A la une En couv

Qui sont les 7 femmes ministre du gouvernement Akhannouch ?


C’est une première dans l’histoire du Maroc, et le fait mérite d’être souligné. Sept femmes, aux compétences prouvées et à l’expérience aguerrie, font partie du gouvernement Akhannouch. Focus.

Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des Finances

Pour la première fois au Maroc, le nouvel Argentier du royaume est une femme. Nadia Fettah Alaoui prend ainsi la tête du département de l’Économie et des Finances. Après le ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale (2019-2021), elle sera désormais en charge des questions financières et monétaires ainsi que des politiques des crédits et de finances extérieures. Brillante et bosseuse, Nadia Fettah Alaoui a un parcours exemplaire. Diplômée de HEC Paris, elle démarre sa carrière professionnelle dans le cabinet d’audit Arthur & Andersen, avant de lancer, en 2000, Maroc Invest Finances Group, société de capital investissement, opérant dans les domaines des fonds d’investissement et du financement des entreprises, filiale du groupe “Teninvest”, elle en sera la directrice générale jusqu’en 2004. En 2005, elle rejoint CNIA Assurance, rachetée par la suite par le Groupe Saham où elle gravit les échelons jusqu’à être nommée Directrice Générale Déléguée des Finances et M&A ( Mergers and Acquisitions) du Groupe Saham puis Présidente du conseil d’administration de Saham Assurance Maroc. En 2009, elle est appelée au gouvernement en tant que ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale, poste durant lequel elle affrontera une crise d’ampleur inégalée engendrée par la pandémie de Covid-19. Nadia Fettah Alaoui est également cofondatrice du Club des Femmes Administrateurs au Maroc, dont la mission est de promouvoir la participation des femmes dans les organes de gouvernance des entreprises. Aussi, elle est le meilleur atout pour impulser un empowerment féminin exemplaire et durable.

Nabila Rmili, ministre de la Santé et de la Protection sociale

Fer de lance de la gestion de la crise sanitaire Covid-19 à Casablanca en sa qualité de directrice régionale de la santé de Casablanca-Settat, Nabila Rmili que S.M. le Roi a nommé ministre de la Santé a l’étoffe d’une battante. Ses états de service révèlent une détermination sans faille, un esprit d’initiative et des décisions courageuses qui ont permis de dépasser des caps difficiles au plus fort de la pandémie. Que ce soit sur le terrain ou dans la gestion quotidienne des dossiers les plus épineux, Nabila Rmili réussit avec panache ses défis, souvent dans des conditions peu optimales. Médecin de formation et titulaire d’un doctorat en médecine générale de la faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, Nabila Rmili a démarré sa carrière au service des urgences du Centre hospitalier provincial de Ouazzane. Elle a occupé ensuite le poste de déléguée du ministère de la Santé à la préfecture d’arrondissements Ben M’sik, entre 2010 et 2014, déléguée du ministère de la santé à la préfecture d’arrondissements Casa-Anfa, entre 2014 et 2017, puis directrice régionale de la santé de Casablanca-Settat. Forte d’une riche expérience associative et politique, Nabila Rmili a été portée à la tête de la mairie de Casablanca à la mi-septembre.

Fatima Ezzahra, El Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville

Élue présidente du Conseil de la ville de Marrakech pour la deuxième fois, après un premier mandat de 2009 à 2015, Fatima Ezzahra El Mansouri a été nommée ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville. Avocate de formation, reconnue pour sa rigueur, son intransigeance, son dynamisme, sa franchise et son honnêteté, Fatima Ezzahra El Mansouri a prouvé au cours de son précédent mandat à la tête de la mairie de Marrakech sa maîtrise de la gestion locale.

Spécialisée en droit des affaires et en droit de l’immobilier, Fatima Ezzahra El Mansouri a un DEA de droit des affaires de l’Université de Montpellier (France) et un Diplôme de droit anglo-saxon des affaires (Université de New York, USA). Elle a démarré sa carrière d’avocate au sein du cabinet Naciri à Casablanca avant de lancer son propre cabinet spécialisé dans les transactions commerciales et immobilières à Marrakech. Côté politique, Fatima-Zahra El Mansouri a entamé sa carrière en tant que conseillère municipale pour le Parti Authenticité et Modernité (PAM), où elle occupe, depuis 2016, le poste de présidente du Conseil national. Elle est aussi l’une des rares femmes présentes au Parlement à ne pas avoir été élue sur la liste nationale.

En 2014, le magazine Forbes l’a classée à la tête des 20 jeunes femmes les plus influentes d’Afrique.

