A la une Enfant

Toutes les astuces pour réussir ses examens !


Baccalauréat, partiels ou encore concours aux grandes écoles… Les examens arrivent à grande vitesse. Pour être prêt le jour-J (sans trop stresser), voici le programme et les meilleures méthodes à suivre !

C’est la dernière ligne droite avant le jour des examens. Aussi, il n’y a plus de temps à perdre : il est impératif de réviser efficacement et de se préparer mentalement aux épreuves. Pour cela, il est important de mettre en place un planning… à respecter à la lettre ! N’hésitez pas à y inscrire l’heure à laquelle vous démarrez le matin et celle à laquelle vous vous arrêtez le soir. Le temps doit être réparti entre celui consacré aux révisions des cours –un jour, une matière-, aux exercices et/ou examen blanc et aux temps libre (sport, lecture, films, etc.). “Je conseille notamment aux lycéens qui passent le baccalauréat de réviser leurs spécialités au minimum 1h30 à 2h par jour avant d’enchaîner les mises en situation à travers des examens blancs, insiste Ali Nesh-Nash, fondateur de Cap Mission, leader du soutien scolaire pour la mission et le bilingue et la préparation des concours d’accès à Casablanca. Il faut absolument s’autoévaluer pour savoir à quel niveau vous en êtes de votre préparation afin de remédier à vos lacunes et ainsi progresser. Pour ceux qui passent les examens post-bac et concours, le temps des révisions et exercices doit, bien évidemment, être plus conséquent.” Au début des révisions, penchez-vous sur les matières les plus difficiles à gros coefficient et sur les sujets mal compris ou pas encore appris. Et préférez également travailler le matin car votre cerveau sera “plus réceptif”.

Rebooster les élèves et étudiants démotivés

Mauvaises notes, cours incompris qui s’entassent… Les révisions ne sont pas un moment très agréable pour les élèves et étudiants démotivés. “Ce type d’élèves nécessite un accompagnement. Il faut d’abord comprendre la situation, chercher les causes et réfléchir avec votre enfant aux moyens de redresser la barre, assure Ali Nesh-Nash. Savez-vous qu’il existe deux types de motivations : La motivation extrinsèque qui provient de l’extérieur à travers notamment des encouragements et la motivation intrinsèque qui est personnelle et intérieure et qui est la plus forte et durable.” Et de développer : “Pour remonter à bloc un enfant démotivé, il faut commencer par l’extrinsèque et y aller par “babysteps” c’est-à-dire par petites étapes et victoires. Féliciter son enfant après des efforts (motivation extrinsèque) afin d’enclencher de la motivation intrinsèque lui donnera envie, petit à petit, de persévérer.” Pour cet expert, il est également primordial de fixer un planning comprenant un programme d’exercices intenses. “La motivation peut varier mais la discipline est un facteur clé de réussite”, lance-t-il, précisant que “revoir les examens blancs de l’année en cours et des années précédentes est une excellente méthode pour jauger son niveau mais aussi pour réduire le stress. Les recettes miracles ne sont toujours pas là : la préparation reste la meilleure manière pour réussir.”

Assimiler en évitant “le bourrage de crâne”

