Interview

Houda Chaloun, un tour du monde pas comme les autres

Écrit par Sabel Da Costa

Partie sillonner le globe, Houda Chaloun marocaine de 34 ans et ingénieure en informatique a commencé par l’Amérique Latine. Ce qui ne devait être que la première étape d’une longue aventure en est finalement devenu l’unique.

Dans deux mois, elle y aura passé un an, remettant à plus tard la visite des continents restants. Coup de foudre? Dérobade ? Intuition plutôt. Celle d’avoir encore trop de choses à découvrir sur place. C’est peut-être ça la liberté du voyage : envisager toutes les destinations et se fixer là où l’on se rencontre soi-même. Echange avec une femme qui aime prendre le temps.

Où en êtes-vous dans votre parcours?

Je suis actuellement au Brésil où au terme de quelques jours de navigation sur le fleuve Amazone, j’ai pu visiter Mazagão, ville créée il y a 238 ans par les portugais qui avaient quitté El Jadida. Je vais ensuite longer la côte Atlantique Brésilienne pendant deux mois et rentrer au Maroc.

Comment s’est passée la rencontre avec les habitants de Mazagao ?

C’était très émouvant. Ils connaissent très bien leur Histoire, tellement bien que dès qu’ils savaient que j’étais marocaine, la première chose qu’ils me demandaient c’était si j’avais déjà visité El Jadida ! Je suis originaire de cette ville, alors naturellement les gens étaient ravis et ils l’étaient encore plus en apprenant que j’avais fait le chemin jusqu’à eux au nom de nos racines communes.

C’est dur pour une femme d’entreprendre une telle aventure?

Pas plus que ça ne l'est pour un homme. Il faut savoir trouver le bon équilibre entre ouverture et prudence pour pouvoir pleinement profiter du moment et des rencontres. Après il y a parfois quelques petits inconvénients comme le fait d’avoir ses règles en plein milieu de la jungle amazonienne ou sur un voilier avec le mal de mer en prime (rires).

Vous avez eu peur au début du voyage?

Pas du tout ! La préparation s'est faite dans la sérénité.  Même si j’étais assez surprise par ma décision, je savais que je faisais le bon choix.

Que dites-vous aux gens à propos du Maroc?

Je n'ai pas un discours préparé, tout dépend des questions que l'on me pose et du niveau de connaissances de mon interlocuteur. Certaines personnes ne savent pas où se trouve le Maroc mais rien que le fait de spécifier qu’on est à la fois un pays africain et arabe suscite énormément de questions. Ceux qui connaissent notre pays sont plutôt étonnés de me voir sur la route et je me retrouve souvent à devoir expliquer qu’être originaire d’un pays arabe et musulman n’est pas synonyme de confinement à la maison sous le joug d’un père ou d’un époux. Les clichés ont la peau dure…

Tout quitter comme ça du jour au lendemain c’est gérable émotionnellement?

Je n'ai pas tout quitté vu que mon employeur m'a offert l'opportunité de prendre une année sabbatique. Par contre j’ai eu plus de mal avec l’idée de ne plus voir famille et amis pendant une année entière.

Et de quoi vivez-vous?

De mes économies. Avant de partir j'ai vendu ma voiture et mis assez d'argent de côté pour pouvoir profiter de cette année sans trop me préoccuper de questions financières. Par contre, j'ai  vu et appris comment beaucoup de voyageurs arrivent à vivre de presque rien. Entre les petits boulots sur la route et le volontariat, il y a de nombreux moyens de poursuivre son voyage.

A ce jour quel a été le moment le plus fort de votre excursion ?

Probablement l’instant où j'ai posé les pieds sur  l'Antarctique. Un rêve que j'ai réalisé avec  l'aide de beaucoup de marocains via une compagne de crowdfunding. Je n’ai pas de mots justes pour décrire mon émotion ce jour-là…

C’est quelque chose que tout le monde devrait essayer de faire un jour ?

Je ne pense pas que l'on puisse généraliser. Voyager est une expérience enrichissante  mais assumer que tout le monde devrait "tout quitter et partir" à un moment M est un grand leurre à mon sens. Il ne faut le faire que lorsque l’envie est vraiment là.

*Découvrez Houda Chaloun sur sa page facebook : Moroccan Nomad Blog

Commentaires

Commentaire