FatimA Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire

Un tempérament fort, une détermination farouche et un sens aigu des responsabilités… Les qualités de Fatima Zahra Ammor sont innombrables et son parcours témoigne d’un professionnalisme à toute épreuve et d’une forte implication dans chacun des projets qu’elle a chapeautés et menés à bien au cours de sa carrière. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de Paris (ENSTA Paris tech), Fatima Zahra Ammor a démarré sa carrière en 1999 dans une grande multinationale en production, puis en marketing parce que, dit-elle “c’est là où les décisions se prennent”. En 2001, elle rejoint le groupe AKWA, en tant que Directrice marketing, en charge d’une vingtaine de marques. Elle réussit le challenge de faire de plusieurs de ces marques, dont Afriquia et Afriquia Gaz, des leaders dans leurs catégories respectives.

Particulièrement douée dans la mise en œuvre d’événements internationaux d’envergure et ayant une grande sensibilité pour la culture, Fatima Zahra Ammor a piloté le festival Timitar d’Agadir et le Concert pour la tolérance, qu’elle a dirigés dès leur création en 2012.

En avril 2014, sur instructions de SM le Roi, elle a été nommée Commissaire Générale du Maroc pour Expo Milan 2015, un poste très rarement occupé par des femmes dans le monde. Une mission qu’elle accomplit avec brio, comme les missions qu’elle diligente auprès de ministres et dirigeants de grandes entreprises en tant que consultante et conseillère en marketing stratégique depuis 2013.

Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable

À la tête du département de la Transition énergétique et du Développement durable, c’est une experte internationale dans le domaine des énergies : Leila Benali. Ce nouveau visage semble être la personne idéale pour accélérer la politique écologique ambitieuse menée face à l’urgence climatique. En effet, Leila Benali a fait partie de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) qui a livré le rapport relatif au Nouveau modèle de développement (NMD). Les membres de la CSMD ont notamment plaidé pour renforcer la gouvernance des ressources naturelles et veiller au déploiement opérationnel de la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD), appelant à des réformes ambitieuses du secteur. Lauréate de l’Ecole Mohammédia d’ingénieurs et de l’Ecole centrale à Paris, Leila Benali est également titulaire d’un DEA en sciences politiques et docteur en économie de l’énergie Summa Cum Laude de Sciences Po. Grâce à son expertise, sa rigueur et son dynamisme, elle a su s’imposer dans le milieu de l’énergie. En effet, elle a été économiste en chef et directrice de la stratégie, de l’économie et de la durabilité chez Arab Petroleum Investments Corporation (APICORP). Elle a aussi été ingénieur industriel chez Schlumberger et directrice de la Zone Afrique et Moyen Orient à IHS CERA (maintenant ISH Markt) , cabinet de recherche et d’analyse internationale, dans les secteurs de l’énergie, la défense, l’aérospatial, l’automo¬bile et la chimie. Présidente de l’Arab Energy Club, elle est notamment l’auteure de plusieurs articles et ouvrages sur le secteur, les réformes à entreprendre et la richesse durable.

Aouatif Hayar, ministre de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille

Présidente de l’université Hassan II de Casablanca depuis 2019, Aouatif Hayar a été nommée par le S.M. le Roi ministre de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille.

Deuxième femme dans l’histoire du Maroc à être nommée au poste très convoité et majoritairement masculin de présidente d’université, Aouatif Hayar a, à son actif, un parcours académique exemplaire. Un doctorat en traitement du signal et télécommunications de l’Institut national polytechnique de Toulouse et un diplôme d’agrégation en génie électrique de l’École normale supérieure de Cachan (une première pour le Maroc) en font une experte internationale en smart city. Depuis 2016, Aouatif Hayar est conseillère scientifique de Smart City Expo Casablanca et co-présidente générale de la conférence internationale IEEE sur les villes intelligentes en 2019. Elle a également été sélectionnée par l’African Innovation Foundation comme l’une des dix femmes africaines les plus innovantes en 2015. Cette universitaire qui a réussi en un laps de temps très court à hisser l’université Hassan II de Casablanca au rang des meilleures universités africaines a également exercé en tant qu’associée de recherche et d’enseignement à EURECOM entre 2001 et 2010 à Sophia Antipolis (France). Elle a également occupé depuis 2011 le poste de professeur à l’Université Hassan II de Casablanca (UH2C).

Ghita Mezzour, ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la Réforme administrative

Ghita Mezzour est la nouvelle ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la Réforme administrative. Titulaire d’un doctorat de la Carnegie Mellon University en Génie Electrique et Informatique et Societal Computing, Ghita Mezzour est professeure universitaire et chercheure en matière de Big Data, l’intelligence artificielle et la cyber-sécurité. Elle a notamment piloté des projets financés par l’USAID et l’OTAN autour de l’employabilité des jeunes et la Threat Intelligence. Diplômée également d’un Master et d’un Bachelor en Systèmes de Communication de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Ghita Mezzour a été élue, en novembre 2015, “Star Montante” par l’Institut de Technologie de Massachusetts (MIT). 

Commentaires

Commentaire