A la une Actus

La collection Sembura présentée à l’Académie du Royaume du Maroc

Écrit par FDM

L’Académie du Royaume du Maroc a abrité le lancement de la collection Sembura et ses publications littéraires dont l’ouvrage collectif « Qu’est-ce que l’Afrique ? », préfacé par le professeur Abdeljalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc.

Créée en janvier 2021 et dirigée par Dr Rabiaa Marhouch, la collection Sembura dévoile son catalogue littéraire lors d’une présentation organisée à l’Académie du Royaume du Maroc en collaboration avec la maison d’édition « Les croisées des chemins ». Cet événement a notamment été l’occasion de présenter deux ouvrages publiés en novembre :

 

  • Le livre collectif « Qu’est-ce que l’Afrique ? Réflexions et perspectives sur le continent africain » préfacé par le Professeur Abdeljalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc et regroupant 21 auteurs. « Cette tâche intellectuelle paraît simple, mais quiconque est appelé à parler de l’Afrique a tout à coup l’impression de manquer de mots, d’air, de souffle », a souligné le Professeur Abdeljalil Lahjomri, avant de confier qu’ « il me plairait beaucoup que ce livre suscite d’autres contributions, car il contient un sujet à l’inestimable fécondité. »

 

  • Le roman « Je fête donc je suis » de l’universitaire et écrivain burundais, Juvénal Ngorwanubusa, qui dissèque et analyse la société hésitant entre tradition et modernité.

 

La collection Sembura regroupe ainsi des intellectuels, hommes et femmes, venant de divers horizons et vivant en Afrique ou issus de la diaspora africaine. 

 

De l’essai à la fiction, la collection Sembura comprend également des anthologies littéraires réalisées dans la région des Grands Lacs africains (Burundi, République démocratique du Congo et Rwanda) par des passionnés de littérature. Cette collection publiée dans une optique de « Renaître ensemble » s’inscrit dans la continuité du travail de ces universitaires qui se sont impliqués dans un projet éducatif, créatif et fédérateur depuis 2010, celui de « Sembura, ferment littéraire ». En une dizaine d’années, des ateliers d’écriture à Bujumbura, Bukavu et Kigali, regroupant en priorité des jeunes, se sont ainsi imposés comme le levain privilégié pour une paix durable. 

Commentaires

Commentaire