A la une Interview

Altair Jarabo, la divine actrice

Écrit par FDM

Sensible, engagée, belle et intelligente, l’actrice mexicaine Altair Jarabo, en visite au Maroc dans le cadre de la promotion de cette destination, nous parle à cœur ouvert de notre pays, de sa carrière, de son engagement et de ses projets. En toute sincérité.

Quels sont les villes et endroits que vous avez le plus aimés durant votre séjour au Maroc ? Quels ont été les moments les plus forts et les plus beaux de ce voyage ?
Toutes les villes ont été mémorables. J’ai particulièrement aimé Tanger. Je trouve que c’est une ville cosmopolite, multiculturelle et inclusive. Cela peut être dû au fait que c’est là que se rencontrent la Méditerranée et l’Atlantique. Cette ville a sa propre personnalité et cela m’a vraiment étonnée.

Que vous inspire ce voyage de 15 jours dans plusieurs villes marocaines ?
J’ai eu l’occasion de visiter Marrakech il y a quelques temps déjà. J’ai adoré cette ville et j’ai voulu en savoir plus sur le Maroc. Quand je suis rentrée au Mexique, j’ai réalisé que nous avions tellement de choses en commun. Même si la religion est différente la spiritualité est la même, et les gens des deux pays sont axés sur la famille. Je pense que nous partageons tellement de valeurs, et c’est pour cela que je souhaite développer une coproduction entre le Mexique et le Maroc. Je suis actuellement à la recherche d’idées et d’histoires différentes, pour en faire une telenovela ou une série intéressante.

Ce serait donc ça le but principal de votre voyage…
C’est un voyage très spécial. D’ailleurs je suis très reconnaissante à l’Office national marocain du tourisme et au ministère marocain des Affaires étrangères qui ont été plus que généreux et utiles dans la concrétisation de cet éductour qui m’a permis d’aller à la rencontre des personnes clés pour mes projets au cours de ce voyage.

Si l’occasion vous est de nouveau offerte, reviendriez-vous au Maroc? Encouragerez-vous vos followers à visiter notre pays ?
Bien sûr. Je pense que le Maroc a tellement de choses à offrir parce que chaque ville est différente, et l’autonomisation des femmes ici est très surprenante, c’est incroyable. Ce sont des choses dont j’aime parler. J’encouragerai donc certainement mes amis et mes followers à visiter votre beau pays. C’est un must !

Pensez-vous qu’il est aisé de voyager pendant cette pandémie ?
Ce n’est malheureusement pas le cas. J’ai néanmoins été agréablement surprise que la campagne de vaccination ait progressé très rapidement au Maroc par rapport à d’autres pays, ce dont il faut être particulièrement fier. Peut-être que dans les prochains mois, il sera plus facile pour les gens de voyager ici car c’est toujours une bonne idée de venir au Maroc.

Vous êtes une célébrité du petit écran et des télénovas mexicaines. C’était facile pour vous de percer et de vous faire connaître ?
Cela a été difficile au début comme c’est le cas pour chaque carrière et dans n’importe quelle industrie. Il y a toujours beaucoup de concurrence. Mon seul conseil est de rester fidèle à soi-même et de ne pas essayer par tous les moyens de répondre aux attentes des autres, car c’est impossible de satisfaire tout le monde. Travaillez donc très dur et apprenez à être un bon membre d’équipe, car finalement, le travail d’équipe est le plus important.

Quelle a été la télénova qui vous a rendue célèbre ?
Je pense que c’était l’une de mes premières, une comédie nommée “Al diablo con Los guapos” dans laquelle je joue le rôle d’une fille riche, qui tombe amoureuse de son chauffeur. C’était un scénario très drôle et j’ai travaillé avec mes meilleurs amis donc nous avons ri tout le temps même si nous avions de très longues périodes de travail. Finalement, cette énergie a transcendé les écrans et a rencontré un franc succès.

Votre personnage “Olga” dans la Telenovela “Vencer el desamor” a marqué les esprits, et cela a été l’occasion pour vous de parler du féminicide dans les entretiens que vous avez accordés aux médias. Que pourriez-vous nous dire sur ces violences subies par les femmes ?
J’ai joué plusieurs personnages qui souffrent de toutes sortes de choses, mais celui-ci, en particulier, a été victime d’un féminicide, et c’était la première fois que je me sentais extrêmement triste en lisant le scénario. Je n’arrêtais pas de demander à mes collègues ce qu’ils en pensaient, et c’était triste de le jouer. Être victime d’un féminicide est la pire chose qu’une femme puisse subir et cela arrive malheureusement trop souvent.

