A la une Interview

Foire 1-54 : Touria El Glaoui donne de la visibilité aux artistes africains à Marrakech (Interview)

Écrit par Khadija Alaoui

Evénement incontournable de la scène artistique africaine, la foire 1 : 54 pose pour la troisième année consécutive ses valises à Marrakech. Entretien avec sa fondatrice,

Une troisième édition pour la foire d’art contemporain africain à Marrakech. Le pari a-t-il été facile à tenir ?

Je n’ai jamais envisagé une foire d’art afri- cain contemporain sans présence sur le continent, et donc établir cette foire à Marrakech a toujours été pour moi un objectif essentiel et principal dans ma conception de la foire 1 : 54. La première édition tenue à Marrakech en 2018 a suscité un tel engoue- ment qu’il n’a jamais été question de relever un ‘pari’ en tant que tel pour les éditions sui- vantes. Cette édition marrakchie a pour but d’établir une présence pérenne et de confirmer le statut de 1 : 54 en tant qu’acteur clé sur la scène artistique locale.

Quels ont été les plus gros challenges des éditions précédentes ?

Nos considérations principales lors de la sélection de la ville africaine dans laquelle établir une nouvelle édition de la foire por- taient, entre autres, sur l’infrastructure locale et le processus d’import-export des œuvres d’art. Chaque édition apporte son propre lot de défis et challenges : cette  édition à Marrakech est la plus récente et s’améliore donc d’année en année.
Les défis existent bien sûr, mais la foire a été conçue avec un souci d’inclusion et de collaboration, et je demeure extrêmement reconnaissante aux personnes, institutions et galeries locales dont les conseils ont été précieux dans l’établissement de cette édition et nous ont permis de relever de nombreux défis.

(Découvrir l’intégralité de l’interview dans FDM, N° 277, Mars 2020)

 


1 : 54, LE PROGRAMME

Née en 2013, la foire d’art contemporain africain 1.54 (1 pour continent et 54 pour le nombre de pays), créée par Touria El Glaoui, est un évènement international incontournable pour les amateurs et collectionneurs d’art. Après Londres et New York, la manifestation s’est installée en 2018 à Marrakech. La troisième édition est prévue du 20 au 23 février à La Mamounia, et prévoit de réunir 20 galeries majeures d’Afrique et de l’Europe. Plus de 70 artistes émergents et établis présenteront leurs œuvres à cette occasion. Au programme également, des conférences organisées pour la première fois par l’historienne de l’art et conservatrice Karima Boudou et des projets spéciaux montés en partenariat, entre autres, avec la Fondation Montresso*, MACAAL et le musée Yves Saint Laurent Marrakech.

Commentaires

Commentaire