Santé

Technique d’imagerie médiace

Écrit par admin

Grâce à une sonde appliquée sur la peau au niveau de la partie du corps à étudier, elle utilise l’émission et la réflexion d’ultrasons. Ces derniers, réfléchis de façon différentielle par les organes, permettent de créer une image en coupe

Les explorations les plus courantes !

SPÉCIFICITÉS DE CET EXAMEN

Observer le coeur, les organes pleins de l’abdomen et tous ceux qui ne sont pas masqués par le squelette. Surveiller la grossesse et les anomalies foetales. Sa variante : l’écho Doppler, qui autorise une investigation du système vasculaire.

Le scanner (tomodensitométrie)

Il repose sur l’utilisation des rayons X, mais permet d’obtenir des images tridimensionnelles des organes ou des tissus (os, muscles, vaisseaux) sous forme de coupes numérisées. En pratique, l’émetteur et le récepteur de rayons X tournent autour de la partie du corps à examiner. Un produit de contraste à base d’iode peut être requis pour étudier celle-ci.

SPÉCIFICITÉS DE CET EXAMEN

Visualiser une modification de volume ou une anomalie de structure (tumeur, infection, hémorragie, embolie…) ; ou contrôler la réponse à la chimiothérapie en cancérologie.

L’I.R.M. ou imagerie par résonance magnétique

Son principe repose sur le phénomène de résonance magnétique nucléaire. L’I.R.M. utilise un aimant très puissant dans lequel circulent des ondes électromagnétiques à haute fréquence. Appliquées sur une partie du corps, elles renvoient un signal réémis par les atomes d’hydrogène contenus dans les organes. L’I.R.M., qui n’irradie pas (pas de rayons X émis), permet d’obtenir une image en 2D ou en 3D.

SPÉCIFICITÉS DE CET EXAMEN

En neuro-imagerie, l’apport de cette technique est particulièrement important pour explorer le cerveau, la moelle épinière et la colonne vertébrale. Utile pour visualiser les tissus mous (viscères, muscles, tendons…), ses indications ne cessent de s’étendre en pathologie ostéoarticulaire, cardio-vasculaire, abdominale et pelvienne.

La scintigraphie

Elle consiste à administrer une molécule couplée à un élément radioactif par voie intraveineuse afin de suivre son évolution dans l’organisme. Celle-ci va ensuite renseigner sur le métabolisme ou le fonctionnement des organes.

SPÉCIFICITÉS DE CET EXAMEN

Il est utilisé dans l’exploration de la thyroïde, du squelette, en cardiologie et en cancérologie.

L’angiographie

Elle permet d’obtenir des images de vaisseaux sanguins (artères et veines) non visibles sur une radiographie classique. Un produit de contraste (iode) est injecté pour mettre en relief le réseau sanguin. Le patient est ensuite passé aux rayons X. On parle d’artériographie pour l’étude des artères ; de coronographie pour les artères coronaires du coeur ; et de phlébographie pour explorer les veines.

SPÉCIFICITÉS DE CET EXAMEN

Il est notamment indiqué en cas de suspicion d’une maladie vasculaire ou d’une malformation artérielle ou veineuse. Il permet aussi de mettre en évidence le rétrécissement ou l’occlusion d’une artère ou d’une veine.

Commentaires

Commentaire