Quel est le personnage que vous aimeriez incarner dans le futur ?
Je suis récemment tombée sur la biographie de l’actrice américaine d’origine autrichienne Hedy Lamarr. Non seulement cette femme était incroyablement belle, mais elle était aussi brillante car elle avait une carrière d’inventeur dans l’industrie des télécommunications. Elle a réussi à échapper à un mariage violent et est venue aux États-Unis puis au Mexique. Sa beauté et son intelligence sont très inspirantes, et j’aimerais bien raconter son histoire un jour.

Vous êtes ambassadrice du programme “Igualando Oportunidades” pour la promotion de l’égalité des genres. En quoi cela consiste-t-il ? Et que faites-vous à votre niveau pour promouvoir l’égalité des sexes ?
Je pense que la véritable indépendance commence dans le portefeuille. En d’autres termes, il est plus facile d’échapper à la violence si on a les moyens et qu’on ne dépend pas à 100% de quelqu’un.
Je promeus également l’éducation des filles car certaines familles mexicaines ont tendance à donner la priorité à l’éducation du garçon étant donné qu’il y a cette conviction inconsciente que la fille se marierait et pourrait être prise en charge par le mari. Pour atteindre l’égalité des sexes, la fille doit se concentrer sur ses études, avoir une indépendance financière et réaliser ses propres rêves, il n’y a pas de meilleur scénario.

Quel est votre idéal dans la vie ?
Pour le moment, j’aspire à trouver un juste équilibre entre mes décisions. Parce que parfois nous voulons réussir dans notre travail et être la meilleure épouse, la meilleure amie et la meilleure amante, mais le plus triste est que parfois on doit choisir et faire des sacrifices pour atteindre l’un de ces objectifs. Donc, prendre la bonne décision est une chose difficile (rires).

Comment gérez-vous votre célébrité au quotidien ?
Je pense qu’il faut tolérer un certain degré de désapprobation et accepter de ne pas plaire à tout le monde. De plus, les humains sont habitués à prêter attention aux mauvais commentaires et critiques alors que cela devrait être l’inverse. J’ai donc pris la décision il y a bien longtemps de ne me concentrer que sur les commentaires positifs sur mes publications.

Parlez-nous d’une journée type dans la vie d’Altair Jarabo ?
D’abord, et c’est ce qui est merveilleux dans mon métier, c’est qu’aucun jour ne ressemble à l’autre. Chaque projet est différent, chaque action est à part. Mais quand je ne travaille pas, j’aime m’évader et voyager. Au Mexique, j’ai un cheval et deux chiens, mes parents vivent dans une maison près de la ville de Mexico dans les bois et je leur rends souvent visite. Je vais parfois sur la magnifique plage d’Ixtapa, mais surtout, je lis beaucoup, et je suis les dernières productions télévisées et cinématographiques.

Vous êtes une très belle jeune femme. Quelle est votre routine beauté quotidienne ?
J’aime utiliser le minimum de maquillage possible, et pour cela, je dois bien prendre soin de ma peau. Par exemple, le soleil endommage ma peau, alors j’ai complètement abandonné le bronzage pour toujours (rires). J’essaie de garder une peau propre et de rester à l’écart du soleil autant que possible.

Vous êtes si souvent admirée pour les photos naturelles et authentiques que vous postez. Est-il important pour vous d’afficher la réalité avec des images non retouchées ?
Je pense honnêtement que c’est ce que les femmes devraient ressentir. Bien sûr, j’admire les femmes minces et grandes, mais j’ai accepté il y a longtemps que je ne suis pas comme ça (rires). Bien sûr, on peut apporter de légers changements à son apparence, mais il y a certaines choses qu’on doit accepter et aimer. Et c’est ma responsabilité de faire passer ce message.

Si vous n’étiez pas actrice, qu’auriez-vous aimé être ?
Bien que je sois très reconnaissant pour mon travail, je m’intéressais avant à beaucoup d’autres choses, comme la médecine ou la diplomatie. Croyez-le ou non, j’aime ce monde ! Peut-être dans une autre vie ou peut-être dans le futur. Pour l’instant, je pense que cette carrière m’a adoptée et je m’y suis adaptée par la suite.

Un éductour pour Altair Jarabo

La célèbre actrice mexicaine Altair Jarabo a effectué du 19 mars au 3 avril 2021 un séjour au Maroc à l’invitation de l’Office national marocain du Tourisme (ONMT), et avec la précieuse contribution du ministère des affaires étrangères. Cette initiative mise sur les rails à la suite d’un partenariat signé entre l’ONMT et le CCM (Centre cinématographique marocain) vise la promotion du tourisme à travers le cinéma. L’une des premières célébrités invitées dans ce contexte a été Altair Jarabo. Coqueluche du petit écran et aimée pour sa grande sensibilité et les causes qu’elle défend, Altair Jarabo a plus de 3 millions d’abonnés sur Instagram et 1,6 millions d’abonnés sur Facebook.

Par Amal Asebriy

Photos = Noureddine Feddad

Commentaires

Commentaire