A la une Portrait

Zineb El Briouil, l’étoile montante de l’équitation marocaine


Zineb El Briouil est la nouvelle étoile montante de la course hippique au Maroc. A 18 ans, elle a remporté 12 épreuves nationales et vient de disputer un prix international sur l’hippodrome flambant neuf de Marrakech.

On connaissait Bouchra Marmoul, la star de l’équitation féminine au Maroc. Elle est aujourd’hui challengée par une autre toute jeune femme, Zineb El Briouil, 18 ans, la seule femme jockey au Maroc à avoir gagné douze épreuves nationales. Une rareté dans une discipline dominée par les hommes. Sur les 277 jockeys que compte le pays, seules trois sont des femmes, dont l’une d’entre elles est même partie en France pour s’entraîner. Le 7 mai dernier, elle disputait un prix international à Marrakech face à des femmes jockeys venues du monde entier.

Avec son père Mbarak el Briouil.

Zineb a la course hippique dans le sang. Elle a grandi dans une famille passionnée par le milieu équestre. C’est son père, Mbarak el Briouil, qui l’a initiée et qui continue à l’entraîner. A 9 ans, elle pratique l’obstacle. S’ensuit les courses, avant d’étudier durant trois ans à l’Institut national du cheval de Dar el Salam à Rabat, « une année comme soigneuse et deux ans en tant que jockey », décrit la jeune femme à l’AFP. « Quand je demande aux autres cavalières pourquoi elles ne veulent pas être jockey, elles me disent que c’est difficile. En plus, on ne voit que des garçons sur les champs de courses, les filles pensent qu’elles ne peuvent pas le faire », regrette-t-elle.

Et son père de préciser : « Des filles pratiquent d’autres sports équestres, comme l’obstacle ou la tbourida. Mais le cheval de course est très difficile, il peut taper, mordre. (Ici) les entraîneurs ne veulent pas prendre le risque. Je le prends parce qu’il s’agit de ma fille et que je sais qu’elle peut le faire. ». Pour lui, « il faut maintenant un effort au niveau national, il y a huit courses par semaine au Maroc, réservons-en une pour les femmes! ». Car elles ont bien leur place sur les hippodromes.

Commentaires

Commentaire