Psycho

Je suis trop perfectionniste

Écrit par admin

Fanas de la symétrie, elles sont très regardantes
sur l’ordre des choses. Trop exigeantes, parfois
intransigeantes, elles cherchent la complication
dans la facilité. À l’usure, elles deviennent
« perfectionnistes sur les bords ». « Elles »,
c’est parce que le plus souvent, ces
personnes-là font partie de la gent féminine…

Au boulot…

Parfois, elles s’attardent longuement sur desdétails insignifiants et finissent, à leur plusgrande surprise, par rater l’essentiel, à savoirleur but escompté. Au bureau, elles multiplientles vérifications jusqu’à épuisementde leur énergie. À force de toujours vouloirarriver en tête, elles finissent par ne plus savoiroù donner de la tête, justement.“Leur train-train quotidien s’assimile à uneinterminable course contre la montre, contre ledésordre, contre les déboires. Pour elles, le mot erreurest mortel, elles en ont peur de la manière laplus spectaculaire qui soit. Que leur patron leurdemande de refaire une tâche, même minuscule,insignifiante, est synonyme de supplice à leursyeux. Pour éviter cette situation qui hante leur inconscient,elles sont prêtes à se torturer, à tourneren rond, parfois à devenir passives, parce qu’ellesréfléchissent beaucoup”, explique la psychologueLoubna Belmejdoub.Lorsque le perfectionnisme atteint sonparoxysme dans l’univers du travail, lecycle hiérarchique lui-même se doit d’intervenirpour sauver cette personne de ladépression chronique.

En amour…

Elles sont plus intransigeantes qu’un tyran.Un rien les dérange. À défaut de pouvoiratteindre la perfection, elles cherchent à la frôler. Non seulement elles s’empoisonnentl’existence, mais aussi compliquent-elles la vie des autreset quand elles le font, c’est paramour ! “Je t’aime, je t’abîme”est un adage qui s’appliqueparfaitement à elles, enamour, en amitié ou dansla vie professionnelle.“Même deux ou trois personnes ne seront jamaiscapables de répondre à toutes les attentesd’une perfectionniste. Elle seule non plus”,précise la psychologue, avant d’ajouterque lorsque le succès, la célébrité, la reconnaissancesocioprofessionnelle et l’amourde l’entourage de madame ou de mademoisellela perfectionniste deviennent d’indispensablessources de valorisation et de bienêtrepour elle, il y a lieu de lui témoigner dela sympathie, voire de la pitié.

C’est grave docteur ?

Pour notre spécialiste, “la recherche de la performanceest une arme à double tranchant. Carsi la perfectionniste cherche de l’autosatisfaction,cela n’a rien d’incongru. Par contre, quand ellehisse la barre très haut, en visant des défis inaccessibles,elle risque de tomber dans l’excès etde se faire très mal, émotionnellement parlant.Parce qu’au fond d’elles-mêmes, ces personnessont sensibles et ont besoin d’affection, de conseilset d’une bonne dose d’écoute”.

Que faire ?

Parmi elles, beaucoup ne sont même pasconscientes de l’état maladif de leur situation.Les plus chanceuses finissentpar se prendre en main en optant pourune thérapie. Si certaines finissent par selasser de leur propre attitude et se “tenirà carreaux”, d’autres sombrent dans unedépression sans issue.En effet, ces personnes a priori pascomme les autres sont dans un éternelsentiment d’insatisfaction parce que leursstandards de succès sont différents deceux de la masse. Et ce n’est pas pour rienque parmi elles, il existe beaucoup d’anxieuseset de dépressives, d’où l’urgencede la psychothérapie. â—†Nos remerciements au docteur Loubna Belmejdoub,psychologue.

Commentaires

Commentaire

loading...