A la une Portrait

Mathilde Darras, une militante éco-beauty


La marque Zina bouscule le paysage de la cosmétique marocaine. Elle propose la première gamme de shampooings solides 100% naturel, zéro déchet et entièrement fabriquée au Maroc. Une alternative écoresponsable portée par Mathilde Darras.

La marque Zina a moins d’un an et cartonne déjà. Son secret beauté ? Sa démarche “eco-friendly” et “zéro déchet” mise au point par sa fondatrice Mathilde Darras. Créée en janvier dernier, la marque, dont le produit phare est le shampooing solide, mise sur du 100% biodégradable, naturel et artisanal, la confection se faisant entièrement au Maroc. “J’ai toujours été sensible à la gestion des déchets, tout en ayant, par ricochet, une passion pour les produits naturels”, confie la créatrice de 35 ans qui s’est installée en 2010, à Casablanca. “En France, j’ai passé toute mon enfance à la campagne, poursuit-elle. Et au Maroc, avec mon mari, nous avons choisi de nous éloigner de la ville pour nous installer à Bouskoura où nous voulons offrir à nos enfants un cadre de vie proche de la nature.”  Car même de l’autre côté de la Méditerranée, la jeune femme qui a monté un cabinet spécialisé en ingénierie environnementale, continue son militantisme. Jusqu’à l’année dernière, elle se faisait même livrer depuis l’Hexagone ses shampooings solides, avant de se rendre compte que le créneau était vacant. L’idée de monter une marque alternative a ainsi mûri rapidement. En effet, elle a lancé Zina sans aucune étude de marché préalable et sans la moindre appréhension. Un défi osé mais gagnant !

Un réveil citoyen en marche

Zina a très vite fait des adeptes grâce à sa gamme de shampooings solides sans sulfate, sans silicone, sans paraben, sans colorant et sans conservateur. Bref, une ligne de produits sans aucun agent agressif ! “Nous sommes tous concernés par les problèmes environnementaux”, rappelle la créatrice. En effet, aux quatre coins du monde, la question climatique préoccupe et le nombre de consom’acteurs ne cesse de progresser. Le Maroc ne fait pas exception même si aujourd’hui “on reste sur une niche”, comme le précise Mathilde Darras. Une niche conquise qui a tout de même dépassé la trentenaire.  “Il y a un tel engouement que nous sommes en train de restructurer notre modèle de développement car nous n’arrivons plus à répondre à toute la demande nationale et de plus en plus internationale”, se réjouit-elle. En plus de sa gamme de shampooings solides pour tout type de cheveux, la fondatrice a déjà dû élargir sa ligne. Elle lance des savons sans huile de palme et sans huiles essentielles, ainsi qu’une autre gamme novatrice, à savoir des mousses à raser solide. “On prépare d’autres lignes de produits”, glisse-t-elle sans vouloir en dire davantage, avant de préciser que “pour le peu de packaging utilisé, nous avons fait appel à la marque marocaine Koun qui collecte et recycle le plastique et le papier. Elle s’occupe du ruban de nos shampooings solides et des étiquettes de nos savons.” Au vu de l’enthousiasme croissant autour de sa marque tendance, la créatrice a également décidé de se donner une autre mission : essayer de démocratiser Zina pour éveiller le plus de consciences possibles. Car “savez-vous qu’un shampooing solide, c’est l’équivalent de deux bouteilles de shampooings liquides classiques ?” Des bouteilles qui, pour rappel, se retrouveront certainement au fond de nos océans… 

Du tac au tac

Quelle entrepreneure vous a influencée ?

Je n’ai pas de noms en tête mais plutôt des expériences partagées. À mon avis, l’entreprenariat est avant tout une question d’engagement : si vous êtes capables de vous engager, vous êtes capables d’entreprendre.

Quelle lecture recommandez-vous pour se lancer dans l’entreprenariat ?

“80 hommes pour changer le monde : entreprendre pour la planète” de Sylvain Darnil et Mathieu Le Roux. Le livre relate des histoires d’entrepreneurs qui, grâce à leurs idées et leurs choix, ont décidé de gagner leur vie tout en sauvant la planète.

Quelles sont vos inspirations ?

Je parlerai plus de valeurs car l’humain et la planète sont au centre de mes préoccupations.

Quel est votre leitmotiv ?

Je crois que la seule limite qu’on se met, c’est soi-même.

Quel est votre secret pour réussir à s’imposer en tant que femme ?

Je n’ai jamais eu de difficultés à m’imposer tout court. Je pense que le domaine de l’entreprenariat est propice aux femmes de toutes origines. Le conseil que je pourrais donner aux entrepreneures débutantes est de garder confiance en soi et en leur projet. Ne vous découragez pas. 

Commentaires

Commentaire