite intervenu pour le faire sortir et présenter ses excuses à la jeune fille voilée».

Stupéfaits et outrés par cette réaction de leur professeur, les élèves auraient pris la défense de leur camarade en l’applaudissant. Quant à la jeune fille, celle-ci s’est également exprimée sur Facebook. «Je respecte ceux qui trouvent ma tenue offensante, mais je pense avoir le droit d’être ici», a-t-elle commenté, déplorant les «proportions» qu’a pris l’événement.

Maître Grégoire Lafarge, qui compte parmi ses clients le vice-président du Front national Florian Philippot et le député UMP Patrick Balkany, accuse l’école d’avoir failli à sa mission et enfreint «les lois de la République, le principe de laïcité». Il menace d’ailleurs de porter plainte contre l’école.

 «C’est une période grave, ce qui s’est passé touche à des questions graves sur lesquelles je ne réagis pas à chaud», a fait savoir Maître Jean-Louis Scaringella, directeur de l’école. «Nous allons régler cela entre nous, réfléchir avec le conseil d’administration», déclare-t-il, précisant que c’était la première fois qu’il avait à gérer une telle situation mais aussi la dernière car Grégoire Lafarge ne dispensera plus de cours dans son établissement.

De son côté, le professeur avocat est retourné à son cabinet. Il a déclaré au Figaro qu’il rédigerait une lettre au bâtonnier, et évoque le «contexte actuel»: «être avocat c’est prendre la défense de tout le monde, sans signe distinctif. Il ne doit pas y avoir d’esprit laïc minimal. Les fractures dans toutes les écoles de France se matérialisent».

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4