A la une Interview

« Touareg », la nouvelle collection féministe de Rhita Benjelloun

Écrit par FDM

Après « Tattoo » et « Enchanteresse », Rhita Benjelloun, la jeune créatrice de la marque Rhita créations, lance sa nouvelle collection. Baptisée « Touareg », cette ligne de bijoux est à la fois fine et féministe. Interview.

Propos recueillis par Pauline Maisterra

« Touareg » est le nom de votre nouvelle collection. Comment l’avez-vous pensée ?

« Touareg » est le résultat de longs mois de travail et d’immersion dans le monde et la culture touareg. Depuis toujours, l’histoire et la philosophie des Hommes indigo m’a toujours fascinée. Leurs tenues, leur force, leur connaissance de la nature, ainsi que la beauté des femmes et de leurs bijoux m’ont intriguée et donné envie d’en savoir un peu plus. En me plongeant dans cet univers j’ai ainsi découvert des contes et des chansons, des légendes et des aventures aussi sages que surprenantes. C’est exactement ce qui me plait en termes de poésie, et parfait comme point de départ pour une nouvelle collection.

Vos deux précédentes collections, « Tattoo » et « Enchanteresse », étaient autant féminines que féministes. Comment qualifierez-vous « Touareg » ?

Je dirais que la collection « Touareg » est un peu plus brute de décoffrage et affirmée, mais toujours féminine et féministe. Choisir la culture touareg comme inspiration n’est pas un hasard. Les Touaregs considèrent que la femme est la mère de l’humanité avec tous les droits qui lui sont dus. Elle jouit d’un statut privilégié et le matriarcat est de règle. D’ailleurs, de grandes figures féministes touareg m’ont inspirée dans la réalisation de certaines pièces comme Tin-Hinan, considérée comme la mère du peuple touareg et l’ancêtre des tribus nomades, ou Dassine, poétesse touareg et sultane du désert qui participait au conseil des guerriers et était respectée de tous.

Cette nouvelle ligne de bijoux a une particularité : elle est pour la première fois mixte. Pourquoi ce choix ?

Réaliser des bijoux pour hommes a toujours été un défi pour moi. De manière générale, mes créations se veulent fines et légères. Deux particularités qui ne correspondent pas toujours à ce qu’attend un homme en matière de bijoux. J’ai trouvé cela intéressant comme contrainte et défi personnels, à savoir m’imposer de designer des bijoux qui pourraient être tout aussi bien portés par des hommes que par des femmes. J’ai également eu cette volonté de sortir des sentiers battus en proposant des créations que je n’avais encore jamais travaillées comme des boutons de manchettes, des broches ou des bagues plus imposantes. Et enfin, dessiner des bijoux mixtes répond à une certaine demande. Je reçois souvent des messages dans ce sens. En résumé, les bijoux mixtes de ma nouvelle collection font plaisir à tout le monde, mais surtout, affirme le non genré de ma création.

Vous avez lancé votre marque Rhita Création il y a plus d’un an maintenant. Depuis, elle fait littéralement fureur. Quel est votre secret ?

LE TRAVAIL. Je passe littéralement des heures à dessiner les designs de chacun de mes modèles (sur mes logiciels d’architecture), à faire des prototypes et à tester leur ergonomie. Et puis, la passion pour ce métier à chaque étape : de la naissance du concept, à la transformation de la matière en passant par le dessin. Aussi, je ne suis pas seule dans cette aventure. J’ai la chance d’avoir une superbe équipe passionnée qui croit en ce projet. L’émergence des réseaux sociaux nous a également fait prendre conscience de l’existence d’une réelle communauté qui nous soutient et nous aide à orienter notre créativité en fonction de ses intérêts. Et c’est une réelle bénédiction pour nous aujourd’hui. 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux jeunes créateurs ?

En général, je n’aime pas donner de conseils, car je crois que chacun à son histoire, son vécu, et sa manière de voir les choses. Mais si je devais donner mon avis, je crois qu’en tant que designer/créateur, notre rôle est de proposer des objets qui ont du sens et touchent. Ils doivent raconter une histoire qui résonnent en nous. Il faut mettre de la poésie dans ce que l’on conçoit et réaliser des objets durables qui s’apparentent à des fragments d’histoires que l’on a envie de transmettre.

 

https://www.rhitacreations.com/

Commentaires

Commentaire