A la une Interview Société

Aziza Nait Sibaha : “Grâce à la CAN, le football féminin a rencontré son public” (Interview)


Le football séduit de plus en plus de supportrices. Fierté nationale, engouement pour le jeu… les femmes ne comptent plus être laissées pour compte. Entretien avec Aziza Nait Sibaha, journaliste, fondatrice de Tajasport et réalisatrice du documentaire “Atlas Lionesses: Hear them roar !”

Aziza Nait Sibaha

En juillet dernier, vous avez couvert au Maroc la CAN féminine, compétition africaine durant laquelle l’équipe nationale féminine de football est arrivée jusqu’en finale. Pour vous, le football féminin draine-t-il le même public que le foot masculin ?

Même si le Maroc est un pays de football, tout le monde pensait que la CAN 2022 ne trouverait pas son public. Et au contraire, les supporters ont massivement investi les stades. À Rabat, le Complexe sportif Prince Moulay-Abdallah était plein : 45 000 personnes présentes pour assister à la finale et des milliers d’autres autour du stade. Une ferveur remarquable qui s’explique par la couverture médiatique notamment la retransmission des matches à la télévision, le nombre et l’importance des sponsors, ainsi que par le niveau professionnel des joueuses. Dans les gradins ou devant la télévision, le public était davantage féminin même si la présence masculine n’était pas moindre. Lors de cette compétition, j’ai aussi découvert un autre public : des familles, des pères et des mères accompagnés, très souvent, de leurs petites filles. C’était magnifique de voir ces enfants enthousiastes et rêveuses de devenir la capitaine des Lionnes de l’Atlas, Ghizlane Chebbak ou bien d’autres membres de la sélection féminine qui ont décroché, comme leurs homologues masculins, un ticket direct pour la Coupe du Monde co-organisé, du 20 juillet au 20 août 2023, par l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Grâce à la CAN, le football féminin a rencontré son public et je suis convaincue qu’il répondra présent à chaque rendez-vous. Il faut bien entendu poursuivre ce cycle vertueux enclenché, à savoir un traitement médiatique accru qui captivera un public conséquent qui attirera, à son tour, les sponsors qui contribueront au développement du sport au féminin. Pour rappel, le sport n’est pas genré !

Quels rôles peuvent jouer les sponsors dans le développement du sport féminin ?

Les sponsors ont un rôle crucial dans le développement du sport féminin. Le sponsoring sportif, c’est un accord gagnant-gagnant. Les marques sont dans une recherche permanente de retour sur investissement. Elles veulent des opportunités en or pour capter le plus de fans possible. La qualité du jeu des joueuses est là, l’engouement des supportrices également. Aussi, il est temps que les sponsors fassent le job !

Quelles attentes nouvelles avez-vous également noté ?

Il serait magnifique d’arriver à la même couverture médiatique que pour le championnat masculin. Mais on nous répond souvent que ce n’est pas la même industrie et que l’intérêt n’est pas le même alors que c’est totalement faux ! C’est à nous, médias, d’éveiller l’envie. Je crois vraiment que nous pouvons être dans une démarche égalitaire, responsable et engagée. C’est exactement pour cela que j’ai fondé la plateforme médiatique Taja Sport *. Il est absolument nécessaire de mettre en valeur les exploits sportifs féminins. Il faut donner l’opportunité, et le temps, au public de découvrir les pratiques sportives des femmes ainsi que leur niveau. Ne croyez pas que c’est un phénomène proprement marocain, c’est mondial. Dans l’un de ses rapports, l’UNESCO indiquait que 40% des sportifs professionnels sont des sportives. Pourtant le traitement médiatique de leurs exploits ne représente que 4% de la couverture sportive !

Parlons maintenant de la Coupe du monde au Qatar. D’après vous, la réglementation, notamment sur la tenue portées par les femmes, imposée par le Qatar, pays organisateur de la Coupe du Monde, peut-elle freiner cette dynamique féminine dans les stades ?

Sur ce point, nous n’avons pas encore le fin mot de l’histoire. Après la publication de ces informations, le Comité suprême Qatar 2022 a assuré qu’il y en a une partie qui est  fausse. En tant que féministe, je pense que le sport est un outil important d’autonomisation des femmes et d’évolution des mentalités. Heureusement que les femmes, partout dans le monde, se battent pour leur liberté.  Elles sont présentes sur  le terrain et dans les gradins. Avec l’intérêt médiatique dont bénéficient des événements tels que les Coupes du Monde, masculine et féminine, je suis persuadée qu’ils aideront à faire évoluer les mentalités. Nombreuses seront les petites filles qui verront des femmes dans les gradins ! 

(*) tajasport.com

Commentaires

Commentaire

Commentaires

Commentaire