A la une Portrait

Fauzaya Talhaoui, la politicienne engagée

Écrit par FDM

Femme politique engagée, juriste chevronnée et féministe convaincue, Fauzaya Talhaoui assume de multiples casquettes dans sa ville d’Anvers. Ses liens toujours aussi forts avec son pays d’origine l’ont amené à développer différents projets, notamment des coopératives solidaires dans les zones rurales de Kebdana, Berkane, Nador et Afsou.

Fortement impliquée dans la vie politique belge, et particulièrement dans sa ville Anvers, Fauzaya Talhaoui est née à Mellilia, et a rejoint à l’âge de 6 ans sa famille dans le cadre du regroupement familial. Spécialisée en droit international et droits de l’Homme, députée et sénatrice pendant une douzaine d’années (elle a été la première femme d’origine marocaine à être élue), Fauzaya Talhaoui est particulièrement engagée dans la vie associative et institutionnelle de son pays d’adoption et de sa ville. “Avant d’avoir été élue au Parlement belge à l’âge de 28 ans, je n’avais pas beaucoup de liens avec le Maroc où on ne revenait que pour les vacances”, reconnaît-elle. Mais depuis, les liens avec le pays d’origine se sont renforcés, avec des actions concrètes sur le terrain, comme le jumelage fructueux en 2005 entre l’Université d’Anvers et l’Université Mohammed Ier d’Oujda ou encore les cours de droit comparé et d’institutions politiques qu’elle donne 2 à 3 fois par an à l’université d’Oujda et des conférences sur le régionalisme au Maroc et le fédéralisme belge à Anvers.  L’image du Maroc pour les nouvelles générations est une question qui revêt une certaine complexité, selon la politicienne belgo-marocaine. “Nos parents connaissent mieux le Maroc que nous, ils étaient imbus de la question de la souveraineté nationale et l’on note que les jeunes générations ne sont pas aussi bien informées sur leur histoire et leur patrimoine, de ce fait ils n’arrivent pas à se positionner en tant que Marocains quand ils sont attaqués pour des questions comme le terrorisme ou le jihadisme qui n’a aucun lien avec notre culture d’origine”, explique-t-elle. En féministe convaincue, Fauzaya Tahlaoui insiste sur le rôle de l’éducation de la mère et les droits des femmes, comme garant d’une société meilleure.

“Nous avons monté quelques projets avec la diaspora marocaine de Belgique dans les régions rurales de Kebdana, Berkane, Nador et Afsou. Ces projets ont pour but d’assurer de l’emploi aux gens de ces régions”, assure-t-elle. D’autres projets ont vu le jour, comme celui du développement de l’agriculture urbaine à Oujda, et dans la foulée apprendre aux gens à manger sainement. Des challenges qu’elle poursuit avec une belle constance, convaincue qu’elle doit tendre la main à la communauté marocaine d’Anvers, mais aussi à ceux qui sont au Maroc et dans sa région d’origine.

Commentaires

Commentaire

Commentaires

Commentaire