A la une Interview

Memet Tazi, the golden boy

Écrit par FDM

Golden boy. Un nom qui lui colle comme une seconde peau, tellement il correspond à sa personnalité charismatique et à son look de jeune premier. Artiste dans l’âme, Memet Tazi cultive de nombreuses amitiés dans le monde de l’art et de la culture. Très entouré dans la vie publique, il est pourtant toujours un cœur à prendre. On le sonde.

Ami des artistes et des journalistes, célèbre pour son accompagnement et soutien aux évènements culturels et artistiques, M’hamed Tazi, dit Memet Tazi n’est plus à présenter. Né à Casablanca en 1982, Memet a réussi un parcours sans faute dans le domaine de la Com’. Actuellement en charge de la direction de communication Nissan pour la région Afrique du nord, puis l’Egypte, il continue à porter le Maroc avec la même force dans son cœur. “Mon expérience au Caire a été un vrai challenge. La vie d’un expatrié n’est pas toujours rose : le fait d’être seul au quotidien, et ne devoir compter que sur soi-même, loin des siens. Mais Dieu merci, dans l’ensemble, l’expérience fut intéressante. Je peux le dire fièrement, j’ai su véhiculer d’une manière très positive l’image de mon Maroc. D’abord au sein de mon entreprise Nissan, par la qualité de mon travail, mais aussi en “délocalisant” bon nombre d’évènements régionaux du Caire ou d’Alger, à Casablanca et Marrakech. Cela m’a permis de faire connaître, à ma manière, la richesse et la diversité de mon pays à des dizaines de journalistes et d’influenceurs maghrébins, à ma hiérarchie japonaise et à mes collègues… mais aussi au niveau des instances égyptiennes, où des leaders d’opinion locaux ne connaissaient le Royaume que de loin”, précise Memet Tazi. Professionnellement comblé, Memet célèbre cette année ses 10 ans au sein de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Mais qu’en est-il de ses rêves ? La réponse fuse en parfaite symbiose avec le personnage : “dans la vie, il y a des objectifs à atteindre, puis des rêves à réaliser. Ma priorité est d’abord d’atteindre mes objectifs, je réaliserai mes rêves plus tard.” Mais cela ne l’empêche pas de rêver, et d’avoir des “rêves raisonnables”.

Qu’est-ce qui le rend si attachant ?

Son intégrité et son authenticité. “Je n‘ai jamais cherché à impressionner qui que ce soit, je n’attends rien de personne. J’aime la vie, j’aime les gens, je les traite comme j’aime être traité, et je les écoute quand il le faut. Tel est mon état d’esprit”, dit-il.

Une carrière au cinéma ou dans la chanson ?

La question ne surprend pas Memet qui a baigné dans un environnement artistique depuis son plus jeune âge. “J’aime l’art au sens large du terme et la musique fait partie intégrante de ma vie. Mon cher papa y est pour quelque chose ! Je me retrouve souvent avec des artistes, pour un jam ou un bœuf, à revisiter des classiques de tout genre. Aussi, la plupart d’entre eux n’hésitent pas à me faire écouter leur musique avant même son lancement au grand public, pour avoir un avis neutre, et cela m’honore”,  précise-t-il. Côté cinéma,  “Noureddine Lakhmari m’a promis un rôle dans un de ses prochains films, j’attends que cette invitation se concrétise”, dit-il avec un large sourire.

Rigoureux côté pro. Et côté privé ?

À fond pour le travail en équipe, Memet privilégie le “Friendly management” style. Le bureau est presque sa seconde maison ; l’ambiance de travail qui y règne est démocratique et motivante permettant d’atteindre les objectifs dans de bonnes conditions. Dans la vie privée, il reste fidèle à lui-même, que ce soit en famille ou avec ses amis. Inconditionnel du foot, il ne rate aucun match de son équipe préférée, le Wydad. Faire du sport, lire et regarder des séries sont ses loisirs préférés.

Est-il toujours un cœur à prendre ?

Memet compte y remédier. “J’ai privilégié la carrière à la vie de couple. Il est peut-être temps de concilier les deux”, dit-il. C’est tout le bien qu’on lui souhaite.

Sa mère, son modèle pour choisir son épouse ?

Cela n’a jamais été un critère. Il faudra bien choisir sa partenaire, celle qui te tiendra la main dans les meilleurs et pires moments. Je privilégierai sûrement une femme active. Quant à ma mère, c’est une femme que j’admire. Si elle me voit heureux, elle le sera aussi.

Du tac au tac

Mariage d’amour ou de raison, que choisiriez-vous ?

Mariage d’amour bien sûr, mais bien réfléchi, parce qu’on ne badine pas avec l’amour.   

Que seriez-vous capable de faire par amour ?

Je me suis toujours posé cette question d’ailleurs… Peut-on tout faire par amour ?

Quelles qualités recherchez-vous chez une femme ?

Avoir bon cœur. Comme dirait Mère Teresa “C’est ce qu’il y a dans nos cœurs qui donne à nos vies leur qualité”.

Pour conquérir votre cœur, faut-il aussi séduire votre mère ?

Il faudra penser à me séduire moi d’abord. Ma mère a toujours été d’accord avec mes choix.

Par amour, seriez-vous prêt à tout quitter ?

On dit bien que l’amour peut rendre aveugle, sauf qu’il doit être réfléchi.

Comment imaginez-vous votre demande en mariage ?

Romantique, bien évidemment… mais me connaissant, elle sera originale et inattendue.

Fêtez-vous la Saint-Valentin ?

C’est une occasion de plus pour célébrer l’amour, pourquoi sortir du lot ? Surtout que je suis un Verseau…

Quelle musique pourrait accompagner cette journée 100% love ?

“Tell me I love you’’ de mon ami Youness. Une musique 100% marocaine qui fait bouger, et qui raconte une belle histoire d’amour. Une image me vient également à l’esprit :  Moto 103 et direction la corniche… υ

Commentaires

Commentaire