Olivier Berman : Artcurial propose ce 30 décembre à La Mamounia des oeuvres rares et historiques (Interview)

La maison Artcurial Maroc organise le 30 décembre à Marrakech la 5ème édition de la vente évènement “Un Hiver Marocain” à La Mamounia, le rendez-vous incontournable des amateurs d’art. Olivier Berman, Directeur Artcurial Maroc, nous en parle.

La Mamounia va servir d’écrin à la cinquième édition de la vente aux enchères d’Acturial. Pour l’occasion, la vacation de cette édition se divise en trois chapitres : Majorelle & ses Contemporains qui dévoile des œuvres d’artistes tels que Dinet, Ackein, Boutet de Monvel ou encore Roubtzoff, le chapitre Art Moderne & Contemporain, qui présente des artistes qui ont marqué le XXème siècle, au Maroc et dans le monde : Chaïbia, Melehi, Gharbaoui ou encore El Glaoui ainsi que Chagall, Picasso, Matisse ou Miró et enfin le chapitre Art Contemporain Africain qui met en avant une sélection d’artistes modernes établis et de la scène contemporaine. Cet évènement qui “conforte” la place qu’occupe Marrakech aujourd’hui sur le marché de l’art, proposera également à la vente des photographies de Malick Sidibé et Seydou, actuellement présentées au Musée Mohammed VI à Rabat. interview avec Olivier Berman, Directeur Artcurial Maroc.

 

 

En dépit d’un contexte assez difficile, Artcurial réalise chaque année de belles ventes. Comment expliquez-vous cela ?

Le marché de l’art a très bien réagi à la pandémie. Il ne faut pas oublier que depuis ces dix ou quinze dernières années, les enchères sont particulièrement prisées au téléphone et par internet. Il y a moins de présentiel, mais le marché de l’art se porte très bien. Il y a une appétence, et nous en sommes très heureux. Les clients sont là et veulent acheter, il y a de la demande. Il ne faut pas oublier qu’au cours de ces deux dernières années, les clients ont épargné beaucoup d’argent, et ils se sont réintéressés plus à leur intérieur et à leur habitation…

Comment se fait la sélection des œuvres d’art proposées lors de cette vente ?
La vacation de cette 5ème édition se divise en trois chapitres : Majorelle & ses Contemporains, Art Moderne & Contemporain et Art Contemporain Africain. 40% des œuvres sélectionnées proviennent du Maroc. Nous avons un catalogue régulièrement mis à jour de nos clients, qu’ils soient des particuliers ou des institutions que nous contactons ou qui prennent attache avec nous au cas où ils souhaitent se séparer d’une de leurs œuvres… Les personnes qui ont des œuvres à céder s’adressent au meilleur….

Quelles seraient les œuvres d’art qui susciteraient beaucoup d’intérêt et des enchères élevées le 30 décembre?
Dans notre métier, c’est toujours délicat de faire des pronostics. La vente aux enchères n’est pas une science exacte, car il y a le côté plaisir, presque amoureux… Sur les 160 tableaux proposés dans le catalogue, une personne peut craquer pour un tableau, et à la fin de la visite adorer une autre œuvre…C’est dire qu’il est difficile de faire des pronostics, car ce n’est pas la valeur qui détemine l’intérêt du client. On ne peut pas non plus faire des pronostics sur le chiffre d’affaires, mais ce qui est certain, c’est que des classiques marocains, comme Melihi, Gharbaoui ou Chaïbia, vont bien fonctionner car les estimations sont raisonnables et attractives.

Depuis l’installation d’Artcurial au Maroc, quelles différences avez-vous constaté ?
Les ventes se faisaient auparavant en duplex à partir de Paris, et juridiquement et économiquement, les clients réglaient leurs factures à Paris, ce qui d’office éliminait une partie de la clientèle marocaine. Nous avons constaté au bout de trois éditions cette appétence de la part des clients marocains que nous avons pu chiffrer. À partir de ce moment-là, nous avons décidé d’ouvrir notre maison à Marrakech. La différence est que 50% du chiffre d’affaires réalisé au Maroc est fait par des Marocains.

Quels sont les acheteurs éventuels des ventes d’Artcurial ?
Les ventes réalisées à Marrakech en mai par exemple, vente de moindre envergure que celle de décembre, ont réuni près de 18 nationalités d’acheteurs, en provenance des États-Unis, du Brésil, de Singapour, de Chine et de toute l’Europe. Mais il y avait surtout beaucoup d’acheteurs marocains, ce qui traduit la réussite de notre intégration.

Comment se situe votre maison d’enchères par rapport aux maisons marocaines qui ont pignon sur rue ?
Nous nous différencions par un certain nombre de choses. Nous sommes une maison de vente internationale qui dispose de trois lieux de vente à Paris, Monaco et Marrakech. Nous avons un process qui est identique à ce qui existe en Europe, les œuvres sont assurées, les résultats sont publiés dans les 48 heures, les œuvres ne sont jamais surestimées, et nous travaillons dans la transparence. En gros, notre façon de travailler est plus européenne.

 La Maison Artcurial a ouvert sa filiale à Marrakech en octobre 2019. Quelles sont les actions que vous organisez pour installer cette marque dans le paysage artistique marocain ?

Nous avons prévu dans notre business plan beaucoup d’évènements et de partenariats qui ont été rendus impossible par la pandémie. À l’avenir, nous comptons faire plus d’expositions à Casablanca. On gardera Marrakech comme base et La Mamounia comme lieu de vente, et on va essayer de plus nous impliquer dans le développement de l’art marocain dans le monde.

Exposition publique à Marrakech : du dimanche 26 au mercredi 29 décembre 2021, de 11h à 20h. Jeudi 30 décembre 2021, de 11h à 13h. La Mamounia Marrakech
Vente aux enchères : Jeudi 30 décembre 2021 à 16h. La Mamounia, Marrakech

____________________

Artcurial en bref

Fondée en 2002, Artcurial est une maison de vente aux enchères internationale basée à Paris, avec plus de 25 domaines d’expertise. Elle est la première maison de vente aux enchères française. Connue pour avoir lancé de nouvelles spécialités comme le design, le street art ou la bande dessinée, elle génère des records mondiaux et beaucoup d’enthousiasme des collectionneurs. Après l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, l’Italie et Monaco, Artcurial s’installe de manière permanente au Maroc, en octobre 2019, à travers une filiale à Marrakech. Première implantation en Afrique d’une grande société internationale de ventes, cette ouverture renforce le réseau international d’Artcurial.

L’actrice franco-marocaine Nadia Benzakour joue dans le dernier film d’Eric Barbier, « Zodi et Téhu ». Un magnifique conte dans lequel
L’événement Art-Fair est de retour à Marrakech. Ce rendez-vous international pose ses valises dans les salons de la Mamounia, mais
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4