Il existe plusieurs outils et méthodes pour aider sa mémoire à travailler. “Tout d’abord, il est essentiel d’être attentif en classe car l’écoute active permet de capter l’information en mémoire rapidement”, explique Ali Nesh-Nash. Pour lui, il faut également diversifier le lieu où vous révisez. “La mémorisation se fait par ancrage. Aussi, vous vous rappellerez plus facilement d’un élément ou d’une date clef en l’associant à un endroit ou un contexte (bibliothèque, en plein air, révision en groupe…)”, assure-t-il. Et de poursuivre: “Autre outil : l’indexation et l’organisation de la connaissance.” En d’autres termes, le regroupement d’idées par catégories. “Par exemple, catégoriser les guerres mondiales par motifs économiques et politiques”, illustre-t-il, avant de souligner qu’“il est difficile d’apprendre tout un programme scolaire dans plusieurs matières. Le cerveau mémorise plus facilement si vous regroupez vos idées par section.” Dans la même lignée, Ali Nesh-Nash conseille le “mindmapping” qui consiste à créer son propre schéma pour chaque thématique (auteurs, périodes, problématiques philosophiques, santé, etc.) avec une multitude de mots clés liés entre elles. “L’étudiant définit lui-même les liaisons logiques, ce qui favorise la mémorisation”, précise-t-il. “Il y a aussi la méthode des indices : mettre des repères dans les chapitres, poursuit-il. L’avantage, c’est que ces repères sont choisis par l’élève qui saura ainsi s’en rappeler.” Pour cet expert en soutien scolaire, la révision par intervalle une excellente méthode qui se base sur le fonctionnement de notre cerveau. “Mémorisez un chapitre un jour-J, le revoir à J+2 puis J+5 et enfin J+10. Au bout de cette période, il sera bien en tête”, assure-t-il, recommandant aussi de relire les fiches de révision avant de s’endormir pour mieux les mémoriser. “Pour les étudiants plus technophiles, il y a d’autres moyens novateurs tels que les applications”, ajoute Ali Nesh-Nash dévoilant son top-3: “Kartable” (avec des cours en ligne, des exercices corrigés, des fiches de révisions, des sujets-type d’examens ou encore la méthodologie pour les examens), “Study quizz” (15 applications dans 15 filières académiques pour apprendre et réviser de manière ludique et efficace dans toutes les matières) ou encore “Khan Academy” (une application portée par une organisation à but non lucratif ayant pour mission de fournir un enseignement gratuit et de qualité).

Le jour-J

“À l’approche des épreuves, les élèves ne font plus attention à l’organisation, signale le fondateur de Cap Mission. C’est pour cela qu’il faut prendre le temps de préparer ses affaires, de reposer son cerveau et de se nourrir correctement..” Il faut mettre sa convocation et pièces d’identité obligatoire dans son sac, checker sa trousse (stylos, gomme, etc) et prévoir des fruits, de l’eau et une petite salade, sans oublier de prendre un petit-déjeuner tonique et léger avant de partir sur place. “Pour les élèves anxieux, je leur conseille de prendre une petite fiche à relire avant d’aller à son examen, et pourquoi pas, aller repérer les lieux d’examen quelques jours avant pour éviter un stress supplémentaire le jour de l’examen”, ajoute-t-il. Pendant l’épreuve, respirez à fond et ne vous laissez pas distraire. Concentrez-vous sur votre document. “Commencez toujours l’examen par les questions dont vous avez la réponse ou le texte qui vous semble le plus facile, appuie-t-il. Certains se focalisent sur un exercice difficile pour se challenger alors que ça peut les décourager au final, créer un blocage et surtout leur faire perdre du temps alors que le chrono tourne…” Et de lâcher : “Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif n’est pas de répondre à la question la plus dure mais bel et bien de réussir son examen ou son concours !”.

www.capmission.ma

Comment aider et accompagner son enfant… sans le stresser ?

“Trop de pression est contre-productif, appuie d’emblée Ali Nesh-Nash, consultant expert en éducation et fondateur de Cap Mission. Il faut trouver le bon optimum de stress pour votre enfant, qu’il soit bon ou moyen à l’école. Faites-lui confiance et aidez-le à avoir confiance en lui tout en lui faisant prendre conscience de ses responsabilités en tant qu’élève, sans l’angoisser pour autant. Si votre enfant est démotivé, ne surtout pas l’accabler. Choisissez d’être plus présent à ses côtés, en l’assistant par exemple pendant ses devoirs à la maison, en trouvant avec lui de petits jeux ou outils pour travailler sa mémoire, en échangeant avec ses professeurs ou encore en lui fixant des objectifs simples et réalistes pour le motiver et l’accompagner vers de nouveaux défis.”

Commentaires

Commentaire

Commentaires

Commentaire