Faten Hamama et Omar Sharif, un couple de légende

Dans la vie comme au cinéma, ces deux monstres sacrés du cinéma égyptien et arabe étaient inséparables. Leur couple a fait rêver des générations de cinéphiles et restera à jamais inscrit dans la postérité.

Dans la vie comme au cinéma, ces deux monstres sacrés du cinéma égyptien et arabe étaient inséparables. Leur couple a fait rêver des générations de cinéphiles et restera à jamais inscrit dans la postérité. Retour en photos sur l'une des plus belles histoires d'amour qui soit, l'une de celles qui brisent les codes sociaux et religieux…



C'est en 1954 qu'elle rencontre Omar Sharif lorsque le réalisateur égyptien Youssef Chahine la fait jouer à ses côtés dans Ciel d'enfer. Le film est présenté au Festival de Cannes en1954 et fait partie de la sélection des 150 meilleures productions égyptiennes lors du centenaire du cinéma égyptien en 1996.



Mariée au réalisateur Ezzel Dine Zulfikar, avec qui elle a une fille, Nadia, elle divorcera quelques années plus tard pour épouser, en 1955, alors qu'elle est âgée de 23 ans, le jeune premier Michel Shalhoub, âgé de 23 ans également. Pour l'épouser, il se convertira à l'Islam et prendra le nom d'Omar Sharif. Ensemble, ils auront un fils, Tarek Sharif.



Leur histoire d'amour entrée dans la légende ne résistera malheureusement pas à leurs carrières respectives. Alors qu'elle poursuit sa carrière en Égypte, Omar Sharif lui poursuit de son côté une carrière internationale. Courtisé par les Etats-Unis, il s'y installe avec leur fils, Tarek et y signe un contrat de sept ans avec les studios hollywoodiens Columbia Pictures. Le couple se séparera d'un commun accord en 1968, malgré leurs sentiments, pour incompatibilité de la vie de couple avec la vie d'acteur international.



Plus tard, dans une interview accordée à Paris Match, il confiera: « Une seule femme a compté dans ma vie, l’actrice égyptienne Faten Hamama avec qui j’ai eu mon fils. Nous sommes restés douze ans ensemble, mais quand je suis devenu une star internationale, j’ai eu peur de ne pas pouvoir lui rester fidèle. Il y avait trop de tentations. Alors, nous nous sommes séparés. Il n’y a jamais eu d’autre femme dans ma vie, à part de brèves aventures sans lendemain. ­Toujours en voyage, je suis resté et reste encore insaisissable. Mais, comme je suis vieux, ça n’a plus d’importance… »

Le Festival International du Film de Marrakech (FIFM) qui a clôturé la 6e édition des Ateliers de l’Atlas (27-30 novembre)
Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa représente Sa Majesté le Roi Mohammed VI aux travaux du Sommet mondial de
Figure emblématique du cinéma marocain, le réalisateur Faouzi Bensaïdi, a reçu l’Etoile d’Or du Festival international du film marocain (FIFM),
Au tribunal de famille de la métropole, les vies matrimoniales de millions de Casablancais attendent leurs sorts. Mariages, divorces, garde
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4