Burn-out parental: comment le reconnaître et s’en sortir

Fatiguées, épuisées, au bout du rouleau… beaucoup trop de mères ont un jour ressenti ce sentiment, se trouvant au final au bord d’un burn-out parental. Les conseils de Kenza Jai Hokimi, psychothérapeute.

Qu’est-ce que le burn-out parental ?
C’est un stress chronique qui se traduit par un épuisement en lien direct avec le rôle de parent. Il se manifeste au niveau émotionnel par la sensation de “trop plein” ainsi que par une grosse fatigue au niveau cognitif où la personne n’arrive quasiment plus à répondre aux demandes de sollicitation de l’enfant. C’est ainsi que le moindre petit effort du quotidien devient bien difficile. Le parent est comme coupé de son énergie vitale. Il n’en peut plus d’être parent. Il arrive à saturation.

Quels sont les facteurs de risques et les signes avant-coureurs qui doivent alerter ?
Il n’y a pas de profil type. Tout parent peut tomber dans un burn-out. Néanmoins, certains contextes peuvent les fragiliser. Parmi ceux-ci, les naissances rapprochées, de jumeaux ou de triplés mais aussi les grossesses difficiles ou encore les conflits dans le couple. À mon sens, les personnes les plus à risque sont les parents perfectionnistes à tous les niveaux. Sur-impliqués dans l’éducation de leur enfant, ces “hyper parents” veulent tellement bien faire qu’ils en deviennent surprotecteurs. Aussi, à force d’être omniprésents, ces parents peuvent s’engouffrer dans cette spirale infernale du burn-out.

Comment s’en sortir ?
Pour surmonter un burn-out parental, il faut déjà accepter de ne pas être un parent parfait. Pour guérir et se libérer de la charge mentale, acceptez également de lâcher-prise et de déléguer certaines tâches à vos proches, amis ou à votre mari. Un couple, c’est fait pour s’entraider ! Il est important que vous vous trouviez du temps de répit pour surmonter cette période difficile. Profitez-vous pour dormir, déstresser, sortir, faire une activité physique ou parler à une oreille bienveillante qui ne vous jugera pas…

Mais comment éviter d’en arriver jusqu’au burn out parental ?
Quand la fatigue mine le parent, et le cloue au lit, ce sont les premiers signes de l’épuisement parental. Le premier objectif est de retrouver toute son énergie en dormant mieux et en faisant une activité physique quotidienne. Il est primordial d’apprendre à évacuer ses angoisses. La psychothérapie est aussi un formidable outil permettant aux patients d’identifier ses limites. Il est capital de créer les conditions nécessaires pour mieux être dans son rôle de parent.

L’actrice franco-marocaine Nadia Benzakour joue dans le dernier film d’Eric Barbier, « Zodi et Téhu ». Un magnifique conte dans lequel
L’événement Art-Fair est de retour à Marrakech. Ce rendez-vous international pose ses valises dans les salons de la Mamounia, mais
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4