A la une Dossiers du mois

Une alimentation saine pour bébé (conseils et astuces)


Titiller les papilles de nos kids tout en faisant le plein de vitamines, c’est le pari de Nessrine Keddo, la blogueuse culinaire de “Maman et moi” qui concocte des petits plats gourmands et healthy pour bébé. Cette jeune maman pétillante nous livre ses conseils pour une alimentation adaptée et saine. Suivez l’experte.

Chez Nessrine Keddo, il flotte dans l’air une délicieuse odeur de cuisine. Cette auto-entrepreneuse de 34 ans est chaque jour derrière les fourneaux. C’est la bloggeuse culinaire de “Maman et moi” qui transmet, à sa communauté et aux mères soucieuses et curieuses, les bases d’une nourriture saine pour bébé. Car la future alimentation de nos chers bambins se joue avant deux ans. Mais éduquer leur palais est un vrai challenge à l’ère des conservateurs, additifs et colorants chimiques ainsi que des résidus de pesticides qui suscitent de l’inquiétude quant aux conséquences délétères qu’ils pourraient avoir sur la santé. “Depuis toute petite, je fais attention à mon alimentation évitant de manger trop gras”, confie-t-elle, avant de raconter, le sourire aux lèvres, une anecdote : “Ma mère qui est Syrienne est un vrai cordon-bleu. Elle nous a toujours préparé des plats typiques de Alep que j’allais passer à la passoire pour enlever le surplus de sauce !” Au fil des années, cette jeune femme est, tout naturellement devenue une véritable passionnée de cuisine healthy. Aussi, quand son aîné, Salman, âgé aujourd’hui de 4 ans et demi, est passé à la diversification alimentaire, elle n’a pas pensé un instant à le nourrir de ces “produits pas cleans en termes de composition”, comme elle les qualifie. Déterminée et appliquée, elle s’est enfermée dans sa cuisine, se retroussant les manches pour lui concocter des menus sains et variés avec des aliments frais et bio adaptés. Pour cela, elle a dévoré des articles, recherches et autres informations crédibles à l’instar de ceux émanant de l’OMS et de certains sites canadiens très réglementés par rapport à l’alimentation des bébés. Pour le reste, elle a testé des combinaisons, se fiant à son palais bien aiguisé. “Mes plats fonctionnent à 90%, glisse-t-elle fièrement. Je retravaille les dix autres pour cent”.

L’apprentissage du goût

Nessrine Keddo a partagé tout d’abord ses idées de cuisine sur une page Facebook sensible à cette question, avant d’être incitée par des mamans à créer son propre blog. Après en avoir discuté avec son mari qui l’a, lui aussi, encouragée et aidée, cette ex-responsable de projet dans une agence de communication se lance et poste ses recettes. “Les mamans me font confiance”, confie celle qui a, aujourd’hui, 27 000 followers sur Instagram et 13 000 abonnés sur Facebook. “Un jour une maman m’a contactée en panique car son bébé refusait la diversification alimentaire classique, raconte Nessrine Keddo qui fait également, de temps à autre, du coaching pour accompagner les jeunes parents perdus face aux enjeux de la diversification alimentaire. Aussi, je suis partie chez elle afin d’observer l’attitude de son petit, à savoir est-il intéressé par l’alimentation ? Ouvre-t-il la bouche quand on lui présente un fruit ou un légume ? Arrive-t-il à se tenir droit et à maintenir sa tête? Est-il capable d’attraper des objets, de les amener à sa bouche ? Est-il indépendant … ? ”

Pour le bébé en question, c’était le cas. La méthode à suivre était par conséquent la diversification alimentaire menée par l’enfant (DME). “On lui propose des aliments comme la banane crue et un bout de pain à la farine complète qu’il va, lui-même, porter à sa bouche sans l’aide de sa maman qui n’y croyait pas, explique-t-elle. C’est lui aussi qui choisit les quantités ingérées. Il découvre en toute autonomie le goût et la texture des aliments.” Une étape choisie par le chérubin mais qui s’apparente à un bon coup de stress pour les parents. “Il faut bien sûr rester près du bébé mais il faut aussi lui faire confiance ! Mais, quelle que soit la méthode utilisée, j’encourage toujours les mamans à aller suivre des cours de premiers secours”, lâche-t-elle, avant de confier qu’elle avait adopté cette méthode pour son deuxième, Yazan, alors que pour Salam, c’était la diversification alimentaire classique. “Il n’y a pas une seule et meilleure méthode mais une méthode répondant aux attentes de l’enfant, résume-t-elle. À nous, de l’observer et d’être attentifs.”

