Soumaya Mounsif Hajji : “Changeons les lois, mais aussi les mentalités patriarcales”

Soumaya Mounsif Hajji est traductrice assermentée. À la veille de la réforme de la Moudawana, cette virulente militante dresse un état des lieux de la situation de la femme.

Pensez-vous qu’il soit possible à l’heure actuelle que les femmes aient les mêmes droits que les hommes dans tous les aspects de la vie familiale ?

C’est possible oui bien sûr ! il faut y croire réellement pour y arriver. Nous avons une Constitution largement avancée par rapport au Code de la Famille, une Constitution qui stipule dans son préambule et dans son Article 19 que la femme devrait jouir des mêmes droits que l’homme. Il y a aussi les conventions internationales que le Maroc a ratifiées et avec lesquelles il devrait harmoniser les dispositions de ses lois nationales. L’Article 4 de l’actuel Code, lui-même stipule que la famille est sous la responsabilité commune de l’époux et l’épouse, et qui dit responsabilité commune, dit absence de toute hiérarchie entre les deux époux, donc une égalité des droits. Mais…nous sommes aussi conscients qu’il y aura toujours des “mais”, il y aura toujours des obstacles, c’est normal, c’est ce qui donne au militantisme son charme, sans pour autant nous dissuader de persévérer et de continuer le combat pour une vraie égalité aussi bien au sein de la famille que dans les différents aspects de la société toute entière.

À votre avis, jusqu’où ira-t-on dans la réforme de la Moudawana ?

Je pense qu’on ira suffisamment loin. Personne ne pouvait imaginer qu’on allait pouvoir changer la Moudawana de 1958 vu qu’elle était considérée comme un texte inaltérable, descendant du droit divin. Nous avons fait un long chemin depuis et il n’y a aucune raison que cela ne continue pas. Il y a une volonté politique au plus haut niveau, et à l’initiative de Sa Majesté, plusieurs réformes relatives aux droits de la femme ont vu le jour durant ces deux dernières décennies. 

Quelles démarches préconisez-vous en matière de droits pour la femme marocaine ?

Quand on parle droits de la femme marocaine, on ne parle pas seulement du Code de la famille et de sa révision, cela s’applique à tout l’arsenal juridique afin que l’égalité des droits de l’homme et de la femme soit confirmée et respectée dans toutes les dispositions, que ce soit au niveau du code pénal, du code du travail, de la loi sur la nationalité, etc. Il s’agit aussi de penser à l’autonomisation politique, économique et sociale de la femme, à sa participation à la gestion de la chose publique, à ce qu’elle puisse accéder aux postes de prise de décision, à ce qu’elle puisse prendre part au développement économique du pays en ayant accès à un emploi décent, rémunéré au même titre que l’homme. Mais les lois ne sont pas les seules à faire changer, il y a les mentalités masculines et patriarcales sur lesquelles on doit énormément travailler. À cet effet, un travail de sensibilisation devrait avoir lieu auprès des jeunes et moins jeunes, hommes et femmes. 

À Essaouira, ville portuaire au charme authentique et aux remparts crénelés garants d’un devoir de mémoire, l’hôtel Atlas Essaouira Riad
La CGEM a accueilli ce mardi 16 avril une rencontre économique Maroc-Belgique en présence de Aziz Akhannouch, chef du gouvernement
Ce lundi 15 avril 2024 marque l’ouverture tant attendue du Royal Mansour Casablanca. Après 8 ans de travaux minutieux, la
Soins, maquillage, parfums… Notre sélection exclusive pour être à la pointe des tendances !
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4