A la une Portrait

Sanaa Moubtassim, la beauté au naturel


Discrète, lumineuse et chalengeuse, le mannequin et actrice Sanaa Moubtassim est une business woman hors-pair qui vient de lancer sa propre marque de cosmétiques baptisée “Les Secrets de Sanaa”. Portrait.

Sanaa Moubtassim adore les défis. Le mannequin et actrice lance “Les Secrets de Sanaa”, une ligne de cosmétiques qui est toute à son image : simple, efficace et redoutable. En effet, le top model formule, en toute minutie, chacun de ses produits avec des ingrédients de qualité supérieure, à savoir un savant mélange d’huiles et de plantes aromatiques connues pour leurs diverses vertus pour la peau. Une marque furieusement healthy dont les soins sont travaillés pour encore plus de sensorialité. À travers ce projet, la pétillante créatrice partage ses découvertes engrangées au fil de ses expériences. Âgée aujourd’hui de 45 ans, Sanaa Moubtassim a démarré sa carrière de mannequinat à 18 ans. “J’ai été repérée dans un célèbre fastfood par un chasseur de tête, se remémore-t-elle. Il travaillait pour une agence de publicité qui s’apprêtait à organiser le défilé des lauréats en design du Collège LaSalle. Il cherchait d’urgence une remplaçante pour une des mannequins souffrante.” Enthousiaste, la jeune lycéenne s’empresse d’en parler à sa mère qui, craintive, part avec elle à l’agence. Sa maman rassurée, Sanaa monte quelques jours plus tard, sur le podium. Ne passant pas inaperçue du haut de ses 1m80, cette belle blonde élégante et souriante tape dans l’œil du célèbre styliste Olivier Lapidus qui est membre du jury. Le défilé fini, l’assistante du couturier se précipite dans les loges pour l’intercepter. “Olivier Lapidus me voulait dans l’un de ses défilés prévus à Paris”, se rappelle-t-elle. Mais cette fois-ci, la maman de Sanaa refuse. “Elle imaginait le pire. Du coup, elle avait très peur pour moi”, se souvient-elle. “Même si, à l’époque, j’étais très déçue, aujourd’hui, je ne regrette rien”. En effet, inconnue encore la veille, la jeune femme connaîtra une ascension fulgurante. 

Succès beauté

Très prisée, Sanaa Moubtassim enchaîne les podiums et les shootings photos pour des revues. En 1996, elle participe même à la première édition de Caftan portée par Femmes du Maroc. “On me voyait partout”, lâche-t-elle. Aussi, un an après, elle se retrouve aux côtés d’Aziz Chihal dans la célèbre émission de divertissement “Studio 5”, avant de jouer dans quatre productions : “Ana ou khouya ou Mratou” (1998), “Chadia” (2001), “Ksar Essouk” (2002) et “L’Autre Dimension” (2006). “Je suis une autodidacte, appuie-t-elle. Je n’ai jamais eu peur de sortir de ma zone de confort chaque fois que j’en ai eu l’occasion.” Entre 2005 et 2009, Sanaa s’épanouit cette fois-ci en tant que responsable rubrique mode et beauté pour trois magazines, successivement, Ousra, Citadine et Nejma. “Je prenais soin de mettre en valeur la beauté de la femme marocaine à travers des tenues traditionnelles agrémentées d’une touche de modernité, des coiffures et du maquillage finement exécutés”, décrit-elle. Après son passage par la case média, Sanaa devient analyste des tendances au sein du bureau de style du Groupe Aksal. Sa mission ? Élaborer des cahiers de tendances semestriels et des guides d’achat pour chacun des segments (Homme, Femme, Enfant, Accessoires, Lingerie), tout en participant à des défilés et salons spécialisés (Pitti-Florence, Bread & Butter-Berlin, Who’s Next-Paris). “C’était une période passionnante et exaltante, s’exclame-t-elle. Je déclinais les tendances émergentes et les grandes orientations mode sur les 18 à 24 mois suivants, donnant notamment une référence de choix en terme de couleurs et matières”.  Sanaa a évolué comme responsable qualité de service clients au sein du département Luxe – Groupe Aksal (2011-2012), responsable Marketing Communication & RP du Groupe Philippe Fluchaire (2013) et coach en image en freelance (2013-2014).

Rebelle mais féminine

Pour des raisons personnelles, Sanaa Moubtassim s’installe en 2015, avec ses jumeaux âgés aujourd’hui de 18 ans, à Valencia en Espagne “Il ne faut jamais avoir peur de repartir à zéro pour mieux avancer”, clame cette femme divorcée. Mais même à plusieurs milliers de kilomètres de là, Sanaa a toujours gardé un œil sur son pays d’origine. “J’ai l’impression que la femme marocaine d’aujourd’hui revendique davantage sa féminité et son indépendance qu’à mon époque.” Pour elle, les mentalités évoluent doucement mais sûrement. “Une femme au Maroc n’a toujours pas les mêmes privilèges, les mêmes droits, le même traitement et la même sécurité qu’un homme”, se désole-t-elle, avant de saluer le courage des femmes actives qui “au regard de ces obstacles”, “ont beaucoup plus de mérite que leurs homologues masculins au vu du nombre de responsabilités assumées”. Et d’enchaîner : “On en est encore à nous dicter comment on doit se comporter, s’habiller, quoi dire ou ne pas dire. On nous traite encore de “sexe faible” alors qu’à 6h du matin dans des quartiers populaires amusez-vous à compter le nombre de femme qui sortent de chez elles pour aller travailler jusqu’au soir malgré tous les dangers d’insécurité qui  les guettent au quotidien car leur grand frère, père ou mari est ‘fatigué’ et n’arrive pas à se réveiller’”. Sanaa Moubtassim ne se considère pas comme féministe. Pour autant, dès que l’occasion se présente, elle n’hésite pas à faire passer des messages sur les réseaux sociaux. “On trouve des photos de moi en maillot de bain sur Instagram, signale-t-elle. Ce n’est pas vulgaire ! C’est mon corps et si ça ne plaît pas, je n’empêche personne de regarder d’autres contenus que le mien.” Sur l’application, Sanaa Moubtassim y est suivie par 140.000 followers, un nombre qui est notamment monté en flèche après ses rôles dans “Dar Dmana” (2015), “Zouaji Mouhal” (2019) et la série à succès “Salamat Abou Lbanat” (2020 / 2021). “Les saisons 2 et 3 ont été reconduites”, annonce-t-elle, avant d’expliquer que ce sont ses fans qui l’ont implicitement poussée à créer sa marque. “Sur Instagram, nombreux ont été ceux qui n’ont pas arrêté de me demander quel était mon secret pour rester aussi jeune”, raconte-t-elle. Attentive et respectueuse, Sanaa a tenu à travailler, à travers son projet, avec des coopératives, et veut faire oublier les idées reçues sur les soins 100% naturels qui manqueraient de glamour. En effet, douceur et délicatesse sont les points forts de sa marque qui propose des cosmétiques revisitant ainsi les traditions de beauté marocaines. 

www.lessecretsdesanaa.ma

Commentaires

Commentaire