FIFM : In conversation with Ranveer Singh

Ranveer Singh a toujours la tête un peu dans les nuages. Après une Etoile d’or, en hommage, lors de la cérémonie d’ouverture de la 19e édition du FIFM, le vendredi et un accueil extrêmement chaleureux à la place Jemaa El Fna pour la projection du film « Bakhiro Bastani », la super star de Bollywood a offert, ce samedi 12 novembre, une belle leçon de cinéma devant un public jeune et conquis.

La conversation avec Ranveer Singh, commence par un montage proposé par Jihane Bougrine. On y retrouve l’acteur, à l’ascension fulgurante, à ses débuts dans le rôle de l’adorable Bittu de Band Baaja Baarat, le voleur exalté au grand cœur de Lootera, ou l’ardent criminel de Gunday. La critique cinéma met la lumière sur l’incroyable capacité de l’acteur à jouer dans des rôles tout aussi différents les uns des autres.

Caméléon-né

Un véritable « caméléon », un don inné qui fait de l’acteur autodidacte et parfait outsider, l’une des icônes les plus populaires des jeunes du sous-continent et bien au-delà. Chemise léopard ouverte, chaussures assorties et lunettes noire, la star fait une entrée fracassante, esquissant quelques pas de dance dans la plus pure tradition Bollywoodienne. Le ton est donné et la conversation se poursuivra entre traits d’humour, performances et séances d’émotion.

Emotion et destin

« Je suis encore dans un nuage, j’ai été très impressionné et touché de voir tous ses jeunes garçons, réunis hier, à Jemaa El fna, faire ensemble mon geste signature », évoque l’acteur. Ranveer Singh évoque ses débuts dans le cinéma.  L’acteur trentenaire a toujours rêvé de devenir une star de cinéma et incarner la quintessence du héros des films indiens. Un pari qui était loin d’être gagné d’avance : « Quand j’ai décidé de prendre ce chemin, je ne connaissais strictement rien au cinéma, j’y suis arrivé par miracle et il était presque impensable pour d’arriver là où je suis aujourd’hui. La manière dont le monde a concocté ce destin pour moi est incroyable », s’étonne encore aujourd’hui Ranveer !

Vedette en un week-end

Après des débuts difficile (Il faut dire qu’il était très compliqué de percer dans le milieu du cinéma à cette époque sans faire partie d’une des dynasties de Bollywood), l’acteur a tout de même réussi à s’imposer dans ce milieu très fermé dès son premier rôle dans Band Baaja Baaraat qui connaît un très grand succès et lance sa carrière. « En l’espace d’un week-end j’étais devenu une vedette. L’immense Shahrukh khan m’a même appelé. Il m’a félicité pour mon rôle et m’a encouragé à poursuivre ma carrière », se remémore l’acteur avec émotion. Le film signera une série de collaboration avec Sanjay Leela Bhansali, qui l’a dirigé dans trois films successifs : Goliyon Ki Rasleela Ram-Leela, Bajirao Mastani et le magnifique Padmaavat, où il revisite le rôle de l’antagoniste des films indiens contemporains, et construit un personnage inoubliable pour le grand écran, l’anti-héros Khilji.

Reconnaissance

« C’est le réalisateur qui m’a le plus enseigné, c’est lui qui m’a influencé énormément en matière de cinéma et d’art en général. Il m’a appris que le royaume de la créativité est sans limite », dit-il.  Avec Sanjay Leela, l’acteur prend de plus en plus d’assurance, il apprend à habiter ses rôles plutôt que de les jouer. Le réalisateur lui permet d’interpréter ses rôles plus librement, de contribuer à l’écriture de ses rôles. « Il y a un avant et un parés ma rencontre avec lui », précise Raveer. Malgré ses succès retentissants, qui se comptent en milliards de vues, l’acteur reste toutefois assez réservé sur la place des acteurs : « Le cinéma est avant tout un moyen d’expression des réalisateurs. Les acteurs sont des outils importants certes, mais il reste une partie du projet seulement. Quand je m’engage dans un film, je fais confiance au réalisateurs et je m’engage à réaliser au mieux sa vision du film ».

Mission sociale

L’acteur reste investit d’une mission qu’il s’est donné : « Dans ce monde assez morose où nous vivons, Cette vie difficile remplie de souffrances où les gens doivent livrer bataille quotidiennement, apporter un peu de joie, alléger ce fardeau pour des millions de gens est quelque chose de très important pour moi. Je veux être celui qui raconte une belle histoire, qui offre une dance ».

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4