A la une Selfies

Le selfie, pourquoi on l’adore ?

Écrit par Sabel Da Costa

Must photographique du moment, pointage ultime de nos instants girly, le selfie s’est érigé en vedette de l’ère facebookienne. Analyse rigolote d’un phénomène de mode presque sociologique.

ça y est, c’est le moment du dégainage. à vos smarts, prêtes, cliquez! Jusqu’à ce que pose réussie s’en suive et génère au moins 80 likes une fois postée sur le mur des glamourisations. Hormis le fait d’être pris dans l’autre sens, qu’est-ce qui différencie le selfie d’une photo classique ? Beaucoup de choses.

C’est le signe qu’on s’éclate

Seule ou en groupe, l’instant est digne d’intérêt. Bien sûr, on surfe à fond sur la subjectivité  d’une énième séance make-up, d’un énième café avec sa meilleure amie ou d’une énième jupe achetée lors d’une vente privée. Mais c’est comme ça ! Pour une autre, ce sera le trajet Casa/Tanger, le cours de salsa, la coloration capillaire in progress. Chacune son trip pour un message unique : “J’aime bien ma vie là tout de suite, la preuve en image dont JE choisis  quand même le timing”. Cette starification de soi et de son cercle proche a tout pour plaire.

Ça fait branchouille

Ben oui, comme Rihanna, Kanye et compagnie. Ils sont à “L.A”, on est ici mais nos téléphones, nos mimiques, nos filtres, nos vibes sont plus ou moins les mêmes. Le selfie est devenu le signe de reconnaissance entre membres d’une même “tribu”, celle des cool kids. Des gens drôles, des gens qui en jettent quand ils sont en public. Qui ne voudrait pas en faire partie ?

On a encore un peu 16 ans

Nous, notre bande d’amis, le duke face, les close-up, les situations insolites, le jargon employé pour commenter la photo fraîchement postée. “Smells Like Teen Spirit”, aurait dit Kurt Cobain à raison. Le selfie est à notre décennie ce que le scoubidou était aux eighties. Un concept djeuns et fun, progressivement récupéré par les quadras, les quinquas et même les sexas !

On se désinhibe progressivement

Un trait de khôl, un bout d’épaule, les rondeurs, la maigreur, le nude, parfois le zéro maquillage. Il y a des selfies qui se posent en mini révolution. Parce qu’on peut ne pas avoir envie de jouer les reines de beauté parfois et vouloir s’assumer telle qu’on est. Tout simplement…

Et puis dans le fond, où est le mal ?

Pas la peine de taxer les gens d’égocentrés ou de psychopathes parce qu’ils ont souscrit à cette mode. D’accord, ça fait bizarre de suspendre une conversation pour s’auto-mitrailler en public, la bouche en cul-de-poule, mais franchement il y a pire comme crime, non ?  Allez, vous pouvez circuler…

La parade

Vous avez essayé mais sans résultat probant ? De près, votre tête ne vous revient pas ? Ça vous paraît ridicule ? Ne vous forcez pas, c’est une mode, pas un commandement biblique. Trouvez votre truc : des morceaux de paysage, vos pieds, une déco décalée à figer pour l’éternité et à sublimer en couleurs vintage. Creuser la question, vous aussi, vous avez une vie intéressante, vous ne le savez juste pas… encore. 

le selfie comme une pro par Yasmine Tahiri, artiste photographe

Yasmine-Tahiri

– On choisit un beau fond bien éclairé pour prendre sa photo (ni trop de soleil, ni trop d’ombre).

 On met en avant son meilleur profil (gauche, droit ou prise en hauteur à vous de voir). Pour les petites de taille, on oublie les prises de haut qui ont tendance à tasser la silhouette

 On éloigne son téléphone le plus possible en zoomant légèrement. Pas de flash, ça fait ressortir les imperfections et pas de fonction reverse car la qualité n’est pas terrible après.

– On essaie de rester naturel et de prendre un maximum de photos pour trouver celle qui convient.

 On n’abuse pas des filtres. Certains d’entre eux (Youcam make up par exemple) sont sympas quand on a oublié de se maquiller mais trop c’est trop et à la fin, ça fait poupée de cire. En revanche, on peut s’amuser à trouver des montages photos originaux. υ

Commentaires

Commentaire