A la une Carriere

Zineb Baïz El Kabbaj : “Le leadership féminin est marqué par la résilience et l’engagement au service du collectif” (4/4)


Zineb Baïz El Kabbaj, présidente et fondatrice de l’Association Mentor’Elles

Peut-on parler de leadership féminin en 2021 ?
Vous m’auriez posé la question en 2019, je vous aurais dit qu’il n’existe pas de leadership masculin ou féminin, mais plutôt UN Leadership que chacun nuance et s’approprie selon sa personnalité, son vécu et son attitude. Entretemps, la Covid-19 est passée par là. Aujourd’hui, je vous dirais que le leadership féminin en 2021 est essentiellement marqué par la résilience, l’empathie et l’engagement au service du collectif. À mon sens, ceci se décline sur plusieurs vecteurs : une prise de décision rapide tenant compte du principe de précaution et de prévention des risques, une communication continue et transparente privilégiant l’échange et le partage, l’acceptation de sa vulnérabilité pour en faire une force en demandant de l’aide, l’empathie et l’intelligence émotionnelle permettant de gérer efficacement les relations interpersonnelles, ainsi que l’ego maîtrisé et contrôlé au bénéfice de l’intérêt collectif. Même si ces caractéristiques sont plus marquées chez les femmes, ces dernières n’en ont pas le monopole. Bon nombre d’hommes continuent de se les approprier à différents niveaux, et pourront désormais se vanter d’incarner des valeurs du leadership féminin !

Comment donner de l’élan à sa carrière ?
Je ne pense pas qu’il y ait un secret unique pour donner de l’élan à sa carrière. Néanmoins, il existe divers leviers que nous pouvons actionner et adapter en fonction de nos personnalités et de nos ambitions. Parmi ceux que j’ai pu identifier : la connaissance de soi, la rencontre et la connaissance de l’autre à travers l’écoute, la bienveillance, l’empathie, le partage, l’échange, ainsi que l’engagement associatif. Ce dernier me semble être la base pour développer des liens sincères basés sur le don et le partage, avec un réel apprentissage du travail collaboratif, et ceci, quel que soit le type d’association, du moment où nous donnons de notre temps bénévolement, et volontairement sans attente particulière. C’est par la suite que nous réalisons que le retour sur investissement va au-delà de nos attentes ! Autres leviers : l’ouverture à notre environnement et le networking. Lorsque celui-ci est bien entretenu et s’inscrit dans la durée, il permet d’accéder à de belles opportunités. J’ai également appris qu’il ne faut jamais hésiter à demander de l’aide, de l’écoute et du conseil à notre entourage. Très souvent la personne qu’on sollicite a elle-même été à notre place et généralement, les gens sont prêts à renvoyer l’ascenseur. Et si notre demande reste sans réponse, on persévère et on ne baisse pas les bras !

Comment s’imposer dans son milieu ?
Le verbe “s’imposer” pouvant inspirer un acte de force ou d’obligation, je préfère nuancer pour parler de construire sa légitimité au sein de son environnement professionnel. À mon sens, c’est un processus continu qui s’inscrit sur la durée et dans le collectif. J’ai précédemment parlé de l’importance de mieux se connaitre. Ce travail introspectif nous permet d’avoir une vision de ce que nous souhaitons créer comme valeur et impact à terme. Ceci constituera le fil conducteur qui rythmera l’ensemble de nos projets et initiatives. Ainsi, au fur et à mesure, nous construisons notre légitimité par notre travail, nos réalisations, nos succès, mais aussi par nos échecs et les apprentissages que nous en tirons. En faisant preuve d’ouverture, d’humilité et de persévérance, nous pouvons être sûr de suivre les évolutions de notre domaine d’action et de monter en compétence et en expertise de manière continue. Par ailleurs, la place du collectif est essentielle car nous évoluons au sein d’une équipe, d’une structure, sinon d’un écosystème. Notre évolution de carrière se fait généralement en relation avec l’autre (collègues, managers, partenaire, associés, clients, fournisseurs,…). Il est nécessaire d’entretenir avec eux une relation constructive, les associer à nos projets, et aussi reconnaitre leur contribution le cas échéant. Et même quand la relation est compliquée, pénible ou difficile, elle peut aussi être un moyen de gagner en maturité, prendre du recul ou carrément s’engager dans un nouveau départ !

Commentaires

Commentaire