A la une Livres

Nos 5 lectures féministes pour un été inspirant


Des romans, des essais, des manifestes, des BD féministes… Et si cet été, notre engagement pour les femmes se poursuivait ? Voici cinq idées de lecture 100% féminin à dévorer, sur nos transats ou pas, sous les conseils avisés de Nessrine Nabzar, libraire chez Livremoi. Suivez le guide.

“Chère Ijeawele, Un manifeste pour une éducation féministe” de Chimamanda Ngozi Adichie 

l’histoire ? “Je suis convaincue de l’urgence morale qu’il y a à nous atteler à imaginer ensemble une éducation différente pour nos enfants, pour tenter de créer un monde plus juste à l’égard des femmes et des hommes.” À une amie qui lui demande quelques conseils pour élever, selon les règles de l’art du féminisme, la petite fille qu’elle vient de mettre au monde, Chimamanda Ngozi Adichie répond sous la forme d’une missive enjouée, non dénuée d’ironie, qui prend vite la tournure d’un manifeste.

pourquoi faut-il absolument le lire ?

L’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie décortique des situations concrètes qui se présentent aux parents d’une petite fille. Elle explique ainsi comment déjouer les pièges que nous tend le sexisme, à travers des exemples tirés de sa propre expérience. Cette lettre manifeste s’adresse à tous : aux hommes comme aux femmes, aux parents en devenir, à l’enfant qui subsiste en nous et qui s’interroge sur l’éducation qu’il a reçue. Chacun y trouvera les clés d’une ligne de conduite féministe, qui consiste à croire en la pleine égalité des sexes et à l’encourager.

“Sorcières” de Mona Chollete 

l’histoire ? Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations.

pourquoi faut-il absolument le lire ?

En tant que femme, on ne peut que se reconnaître dans certaines situations décrites dans ces “Sorcières” d’hier et d’aujourd’hui. Des idées si bien formulées et développées. C’est une étude, presque complète, sur les femmes dans différentes situations. Dévolution ! Dans cet essai, nous sommes loin de la langue de bois. Cela envoie du très haut et du très puissant comme le jet d’eau de Genève d’où est originaire Mona Chollet. En clair, un livre féministe qui fait du bien.

“Femmes qui courent avec les loups” de Clarissa Pinkola Estés

l’histoire ? Chaque femme porte en elle une force naturelle, instinctive, riche de dons créateurs et d’un savoir immémorial. Mais la société et la culture ont trop souvent muselé cette “Femme sauvage” afin de la faire entrer dans le moule réducteur des rôles assignés. Psychanalyste et conteuse, fascinée par les mythes et les légendes, auteur également du Jardinier de l’Eden, Clarissa Pinkola Estés nous propose de retrouver cette part enfouie, pleine de vitalité et de générosité, vibrante, donneuse de vie. À travers des “fouilles psycho-archéologiques” des ruines de l’inconscient féminin, en faisant appel aux traditions et aux représentations les plus diverses, de la Vierge Marie à Vénus, de Barbe-Bleue  à la petite marchande d’allumettes, elle ouvre la route et démontre qu’il ne tient qu’à chacune de nous de  retrouver en elle la Femme sauvage.

pourquoi faut-il absolument le lire ?

C’est un livre précieux comme la prunelle de chaque femme sauvage qui vit en nous. “Femmes qui courent avec les loups” est un bouquin que chacune doit lire le plus tôt possible, et relire régulièrement. Ce livre éclaire le chemin de vie et se porte comme une lampe frontale afin de voir dans les recoins et de démasquer l’ennemi tapi dans l’ombre… Il nourrit, explique, rassure, met en garde, ouvre les yeux et les cœurs… Un livre à offrir à ses filles, à sa mère, à sa tante, à ses amies, et aussi à son mari, à son père et à son frère !

“Culottées” de Pénélope Bagieu

l’histoire ? Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés. Des portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

pourquoi faut-il absolument le lire ?

C’est une lecture pétillante, dynamisante et inspirante, qui donne envie de bomber le torse et de se retrousser les manches.

“La Servante écarlate”de Margaret Atwood

l’histoire ? Devant la chute drastique de la fécondité, la République de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, “servante écarlate” parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour retrouver sa liberté.

pourquoi faut-il absolument le lire ?

“La Servante écarlate” est une dystopie choc. Il traite à la fois d’une prise du pouvoir qui réduit la liberté, et par conséquent la place des femmes dans la société. Ce livre est écrit d’une façon douce qui oscille entre passé et futur pour bien montrer l’évolution des lois et des mœurs. La dictature est à son comble. La délation et la peur pèsent sur la population, en particulier sur les femmes. Personne ne prend de risque. Tous obéissent. Bref, un livre glaçant qui rappelle certains pays d’aujourd’hui questionnant leur idéologie sur le rôle et le devenir des femmes.

3 questions à… Caroline Dalimier, co-fondatrice de Livremoi 

Outre leur aspect commercial, les librairies sont des carrefours d’idées et des lieux de débats qui ont été durement impactées durant le confinement engendré par la pandémie de Coronavirus (Covid-19). Comment voyez-vous l’avenir ?

Cette crise va certainement nous inciter à réfléchir collectivement à nos modèles économiques et sociaux. Plus que jamais, les lieux de débats d’idées seront nécessaires. Les librairies n’ont pas été considérées comme des lieux “essentiels” pendant la pandémie, elles le deviendront peut-être par la suite ?

Comment la littérature aide à passer cette épreuve ?

Si le corps est enfermé, l’esprit peut encore s’évader. La littérature nous y aide. Elle permet aussi de mettre des mots sur les émotions que nous ressentons. Et de tromper l’ennui…

Durant cette période, quels ouvrages avez-vous le plus vendu ? Qu’est-ce que cela dit sur le lecteur ?

“La peste” d’Albert Camus et “L’amour au Temps du Choléra” de Garcia Marquez, “Le pouvoir du moment présent” d’Eckhart Tolle et les grands classiques de littérature (Proust, Celine, Tolstoi, Nabokov, Dumas, Dostoievski, Cohen…). Les titres parlent d’eux-mêmes. Dans les deux premiers ouvrages, l’histoire se déroule dans un contexte qui présente des similitudes avec la situation que nous vivons : quelle est la part d’universalité de ce que nous ressentons aujourd’hui ?  “Le pouvoir du moment présent” est un guide spirituel qui aide à trouver la paix intérieure et s’épanouir, même lorsque la vie n’est pas clémente. Quant aux grands textes de littérature, ce sont les livres que nous avons toujours rêvé de lire, sans en avoir le temps et durant cette pandémie, du temps nous en avons eu beaucoup ! 

Commentaires

Commentaire