Edito

L’Algérie usurpatrice d’identité

Écrit par admin

“Une Animosité flagrante qui dépasse le seuil du tolérable.”

Les conflits de politique internationale sont rarement, sinon jamais traités dans FDM. Nous estimons que ce sont des sujets éloignés de notre principale mission qui est de défendre le droit des femmes en général et des Marocaines en particulier. C’est notre cause existentielle !

Mais l’entêtement de l’Algérie depuis quelques années en vue de créer de toutes pièces un État fantôme au Sahara marocain et son acharnement depuis 1975 à compliquer le processus de développement de nos provinces du Sud mérite qu’on s’y intéresse sérieusement. C’est d’autant plus urgent que les dernières attaques concernant l’art culinaire, l’artisanat ou la haute couture marocaine ont clairement montré que l’hostilité de notre voisin de l’Est à notre égard n’est pas prête à s’estomper.

D’abord, il y a eu cette histoire du couscous. L’Algérie a voulu faire bande à part en réclamant, sans sourciller, la propriété exclusive de cette spécialité culinaire. Les autres pays du Maghreb, à savoir la Tunisie, la Mauritanie et le Maroc ont eu beaucoup de mal à convaincre les chauvins d’Alger de présenter un dossier commun pour inscrire les savoirs, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation du couscous sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. En dépit de cette attitude “séparatiste”, l’UNESCO a fini par délivrer le fameux sésame au profit des quatre pays du Maghreb.

Ensuite, il y a eu la reproduction de plusieurs photos de sites touristiques marocains dans des publicités vantant les charmes de… l’Algérie. La Koutoubia de Marrakech, les Riads de Fès, les remparts de Rabat sont devenus, comme par enchantement, des paysages de villes algériennes! Les Marocains, à travers les réseaux sociaux, ont beau démontré que les photos sont marocaines, rien n’y fait. Puis, dès ce mois de ramadan, la télévision nationale algérienne a présenté une série qui n’est autre qu’un plagiat scandaleux de la série “Hdidane” bien connue du patrimoine marocain, et diffusée il y a quelques années déjà sur la chaîne 2M. La musique n’est pas en reste, puisque les médias algériens proclament la propriété exclusive du Raï et du Tarab Gharnati.

Mais, le plus choquant est que nos stylistes et designers de haute couture sont, tenez-vous bien, accusés de leur voler notre célèbre Caftan ! Pourtant, nos créateurs ont fait les catwalk des plus prestigieux podiums au monde et notre savoir-faire dans ce domaine n’a pas d’égal. Nous sommes bien placées, au sein de FDM qui organise, depuis un quart de siècle, l’évènement d’envergure Caftan, pour témoigner de tous les efforts et des nuits blanches consentis par nos artistes pour donner vie aux plus beaux Caftans marocains. 

Cette usurpation d’identité menée par les médias et le pouvoir algériens en dit long sur leur pauvreté culturelle et intellectuelle. Ce complexe viscéral, donnant lieu à une animosité flagrante envers notre pays de la part du voisin de l’Est dépasse le seuil du tolérable. C’est à nous, aujourd’hui, de dénoncer cette guerre sans nom. La culture et le patrimoine constituent l’ADN d’un pays et son  capital le plus précieux. Nous sommes une civilisation millénaire et notre fierté et notre amour pour notre pays n’ont pas de limites !

Commentaires

Commentaire

Commentaires

Commentaire