A la une Interview

Make Mothers Matter : Une conférence internationale « Mères pour la paix » organisée à Casablanca


Pour la première fois depuis sa création en 1947 à l’UNESCO, l’ONG Make Mothers Matter va s’envoler pour le Maroc et organiser, avec le soutien de Care international-Maroc, les 3 et 4 mai prochains à Casablanca une conférence intitulée « Mères pour la paix ». Des femmes du monde entier vont se retrouver à ce rendez-vous qui va mettre en avant le rôle essentiel des mères en tant qu’actrices de la paix. Interview avec Anne-Claire de Liedekerke, présidente de Make Mothers Matter.

Pourquoi avoir choisi de faire une conférence sur les mères et la paix ?

Le rôle des mères dans les grands enjeux de nos sociétés est la mission principale de notre ONG qui a été fondée au sortir de la Seconde Guerre mondiale, lorsque les mères se sont rendues compte de leurs compétences spécifiques et nécessaires. En effet, les hommes, et les femmes qui n’étaient pas mères, étant partis au front. Les mères restaient seules responsables dans les fermes, les commerces, les communautés et tout continuait à fonctionner ! Après la guerre, les mères ont participé à la réconciliation, comme elles le font souvent, afin de rétablir l’harmonie dans les communautés. Make Mothers Matter, anciennement appelé « Mouvement Mondial des Mères » a été créé en 1947 à l’UNESCO suite au congrès « Mères, ouvrières du progrès humain». MMM travaille pour faire voir l’importance des mères, comme son nom l’indique. Nous travaillons sur l’économie (conciliation vie familiale-vie professionnelle/Travail familial non rémunéré), la santé (mortalité maternelle/santé des mères et des enfants) et la paix parce que la paix commence en chacun de nous et au cœur de la famille. Il faut permettre à la mère de jouer sont rôle d’éducatrice dans une atmosphère de paix et de transmettre cette valeur à ses propres enfants. C’est essentiel ! « Mères pour la paix » est un enjeu nécessaire en ce moment et partout dans le monde.

Pourquoi, selon vous, les mères sont-elles une ressource de paix inexploitée ?

Les mères sont une ressource inexploitée de manière générale. Tout d’abord, le travail des mères d’un point de vue économique est un travail non-rémunéré, non reconnu, alors qu’il est essentiel et nécessaire y compris pour l’économie des pays, comme l’éducation ou le soin des enfants. On ne se rend pas assez compte de l’importance et de la nécessité du travail des mères. Pour revenir à la paix, les mères ont une vision spécifique de la guerre, elles en souffrent de manière particulière et ont en elles un profond désir de paix. Impliquer les femmes dans les processus de paix et de sécurité est important. C’est un vrai sujet à l’ONU et l’OTAN. Il faut que les femmes aient leur mot à dire au niveau familial évidemment, mais aussi communautaire, national et même au niveau international, en fait à tous les niveaux de prises de décision qui concernent la paix et la sécurité. C’est ce qui sera mis en avant lors de la conférence « Mères pour la Paix »

Qui sont les intervenants invités ?

Ils seront nombreux et viennent d’un peu partout dans le monde comme la SAR La Princesse Esmeralda de Belgique qui a écrit un livre remarquable sur les « Femmes Prix Nobel de la Paix ». Elle a rencontré personnellement chacune de ces femmes. Elle va nous parler de ce fil rouge qui peut relier les femmes et la paix à travers toutes les rencontres qu’elle a faites. La Jordanienne Rima Salah 
sera également parmi nous. C’est l’ancienne directrice exécutive adjointe de l’UNICEF, co-auteure de « Pathways to Peace: Le pouvoir de transformation des enfants et des familles ». Également présents, Gary Barker, 
 directeur et fondateur de Promundo, leader en matière de justice et 
d’égalité des genres pour la prévention de la violence 
et Maggy Barankitse surnommée « l’ange du Burundi», une femme engagée, humanitaire qui a notamment reçu en 2011 le prix de la Fondation pour la prévention des conflits.

Votre ONG existe depuis 1947 mais c’est la toute première fois que vous faites une conférence au Maroc, pourquoi ?

Nous voulions aller dans un pays d’Afrique qui a véritablement la volonté de développer les droits des femmes. Nous avons pensé au Maroc. C’est à la fois intéressant pour nous et pour le royaume de pouvoir bénéficier de tous ces intervenants prévus et des discussions qui seront générées lors de cette conférence sur les rôles des femmes pour une culture de paix. Nous avons également choisi le Maroc car Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reçu très récemment le prix Mandela pour la Paix. Cette valeur est par conséquent importante à ses yeux et à ceux du pays. Nous voulons être portés par ce qui se passe dans le pays où nous organisons chaque conférence. Nous voulons travailler avec toutes les forces possibles du pays pour que notre voix soit entendue internationalement mais aussi nationalement. Sur place, nous travaillons en collaboration avec Care International-Maroc qui nous apporte son soutien et son expertise de terrain, ici, au Maroc.

Quel message désirez-vous transmettre à travers ce colloque ?

Que pour bien des sujets et en particulier la paix, les mères font parties de la solution et non pas du problème! Il faut travailler avec elles pour trouver des solutions durables, pérennes et profondes. Essayer de faire quelque chose contre les guerres, c’est à la portée de qui ? Pas de beaucoup de monde. En revanche, on peut commencer chacun pour soi et pour sa famille. C’est par là que commence la paix.

Commentaires

Commentaire

loading...