Egypte : réduction de peine pour la danseuse « trop sexy » qui avait fait polémique

Une Cour d'appel du Caire a réduit de moitié dimanche la peine de prison infligée en première instance à une Égyptienne poursuivie pour "incitation à la débauche" après la diffusion d'un clip dans lequel elle dansait de façon suggestive
La jeune femme, Reda al-Fouly, avait été arrêtée le 25 mai, quelques jours après la diffusion du vidéoclip amateur "Seeb Idy" ("Laisse ma main" en français). Elle y danse vêtue d'une robe très courte au décolleté plongeant, tandis que la caméra multiplie les gros plans sur son imposante poitrine et ses jambes nues.


Condamnée à un an de prison par un tribunal correctionnel du Caire en juin, elle a fait appel du verdict. 

 
Dimanche, la Cour d'appel a réduit la peine à six mois de prison, a indiqué une source au sein du tribunal.


Le réalisateur de la vidéo, qui danse et chante aux côtés de Mme Fouly dans le clip, avait été condamné à un an de prison par contumace, et il est toujours en fuite.

Suite au succès retentissant des vitrines M’OTION à M Avenue, la première édition du concours M’OTION NextGen s'est tenue le
Elles brillent dans différents domaines et se distinguent par leur force, charisme et impact positif sur leur environnement. Les profils
Il y a urgence ! Il faut stimuler l’implication des femmes dans l’économie. Elle est au plus mal : 19,8%
“Assilah, ville de tous les amours...” est l’intitulé de l’exposition qui réunit onze artistes travaillant pour la plupart à Assilah.
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4