Société

Où sont les femmes ?


à l’issue du scrutin du 4 septembre, aucune femme n’a été élue à la tête d’un conseil régional, alors même qu’elles représentent un peu plus de 21% des conseillers communaux. Pour Asma Lamrabet, cela démontre encore une fois que les grandes décisions politiques sont une affaire d’hommes. Elle s’explique.

Les 12 nouveaux présidents des conseils régionaux sont des hommes. Les femmes ont certes participé, elles avaient même des listes “sur mesure”. Elles représentent un peu plus de 21% des conseillers communaux contre plus de 78 % d’hommes.

Ce constat est triste dans un pays qui essaie tant bien que mal de se frayer un chemin vers la démocratie. L’article sur l’égalité entre hommes et femmes de la Constitution de 2011 nous a donné beaucoup d’espoir. Devons-nous nous étonner de l’absence de femmes à la présidence des régions? La politique ne fait que refléter les états d’âme d’une société. Et tout le monde sait que la nôtre est structurellement minée par un machisme culturel des plus primaires, aggravé par le retour en force d’un conservatisme religieux assez inquiétant. 

L’absence de femmes au sein des conseils régionaux n’est finalement qu’un symptôme de plus de ce retour en arrière. Cela montre encore une fois que la chose politique est accaparée par un patriarcat implacable, renforcé par des mentalités misogynes. La maigre représentation politique des femmes est soit le résultat d’un compromis idéologico-politique soit d’une instrumentalisation cynique de l’alibi féminin par certains décideurs politiques afin d’afficher une prétendue adhésion aux valeurs de la démocratie et de la modernité.

La Constitution, les réformes, les lois qui énoncent l’égalité et la parité sont certes importantes mais elles resteront vaines sans une vraie révolution des mentalités et un réveil des consciences de tous et de toutes. Un long chemin reste à parcourir.”

Asma Lamrabet est médecin biologiste au CHU Avicenne à Rabat. Elle est également directrice du centre d'études féminines en Islam au sein de la Rabita Mohammadia des Oulémas du Maroc.

Commentaires

Commentaire

loading...