A la une Interview

Nouzha Regragui vue par son homme

Écrit par Sabel Da Costa

Une comédienne. Un chanteur. Coup de foudre sous les projecteurs pour Nouzha Regragui et Bachir Abdou et une union qui n’a pas pris une ride.

Lalla Nouzha. C’est ainsi que Bachir Abdou surnomme celle qui partage sa vie depuis maintenant 34 ans. Pas “chérie” ni “amour”, pas “sucre” non plus mais «princesse» ! Ça veut tout dire de la place qu’elle occupe. Le couple qui a célébré ses noces d’ambre affiche une complicité au beau fixe et la pétulance des premiers jours. “Maalmin” comme dirait  leur fils…

Où avez-vous rencontré votre femme ?

Nous étions tous les deux conviés à une semaine culturelle en Tunisie. Plusieurs artistes participaient à l’évènement. J’ai assisté à ses représentations et elle aux miennes. J’ai été séduit par son allure,  sa voix et son jeu. Nous avons eu l’occasion de discuter et  j’ai compris que j’étais amoureux… ça a du être réciproque car nos projets de mariage se sont dessinés dans les jours qui ont suivi. Quand on est sûr de l’autre, pas besoin d’attendre un siècle.

Votre entourage n’a pas eu peur de cette précipitation ?

Quand bien même ça aurait été le cas, on aurait agi de la même manière. Dans ces situations-là, l’avis des autres importe si peu. Mais pour répondre à la question, non. Personne ne s’est immiscé dans notre histoire, tout s’est déroulé très facilement. Preuve que l’on avait pris la bonne décision.

Les deux qualités qui vous plaisent le plus chez elle ?

Son attitude envers les gens. C’est une femme charmante de qui vous n’entendrez jamais une parole désagréable. Et puis sa forte personnalité : quoiqu’il arrive, Lalla Nouzha sait rester digne et ne se laisse jamais abattre.

Vous êtes tous les deux connus. ça pose des problèmes parfois ?

Au début, quand nous venions de nous marier, nous avions quelques difficultés à gérer nos carrières en même temps. Il y avait un peu de jalousie, un peu de doute mais nous avons réussi à surmonter tout ça en communiquant le plus possible et en faisant preuve de patience. C’est ce qui nous a permis de renforcer la confiance dans notre duo.

Quels sont vos points communs ?

Lorsque nous en avons l’occasion, nous devenons très casaniers. Il n’y a rien que nous aimons plus que de rester chez nous à discuter tranquillement  ou à regarder un beau film. C’est notre ilot de paix…

Vous êtes du genre inséparables ?

Ce ne serait pas possible vu nos occupations respectives. Nous sommes forcément amenés à fréquenter des cercles différents et à faire des déplacements chacun de notre côté mais j’ai l’impression que ça nous rapproche davantage. Nous attendons toujours nos retrouvailles avec impatience.

Vous avez une destination ou un endroit privilégié ?

Pas spécialement. Ces derniers temps, il nous arrive de voyager avec notre fils ou de l’accompagner à certains de ses concerts pour l’encourager. Ça nous permet de passer du temps en famille.

Le sujet sur lequel vous ne vous entendez pas trop ?

La décoration de notre maison. Parfois, il lui arrive de choisir des choses dont je ne suis pas convaincu et vice-versa. On argumente mais je la laisse avoir le dernier mot.

Qui est le plus dépensier du couple ?

Elle, mais c’est essentiellement pour notre demeure. C’est une femme d’intérieur qui adore les meubles et les œuvres d’art. Ça lui fait plaisir d’en acheter et ça me fait plaisir de la voir heureuse même si nos goûts diffèrent.

Elle a réitéré récemment ?

Oui, elle a fait refaire la cuisine et rhabiller le frigidaire.

Son péché mignon ?

La tanjia marrakchia que je lui prépare. Je lui ai quand même appris la recette et donné mon ingrédient secret. Maintenant, elle la cuisine mieux que moi (rires).

Un compliment qu’elle vous a fait qui vous a le plus touché ?

Ce n’était pas un compliment verbal, plutôt une attitude. Elle a toujours été présente à mes côtés, m’a soutenu. C’est le plus beau des compliments qu’une personne puisse faire à une autre.

Vous avez quelque chose à lui dire là maintenant ?

Merci d’être celle que tu es depuis toujours, merci pour Saad et Ali, nos deux fils et pour le bonheur  que m’apporte ta présence. Merci du fond du cœur. 

Commentaires

Commentaire