A la une Interview

Saad Benmansour : “Cette pandémie laissera des séquelles à jamais” (5/5)

Écrit par FDM

Quelles leçons tirer de la crise sanitaire subie ces derniers mois ? Quelles conséquences pour les secteurs vitaux tels que l’économie et la santé ? Quelles solidarités et quels liens pour demain ? Comment réapprendre à vivre, à voyager, à consommer, à communiquer dans un monde où tout est à (ré)apprendre ? La réponse est donnée par 5 personnalités de différents horizons.

« Si l’on devait faire une analyse de l’effet de cette crise sanitaire sur l’économie marocaine, mais aussi sur l’économie mondiale, je pense que la meilleure façon de le faire serait sous l’angle de la temporalité, avec des effets à court, moyen et long terme. La crise sanitaire a littéralement paralysé l’économie mondiale, et bien évidemment marocaine. Elle a perturbé la vie des entreprises, la vie quotidienne, le fonctionnement normal des choses… Tout s’est arrêté. Tous les secteurs ont été gelés, et cela a englobé l’aviation, le transport aérien, le tourisme, les voyages, etc. Beaucoup de types de production et d’industries se sont arrêtés. C’est un peu ça l’effet immédiat et à court terme de ce qu’on a vécu pendant les 6 ou 7 mois qu’a duré cet épisode, qui n’est malheureusement pas encore fini.

Aujourd’hui, on est en train de parler de la relance, et dans les 12 à 24 prochains mois, l’économie va tenter de redémarrer. Les États, et je parle aussi du Maroc, vont remettre les entreprises et le tissu économique au travail. On va essayer de remettre les outils de production en marche, accompagner les entreprises pour la récupération des emplois, les hôtels pour la réouverture, les compagnies aériennes pour prendre leur envol… À moyen terme, ce sera un redémarrage dans une sorte d’état d’urgence, un redémarrage dans la précipitation, sans penser réellement à changer les process… Toute l’économie va ainsi reprendre son tempo normal.

Je pense que cette pandémie laissera des séquelles à jamais, de manière indélébile sur l’économie marocaine. Celle-ci aura changé au vu des opportunités mondiales. Les commandes adressées au Maroc auront changé parce que la pandémie va réorienter les préoccupations de type médical, sanitaire sur l’être humain, ses conditions de vie, de santé… Une reconfiguration de l’économie, de l’industrie et des services va donc être ressentie dans les 4 à 5  prochaines années. »

Saad Benmansour, directeur de la publication et des rédactions La Vie Éco

Commentaires

Commentaire