Société

La Factory Casaoui Le gang des nuits casablancaises

Écrit par Myriam Nedjari

Vous connaissez les “Jeudis Casaouis”? Et bien sachez que ce sont ces quatre jeunes gens qui, depuis quelque temps, ont repris le concept et en ont créé bien d’autres pour des soirées underground et branchées.

La culture hipster selon eux

“C’est avant tout un mode de vie. Un hispter est très ouvert sur le monde. Il aime découvrir de nouvelles choses en termes de culture, d’art, de musique. Il a un côté cool, vintage… Côté boulot, ça se traduit, dans le cadre des “Jeudis Casaouis”, par exemple, que l’on organise dans un endroit différent chaque mois, par aller dénicher des lieux laissés à l’abandon auxquels on donne une seconde vie et dont les gens ne soupçonnent pas le potentiel. On essaie d’emmener les Casablancais là où ils n’ont pas l’habitude d’aller et de bousculer un peu leurs habitudes, le tout, à des tarifs friendly. On redécore de façon éphémère en faisant notre shopping auprès des artisans du coin où aux puces, et on propose un concept qui allie exposition d’art, musique, fête et prestations live. On essaie de briser les codes en se distinguant des soirées bling-bling pour être un peu plus underground. On reverse également une partie des bénéfices à une association différente à chaque édition.”

Nidal Semlali

“À l’ère du tout-numérique, les Polaroid continuent de capturer l’instantané et l’émotion du moment. Il y a une histoire derrière chaque Pola’, que l’on peut partager et conserver.
Je l’emmène partout.”

Paul Nguyen

“Aujourd’hui, il faut être connecté pour rester informé de l’actualité, des nouvelles tendances, des sorties et bons plans à venir, mais également pour communiquer avec le monde entier.”

Rudy Maffre

“J’adore sillonner les rues de Casa dans ma bulle musicale avec Gipsy, à la recherche d’échoppes de petits créateurs, de nouveaux délices et pour chiner des objets vintage dans les souks.”

Mathieu Richard

“J’adore me lever le matin et écouter crépiter mes vinyles. Mais j’aime surtout faire le tour des commerces spécialisés dès que je suis dans une nouvelle ville. Casablanca me frustre à ce niveau-là. J’ai hâte qu’un disquaire digne de ce nom ouvre !”

Commentaires

Commentaire

loading...