Des conseils astucieux

“Dans mes placards et sur les étagères de ma cuisine, vous ne trouverez ni produits industriels ni conserves”, assure la bloggeuse de “Maman et moi”. En effet, ils sont bannis. Impossible aussi de mettre la main sur un paquet de farine blanche. “J’utilise de la farine complète, de sarrasin, d’épeautre, il y en a d’autres qu’on peut utiliser comme de la farine de coco ou d’amande pour les sans gluten”, énumère-t-elle, avant de faire l’inventaire des alternatives. Ainsi, le sucre blanc peut être remplacé par du sucre de dattes, du sirop d’érable, du miel pur d’oranger, du sucre de coco, ou encore du xylitol pour les diabétiques. Quant à la levure chimique, elle peut être substituée par du bicarbonate de soude ou de la poudre à lever bio. Pour réaliser du pain et d’autres produits, il est préférable d’utiliser du levain (au lieu de la levure déshydratée), une matière vivante et ancestrale qui serait plus digeste pour l’organisme. “Pour ceux qui le veulent, je partage gracieusement mon propre levain naturel maison qui a, aujourd’hui, un an et quatre mois. J’en prends soin comme si c’était mon bébé, sourit-elle, avant de partager sa recette : “Pour le préparer, je prends une quantité de farine complète à laquelle j’ajoute de l’eau filtrée grâce à une jarre. Je mélange tout doucement jusqu’à obtention d’une pâte pas très rigide et j’y rajoute des dattes que je coupe en deux en laissant les noyaux qui vont déclencher la fermentation. Je la laisse ensuite reposer pendant 24 heures dans un pot en verre en le fermant avec un torchon dans un endroit sans lumière. Puis, j’enlève les dattes et je la “nourris” d’eau et de farine, avant de la retravailler délicatement en la remettant dans le pot qui doit être propre. Je ne la touche plus pendant un autre 24 heures, la conservant encore dans un lieu sombre. C’est à la fin de cette période que j’en utilise une partie pour faire du pain, du Msemen ou d’autres réalisations.”

Pour un meilleur développement de bébé, Nessrine Keddo recommande aussi d’éviter certains produits avant 12 mois, comme le sel, le miel, les épices fortes, les fromages à pâtes dures, les yaourts sans conservateurs et sans sucre bien sûr (sauf dans certains cas majeurs), ou encore les biscuits industriels. “Il faut privilégier les légumes et les fruits sous différentes formes pour varier le palais de bébé afin qu’il ne s’en lasse pas durant ce petit voyage de la diversification alimentaire, insiste bien la jeune femme qui anime également des ateliers-conseils en diversification alimentaire au magasin de puériculture Mille-feuille De Coton à Casablanca ainsi que des capsules vidéos pour la chaîne Al Aoula. J’opte également pour les yaourts au lait de chèvre – seul Salman en mange de temps en temps-, ainsi que pour les jus végétaux tel que l’amande, la noisette ou du jus réalisé à partir de flocons d’avoine.”

Un compromis pas si facile

Au cours de son apprentissage, bébé ne va pas manger uniquement à la maison. Les parents doivent en avoir conscience. Aussi, le compromis est inévitable. “J’ai mis du temps à m’y faire, avoue notre bloggeuse. Lorsqu’on partait manger chez mes beaux-parents ou mes parents, Salman voyait passer sous ses yeux toutes les sucreries que je détestais…” Et de confier : “Cela n’a pas été simple à accepter. C’est mon mari qui a su trouver les mots pour me convaincre: Ne créons pas une frustration à notre fils, faisons-lui confiance tout en l’accompagnant dans cette découverte.” Il a eu raison. Grâce à une alimentation saine et des recettes healthy, toutes plus savoureuses les unes que les autres, Salman est doté d’un palais équilibré. “Je lui achète des bonbons bio sans additifs et conservateurs que je lui donne de temps à autre”, fait savoir cette bloggeuse qui a plus d’une astuce dans son panier. Et d’insister: “Ne faites pas un drame si la mamie de votre enfant lui donne une sucrerie, c’est son plaisir, et ça peut être aussi l’occasion de faire découvrir à vos proches une autre alimentation.” Une alimentation qui transforme les plaisirs coupables en un bonheur innocent ! “Pendant le Ramadan, il est important de garder la même base pour les enfants. À la rupture du jeûne, il est important de minimiser les plats sur la table, préférant les soupes, les tajines aux poissons ou encore les salades à la friture, aux  viennoiseries et  aux pâtisseries”, appuie-t-elle, démontrant au final que les parents seraient également gagnants à montrer l’exemple pour construire les habitudes alimentaires de leur petit. υ

