“Charter”, le court-métrage du réalisateur El Houssine Hnine sur le divorce par répudiation

Déjà primé à plusieurs reprises, le court-métrage « Charter » du réalisateur El Houssine Hnine, et qui aborde la thématique du divorce par répudiation, poursuit sa tournée dans les festivals nationaux et internationaux.

Le court-métrage « Charter » en langue amazighe du réalisateur El Houssine Hnine a été couronné de plusieurs prix notamment des Grands prix au festival du Film du Fantasme, au festival international Leonard De Vinci, et au festival Rif international du film amazigh. Dans ce film, le cinéaste raconte l’histoire d’un couple, Assu et Khadija, issus d’une tribu de la province d’Ait Sgrochen Taza, dont le mari a répudié sa femme. Afin qu’il puisse la reprendre comme épouse, elle doit se marier à un autre homme comme le veut la religion. Mais celui qui l’a épousé, refuse de divorcer, ce qui a poussé le premier mari à le tuer… À travers son oeuvre, le réalisateur aborde plusieurs sujets liés à la relation entre les hommes et les femmes, les groupes militants, les idées réactionnaires, la vision des partisans de la ligne dure sur le divorce, l’identité et le langage amazigh, comme l’indique un communiqué. A l’écran, Saeed Darif, Sanaa Bahaj et Aziz Abdouni.

Le court-métrage « Charter » a été choisi pour représenter le Maroc dans plusieurs festivals : le « festival international Flickers’ Rhode Island » , et « Festival of Cinéma NYC / USA », et « Valencia Indie Film Festival », et « Lebanese Independent Film Festival – LIFF / Beirut », et « Venezia Shorts / Italy » et, « festival toronto Owtff  / Canada » et « le festival Barciff/ Espagne ». et « Near Nazareth Festival ( NNF) / Israël ».

Il concourra également pour de nombreux prix dans les festivals marocains: « le  festival Marrakech du film », et « le festival du film amazighe/Agadir », et « le Festival international Cinéma et immigration Oujda ».

 

L’initiative vient en réponse au nombre croissant d’incidents dans le système de transport public du Pakistan impliquant le harcèlement et
Latifa Chérif, présidente de l’association Le ruban rose dresse pour nous, à l’occasion de La journée mondiale de lutte contre
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4