Comment accompagner son enfant lors son premier jeûne ?

Lors du mois sacré de Ramadan, certains enfants expérimentent leur tout premier jeûne. Une étape importante qui doit être encouragée et encadrée. Les conseils de Dr. Valérie Alighieri, médecin généraliste et nutritionniste à Casablanca.

L’âge de sept ans est retenu par beaucoup de parents pour le premier jeûne. On peut encourager l’enfant à jeûner une journée, un jour sur deux, ou quelques heures par jour. L’enfant bien entendu doit être en bonne santé. Toutefois le jeûne devient une obligation pour garçons et filles à la puberté, à condition d’être en bonne santé bien sûr. Avant cela

À partir de quel âge un enfant peut-il faire son premier jeûne ?
Il est difficile de répondre à cette question. D’un point de vue médical, il faut surtout s’assurer du bon état de santé de l’enfant indépendamment de son âge. Par exemple, certains souffrent de maladies chroniques qui contre-indiquent le jeûne. D’autres, bien qu’en bon état de santé général, sont fragiles et seront peut-être incapables physiquement de supporter le jeûne. Ils peuvent ressentir des migraines, des troubles digestifs (nausées, vomissements, constipation …), ou parfois, présenter des malaises rendant la poursuite du jeûne difficile. L’avis du pédiatre ou médecin traitant peut s’avérer utile.

Comment le préparer et l’inciter à jeûner ?
Lorsque l’enfant est très jeune, il peut ne pas avoir la capacité de jeûner le mois complet. Les parents peuvent proposer de commencer avec seulement quelques jours pour préparer progressivement au jeûne. Les jours non jeûnés permettront à l’enfant de se reposer, de récupérer et ce sera encourageant et rassurant pour lui. La santé morale et physique de l’enfant doit être surveillée. Le mois de Ramadan est une belle occasion pour rappeler aux enfants et aux adultes qu’une bonne alimentation est primordiale et essentielle pour préserver un corps en bonne santé et pour fournir toute l’énergie dont il a besoin pour un fonctionnement optimal. Il faut ainsi expliquer aux enfants que le jeûne est qualitatif et que ce n’est pas la quantité qui prime mais plutôt la qualité nutritionnelle des aliments.

Comment rendre son premier jeûne “plus facile” ?
Le plus important est d’être bien hydraté. Le manque d’eau provoque fatigue et céphalées. L’hydratation permet également de maintenir un bon transit. Faites-lui boire de l’eau essentiellement, du lait, de la soupe, du bouillon mais évitez les jus qui sont trop glucidiques et non-recommandés en nutrition. Les légumes et les fruits sont également une excellente source d’eau, il ne faut pas les négliger pendant le mois de Ramadan. Privilégiez également les sucres lents à tous les repas : les féculents sont une source d’énergie très importante qui va permettre à votre enfant de tenir toute la journée scolaire du lendemain. Le sommeil est également très important. Les enfants sont tentés de veiller mais le manque de sommeil rend le jeûne plus difficile. Les siestes en dehors des heures de cours peuvent aussi être bénéfiques. Il ne faut pas oublier que les enfants doivent assumer une journée scolaire qui leur demande beaucoup d’attention et de concentration : un jeûne + un manque de sommeil s’apparente à une équation très compliquée à gérer. Préserver le sommeil de la nuit est essentiel pour la croissance.

Quelles sont vos recommandations alimentaires ?
Gardez deux ou trois repas de qualité comprenant suffisamment de glucides pour l’énergie. Privilégiez les féculents : pain complet si possible, pâtes, riz, semoule, pomme de terre. La harira est une bonne source de féculents grâce aux légumes secs et le riz qu’elle contient pour ceux qui l’apprécient. Pour les enfants qui préfèrent les sandwiches, choisissez un pain de qualité si possible fait-maison, évitez les pains industriels tels que les pains viennois, les pains briochés, les pains au lait, les pains de mie qui contiennent beaucoup de sucre et d’additifs. Quant à la garniture, elle doit apporter des protéines de haute valeur nutritionnelle : poulet, viande de bœuf, œufs, poisson, fromage. Évitez les aliments transformés comme les saucisses hot dog ou charcuterie “cacher”. La part des légumes doit être équivalente à la part de féculents : salade verte, crudités comme carottes  ou betterave râpées, tomates, concombres, poivrons verts, légumes sautés, grillés, en gratin ou en tajine. Les soupes de légumes variés, de potiron ou autre légumes permettent de compléter aussi l’hydratation. Proposez à vos enfants des aliments protéiques de bonne qualité : du poisson, de la viande, des œufs et des laitages. Garder une formule plat (assiette composée de viande, légumes et féculent) et dessert (laitage et fruit) au moment du ftour, reste l’une des meilleures formules et garantit au moins un repas équilibré et complet durant 24h.

Pour son concert lors de la 27ème édition du Festival des musiques sacrées du monde de Fès, Kim Burrell sera
Ancrées dans les traditions mais s’inscrivant dans la contemporanéité, les tenues de Ghita Lahrichi composent une silhouette beldi-chic reconnaissable entre
Une robe à manches bouffantes, des ballerines ultra-tendances et des bijoux fins et raffinés… Voyons la vie en rose avec
une composition d'un bel effet pour une salade gourmande.
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4