https://mamanetmoi.ma/

Recettes made in “Maman et moi”

Lunchbox 1

À partir de 2 ans (à partir de 12 mois, en plus petite quantité)

Collation 1

1 pot de yaourt de chèvre mélangé avec des morceaux de fraises
Rajouter 1 c à c de confiture de fraise sans sucre au milieu et quelques graines de courge

Collation 2

Tartine sucrée à la banane et parfumé au beurre de cacahuète
1 toast grainé au levain coupé sur quatre
Badigeonner chaque morceau de toast par du beurre de cacahuète (ou une autre pâte à tartiner sans sucre) et rajouter une ou deux rondelles de banane

déjeuner

Salade de légumes/ boulghour à la sauce avocat

Ingrédients

50 g de courgette, 60 g de brocoli, 8 tomates cerise,
20 g  de carotte, 2 champignons de Paris, 1 càs 1/2 de boulgour, 1/4 avocat, huile d’olive, citron, poudre d’ail, cumin, coriandre ciselée.

Préparation

Couper les courgettes en rondelles, le brocoli en petits morceaux puis les cuire dans de l’eau entre 10 à 15 minutes.
Couper les champignons de Paris en lamelles puis les faire revenir dans une poêle avec un filet d’huile d’olive et une pincée de poivre puis réserver.
Couper les tomates cerises en deux
Râper la carotte
Cuire le boulghour dans un demi verre à thé d’eau puis réserver.
Sauce

Mixer l’avocat avec 2 c à s d’huile d’olive, 2 c à s de citron et assaisonner avec de la poudre d’ail, cumin et coriandre ciselée.
Mélanger tout ce qui a été préparé et rajouter la sauce. 

Lunchbox 2

à partir de 2 ans (à partir de 12 mois, en plus petite quantité)

Collation 1

Orange parfumée à l’eau de fleur d’oranger
1/4 d’orange coupé en petits morceaux
Mélanger avec cette orange une pincée de cannelle, 1/4 c à c d’eau de fleur d’oranger et rajouter 1 càs mélangée de graines de lin et de sésame torréfiées

Collation 2

Muffin au beurre de cacahuète, aux dattes et noix (SANS PLV)
Fouetter 1 œuf fermier avec 2 c à s de miel (rajouter selon le goût souhaité), 1/2 c à c d’extrait de vanille et 40 g de jus végétal.
Verser 60 g de farine complète tamisée, 1 c à c de poudre à lever ou 1/2 c à c de bicarbonate.
Rajouter 4 dattes coupées en dés et 15 g de noix concassées.
Enfourner au four préalablement chauffé à 180° pendant 15 minutes.

Déjeuner

Toast grainé au levain à l’omelette de brocoli

Ingrédients
50 g de brocoli, 1 œuf fermier, gingembre, poivre, poudre d’ail, cumin, 1 tranche de tomate, 1 feuille de salade verte, moutarde

Préparation

Couper le brocoli en petits morceaux puis le cuire dans de l’eau ou à la vapeur. Écraser le brocoli avec la fourchette puis rajouter l’œuf fermier, le cumin, la poudre d’ail, le poivre et le gingembre puis bien mélanger.

Cuire l’omelette dans une poêle chauffée avec un filet d’huile d’olive pendant quelques minutes

Montage
Badigeonner un toast avec un peu de moutarde, placer la salade verte, ensuite la tranche de tomate, puis l’omelette et enfin la 2ème tranche de toast. Accompagner le sandwich avec des petits morceaux de concombre, carotte, tomates cerises et noix. 

Commentaires

Commentaire

Commentaires

Commentaire