Pratique

Rajeunir sans bistouri

Écrit par Dina Khalil

Préserver sa jeunesse et ne pas faire son âge le plus naturellement possible : c’est le graal de toutes les femmes. Du néolifting aux dernières innovations de la médecine esthétique, voici les dernières stratégies coup de jeune.

Les techniques “régénérantes” pour faire peau neuve les injections de prp

Camoufler et réduire les rides, affiner le grain de peau, booster l’éclat : “Yes I can”, répond la cosméto. Mais braver la loi implacable de la gravité pour redensifier et rééquilibrer les volumes, redessiner et retendre les contours… Là, elle a tendance à murmurer “I wish I could”. Il reste alors deux solutions : la médecine esthétique ou la chirurgie esthétique, autrement dit, rajeunir avec ou sans bistouri !
On perd 10 % de son capital en acide hyaluronique tous les dix ans et 1 % de collagène par an, à la fois dermique et osseux. Il faut donc recréer de la matière à tous les étages, y compris dans l’hypoderme, où naissent les coussinets graisseux. Par ailleurs, sans fondations solides, tout s’effondre. Il faut donc aussi préserver er restaurer le maillage du derme, resserrer et retendre les tissus. Pour préserver la jeunesse de la peau, il faut donc agir à deux niveaux : la densité (le volume) et la structure (le galbe, les contours).

L’utilisation du PRP est un procédé de biostimulation qui permet de régénérer et rajeunir les tissus grâce à des injections de plaquettes sanguines aux vertus régénérantes. Les plaquettes sont l’un des composants sanguins tels que les globules rouges et blancs. Elles possèdent de nombreux facteurs de croissance, véritables produits physiologiques ayant un pouvoir régénérant important. Tout l’intérêt de cette technique est que le plasma utilisé est  autologue, c’est-à-dire qu’il est prélevé sur le patient par une simple prise de sang, ce qui écarte le risque de réaction à corps étranger, de rejet ou d’allergie. Notons que le PRP est une technique régénérative qui n’a pas d’effet lifting.

L’objectif : riche en facteurs de croissance, le PRP est censé activer le renouvellement cellulaire et stimuler la production de fibres de collagène et d’élastine. Les zones pouvant être traitées sont le visage, le cou, le décolleté et les mains.

Pour qui : les personnes qui veulent améliorer la qualité de leur peau en agissant sur les cicatrices dues à l’acné et autres cicatrices superficielles, les plis du visage comme le pli naso-labial, les rides et ridules, les poches sous les yeux.

En pratique : le protocole commence par une prise de sang qui sera centrifugé afin de séparer le plasma des autres éléments du sang, avant d’être réinjecté par le médecin là où c’est nécessaire, dans les joues, les tempes, les cernes, l’ovale, le cou et/ou le décolleté. Et, pour traiter les rides plus marquées, le plasma peut être enrichi d’une enzyme qui favorise la coagulation du sang (thrombine autologue) pour obtenir un gel, un peu plus épais, donc plus efficace pour “combler”. Une séance dure environ 30 minutes. La personne peut ressentir des picotements au niveau de la zone traitée et voir apparaître quelques rougeurs qui s’estompent en quelques heures. Le résultat ne se voit pas tout de suite, mais s’installe progressivement dans les trois à six semaines qui suivent, le temps que les cellules commencent à travailler. Plusieurs séances peuvent être nécessaires.

le peeling

Le peeling consiste en l’application d’une solution acide qui va desquamer la peau du visage pour la débarrasser de la couche cornée (couche de cellules mortes qui asphyxie la peau) et stimuler les fibroblastes (qui fabriquent le collagène responsable de la tonicité).

L’objectif : obtenir un renouvellement cellulaire pour débarrasser la peau des petites imperfections (pores dilatés, taches, ridules…). La peau sera ainsi mieux oxygénée, plus éclatante, mieux hydratée, plus ferme et moins ridée.

Pour qui : les personnes qui veulent donner un véritable coup d’éclat ou coup de jeune à leur peau.

En pratique : selon l’état de la peau et le résultat souhaité, le peeling sera effectué avec différents types de produits et peut nécessiter plusieurs séances.

– le peeling doux aux acides de fruits (acide glycolique) : idéal pour les peaux du visage ternes et froissées, les irrégularités du teint, les peaux grasses, les boutons d’acné et les peaux tachées. On pèle légèrement trois jours plus tard.

– le peeling moyen à l’acide trichloracétique (TCA) : il agit plus en profondeur, au niveau de la partie superficielle du derme, en stimulant la synthèse de collagène. Il est conseillé pour les ridules plus marquées, les taches pigmentaires, les pores dilatés, l’acné inflammatoire et kystique ainsi que les petites cicatrices d’acné. Il peut être pratiqué sur tout le visage ou sur une partie seulement. Le TCA peut être combiné à des agents dépigmentants, ce qui permet de traiter aussi le mélasma (masque de grossesse).

– le peeling fort est un rajeunissement facial qui utilise une solution chimique de phénol appliquée sur la peau sous anesthésie locale ou générale. Le médecin applique sur la zone à traiter une poudre régénératrice, à garder une semaine (sans sortir de chez soi). Le teint reste rouge-rosé près de deux mois mais se camoufle facilement. Il s’agit donc d’un lifting chimique assez lourd, mais c’est le traitement le plus efficace pour les rides profondes péri buccales, péri orbitaires et les taches brunes localisées.

Commentaires

Commentaire